Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Economie

Antigua-et-Barbuda, futur havre pour téléchargeurs invétérés ?

© Fdecomite/Flickr

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/01/2013

Très remontée contre les États-Unis, l’île d’Antigua-et-Barbuda serait sur le point de lancer un site pour télécharger films, livres, musiques et autres produits américains sans payer les droits d’auteur. Elle juge que l'OMC lui en donne le droit.

Vengeance ou moyen de pression contre les États-Unis ? Antigua-et-Barbuda s’apprêterait à lancer une offensive contre l’un des chevaux de bataille les plus chers aux entreprises américaines : le droit d’auteur. Selon le site américain spécialisé dans le téléchargement Torrentfreak, la petite île des Antilles devrait bientôt mettre en ligne un site où il sera possible de télécharger - contre un modeste abonnement mensuel -  films, musiques et autres programmes informatiques américains en toute légalité... Du moins d’après les autorités de ce pays.

“Rien ni personne ne peut nous empêcher de faire ça”, a assuré à Torrentfreak Mark Mendel, le procureur d’Antigua-et-Barbuda, sans pour autant vouloir rentrer dans les détails de ce Megaupload national. Antigua-et-Barbuda s’apprête d’ailleurs à soumettre ce projet à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) lundi 28 janvier, selon le site de la chaîne de télévision britannique BBC.

Difficile à croire ? Pourtant, l’OMC pourrait donner son aval à un tel site présenté officiellement comme permettant de pirater des œuvres américaines protégées par le droit d’auteur... À condition qu’il soit mis en place par Antigua-et-Barbuda. L’île a en effet obtenu en 2007 un beau cadeau de l’OMC. L’organisation avait alors autorisé ce petit pays à ne pas payer de droits d’auteur américains à hauteur de 21 millions de dollars par an. Certes, elle ne pensait probablement pas qu’Antigua-et-Barbuda s’en revendiquerait pour se transformer en havre pour téléchargeurs invétérés, mais, pour Mark Mendel, la décision de 2007 “vaut approbation de l’OMC” de son projet.

Ce portail de téléchargement qui serait, d’après Torrentfreak, en gestation depuis plusieurs mois ressemble en fait à une vengeance longuement mûrie. L’île juge en effet les États-Unis responsables de l’effondrement de tout un pan de son économie : le pari à distance (en ligne et par téléphone). Au début des années 2000, Washington avait interdit aux sociétés de pari d’Antigua-et-Barbuda de proposer leurs services à des clients américains.

Les États-Unis pas contents

Conséquence directe : un secteur qui, à la fin des années 1990, rapportait 7,1 millions de dollars annuels à l’État, représentait 10 % du PIB et offrait du travail à 3000 personnes a quasiment disparu de la surface de l’île. En 2003, lorsque le petit pays saisit l’OMC de cette querelle commerciale, le secteur n’emploie plus que 500 personnes et ne génère plus qu’1,1 million de dollars.

La bataille qui a duré quatre ans devant l’Organisation mondiale du commerce s’est achevée par une victoire du David d’Antigua-et-Barbuda contre le Goliath américain, condamné pour entrave aux règles internationales du libre-échange. C’est au terme de cette procédure que l’OMC a accordé cette autorisation de suspendre le versement de droits d’auteur aux États-Unis, décision à l’origine du projet de site de piratage.

Une initiative prise au sérieux par les États-Unis. Dans une lettre remise à l’OMC, les autorités américaines ont condamné ce projet de “piratage sanctionné par un État” et préviennent qu’une telle initiative “ne serait pas dans l’intérêt d’Antigua-et-Barbuda”. Une menace à peine voilée pour ce petit État dont l’économie doit beaucoup aux États-Unis.

L’île a d’ailleurs conscience de cette situation de dépendance. Elle avait déjà menacé, en 2008, d’ouvrir ses ports aux téléchargeurs de tous les pays sans passer à l’acte, comme le rappelle le site français spécialisé dans les nouveaux médias Numérama. L’arme du nouveau site pourrait aussi bien servir dans les négociations pour obtenir des États-Unis qu’ils paient une compensation financière suite à l'effondrement du secteur du pari en ligne.

Première publication : 25/01/2013

  • INTERNET

    Kim Dotcom veut une "Mega" victoire sur les autorités américaines

    En savoir plus

  • INTERNET

    La justice française démantèle un vaste réseau de téléchargement illégal

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'Hadopi publie un rapport sur l’économie du piratage en France

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)