Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

SPORT

Le Burkina Faso étrille l’Ethiopie

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 25/01/2013

Le Burkina Faso n’a laissé aucune chance à l'Éthiopie ce vendredi au Mbombela Stadium de Nelspruit (4-0). Les Étalons, emmenés par un superbe Alain Traoré auteur d’un doublé, signent ainsi la plus large victoire de leur histoire en Coupe d’Afrique.

De notre envoyé spécial à Nelspruit,

Le Burkina Faso vient de mettre fin face à l'Éthiopie à 18 matches sans victoire en Coupe d’Afrique, la plus longue disette de l’histoire de la compétition. Il fallait remonter à 1998 et une rencontre face à la Guinée pour trouver trace d’un succès des Étalons dans la plus belle compétition de football en Afrique (1-0).

La joie des Burkinabès était donc perceptible au coup de sifflet final, d’autant qu’ils ont évolué en infériorité numérique pendant plus d’une demi-heure suite à l’expulsion de leur gardien Soulama.

"Je pense que l’on va passer ce 1er tour. Si on est bien, si on donne le maximum on va battre l’Ethiopie", avait prophétisé Moumouni Dagano avant la rencontre. Un match qui avait pourtant très mal démarré pour le Burkina Faso. A la 4e minute de jeu, Shemeles suite à une action de grande classe de Saladin, trouvait le poteau gauche de Soulama. Le ton était donné !

Doublé pour Alain Traoré

Le Burkina Faso ne tardait pas à réagir. Sanou, profitait d’un ballon relâché par le gardien Zerihun sur un tir de Kaboré pour marquer. Mais il était signalé à raison hors-jeu (21e). De quoi faire douter les Walyas qui s’inclinaient pour la 1ère fois du match à la 34e minute. Charles Kaboré, qui effectuait ce vendredi sa rentrée, distillait un superbe ballon pour Alain Traoré qui d’une volée limpide du pied gauche ouvrait le score (1-0, 34e).

Les Etalons rentraient donc aux vestiaires avec ce but d’avance. Mais à la reprise, les coéquipiers de Jonathan Pitroipa se faisaient peur. Soulama, récupérait le ballon de la main en dehors de sa surface en position de dernier défenseur. Il était donc logiquement expulsé par l’arbitre.

Le Burkina à 10 !

Une sortie qui ne changera rien à la donne, bien au contraire ! En infériorité numérique, le Burkina Faso s’est montré beaucoup plus fort physiquement que des Ethiopiens qui ont complètement craqué.

Ainsi, à la 74e minute de jeu, c’est de nouveau le gaucher magique du Burkina Faso, Alain Traoré qui doublait la mise d’une frappe lointaine (2-0). Cinq minutes plus tard, Djakaridja Koné participait lui aussi à la fête en inscrivant le 3e but de la rencontre face à des Walyas à la dérive (3-0, 79e). Enfin, le Rennais Jonathan Pitroipa clôturait la marque sur une belle passe de Benjamin Balima (4-0, 90e+5).

Grâce à cette nette victoire, les Etalons prennent la tête du groupe C avec 4 points. Ils devancent la Zambie et le Nigéria (2 points) et l’Ethioipie (1 point). Lors du dernier match de poule mardi 29 janvier, le Burkina Faso affrontera la Zambie avec en point de mire une qualification pour les quarts de finale.

Première publication : 25/01/2013

  • LA CAN d’ALAIN TRAORE

    Alain Traoré : "Le Burkina Faso, c’est tout pour moi"

    En savoir plus

  • FOOTBALL - CAN-2013

    Mweene, ce héros !

    En savoir plus

  • SUR FRANCE 24

    VIDEO - Les coulisses de la CAN

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)