Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

Moyen-orient

Les Sri Lankaises se voient interdire l'accès aux postes de domestiques à l’étranger

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2013

À la suite de la décapitation, le 9 janvier, d’une jeune domestique sri lankaise condamnée à mort en Arabie saoudite, Colombo a décidé d’interdire à ses ressortissantes d’exercer comme employées de maison à l’étranger, par mesure de protection.

Les femmes sri lankaises de tous âges ne seront bientôt plus autorisées à partir travailler à l'étranger pour occuper des postes de domestiques. La première étape de la mesure a été annoncée jeudi 24 janvier par le ministre de l'Information, Keheliya Rambukwella : les femmes âgées de moins de 25 ans n'auront plus le droit d’exercer en Arabie saoudite en tant qu’employées de maison. Cette décision sera par la suite étendue à tous les pays et tous les âges pour des emplois peu rémunérés.

"Dans un premier temps nous fixons l'âge limite à 25 ans. Nous irons graduellement vers une interdiction totale des femmes partant à l'étranger pour occuper des emplois à faible rémunération", a déclaré le ministre à la presse, sans préciser la date de mise en application de cette mesure. Keheliya Rambukwella a par ailleurs indiqué que les autorités avaient commencé à décourager les femmes de se rendre au Proche-Orient, en particulier en Arabie saoudite où la plupart des domestiques sont payées moins de 300 dollars par mois.

Rizana Nafeek, l'élément déclencheur

Une des seules photographies connues de Rizana Nafeek

Cette initiative du gouvernement intervient après la décapitation au sabre, le 9 janvier à Ryad, de Rizana Nafeek, une domestique sri lankaise accusée d'avoir tué par étouffement un bébé après une dispute avec son employeur, la mère de l'enfant. La jeune femme avait affirmé que le bébé s'était étouffé accidentellement en buvant son biberon.

L’exécution avait provoqué une vive réaction au niveau international. Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, s’était notamment dite "consternée". Selon Human Rights Watch (HRW), Rizana Nafeek était mineure aux moments des faits, élément important étant donné que le droit international interdit la peine de mort pour les crimes commis avant l'âge de 18 ans. Mais son âge avait été falsifié, avant son arrivée en Arabie saoudite, par une agence de recrutement au Sri Lanka, pour faire croire qu'elle avait 23 ans afin qu'elle puisse émigrer pour travailler.
Le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapaksa, avait écrit le 6 janvier au roi Abdallah d'Arabie saoudite pour plaider la cause de la domestique et demander un accord à l'amiable avec la famille de la victime.

Près de 1,7 million de Sri Lankais sont actuellement employés à l'étranger. L’an dernier, six milliards de dollars ont été envoyés par les expatriés dans le pays, constituant une ressource cruciale en devises étrangères pour le gouvernement.

FRANCE 24 avec dépêches
 

Première publication : 25/01/2013

  • ARABIE SAOUDITE

    Décapitation d'une jeune Sri-Lankaise accusée d'avoir tué un bébé

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Quand l'Arabie saoudite traque les femmes par SMS

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Et l’Arabie saoudite créa une cité industrielle réservée aux femmes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)