Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

Amériques

Caracas veut poursuivre El Pais en justice après la publication d'une fausse photo d'Hugo Chavez

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2013

Le gouvernement vénézuélien a annoncé jeudi avoir l'intention d'entamer des poursuites contre le quotidien espagnol El Pais qui a publié une fausse photo d'Hugo Chavez hospitalisé. Le journal a présenté ses excuses à ses lecteurs.

El Pais a déclenché jeudi l'ire de Caracas qui a annoncé dans la soirée vouloir entamer des poursuites contre le journal espagnol après la publication en première page d'une photo présentée comme une image du président vénézuélien Hugo Chavez hospitalisé, qui s'est révélée fausse.

"Le gouvernement du Venezuela a annoncé qu'il engagerait toutes les actions légales à sa disposition après cette publication, qui ne peut être réparée par les maigres excuses présentées par l'entreprise de presse (El Pais) à ses lecteurs", a déclaré le ministre de la Communication, Ernesto Villegas, dans un communiqué publié en pleine polémique sur l'état de santé du président Chavez.

Très embarrassé comme tout média publiant une fausse nouvelle, qui plus est en Une, El Pais a immédiatement retiré la photo montrant un homme intubé sur son lit d'hôpital et a présenté ses excuses à ses lecteurs.

"El Pais demande pardon à ses lecteurs pour le préjudice causé et a ouvert une enquête pour déterminer (...) les erreurs qui ont pu être commises dans la vérification de la photo", a affirmé le journal sur son site internet.

Le quotidien de centre-gauche précise que la direction a immédiatement bloqué la parution et la distribution de la première édition qui avait commencé à être livrée, et retiré le cliché de son site internet, indiquant qu'il avait été trompé par l'agence Gtres Online qui lui a fourni le cliché.

Ces excuses n'ont pas suffi à apaiser la colère de Caracas. Le ministre vénézuélien de l'information, Ernesto Villegas, a sonné la charge sur son compte twitter, fustigeant une photo "aussi grotesque que fausse".

Selon Caracas, la photo aurait été tirée de la vidéo d'une intervention chirurgicale sur une autre personne (un patient souffrant d'acromégalie, une hypertrophie des os de la face et des extrémités des membres), publiée sur le site de partage YouTube.

Cette vidéo, dont le lien a été publié sur le compte twitter du ministre, porte la date de mise en ligne sur YouTube du 6 août 2008.

L'ambassade du Venezuela a également attaqué le journal, dénonçant "une campagne" menée par El Pais qui "sert de plateforme pour la diffusion de la propagande fabriquée dans des laboratoires de guerre sale contre le président Chavez".

Selon elle, la photo circulait depuis début janvier et sa véracité avait été démentie à plusieurs reprises.

Alors comment El Pais a-t-il pu être dupe ? Le journal explique que la photo lui a été fournie par l'agence d'information Gtres Online, spécialisée dans la presse people, et présentée comme celle d'Hugo Chavez, hospitalisé depuis près d'un mois et demi à Cuba pour la récidive d'un cancer et dont le secret officiel entretenu autour de son état de santé alimente les spéculations sur ses chances de survie.

Le quotidien précise que "Gtres Online est une agence d'images avec laquelle El Pais travaille depuis plusieurs années et qui représente en Espagne d'autres agences internationales".

"Dans le texte qui accompagnait la photo, il était écrit que El Pais n'était pas parvenu à vérifier de façon indépendante les circonstances, le lieu ou la date auxquels la photo avait été prise", relève toutefois le journal.

"Interrogée sur l'origine et les circonstances de la prise de vue, l'agence de presse a indiqué qu'elle provenait d'une infirmière cubaine, transmise à sa soeur qui résidait en Espagne", a déclaré El Pais dans son édition en ligne jeudi soir.

La soeur supposée de l'infirmière a fourni la photo à l'agence Gtres Online, selon le quotidien.

Gtres Online a expliqué à El Pais que la photo avait été prise sept jours plus tôt et que l'infirmière avait depuis quitté l'équipe médicale qui soignait le président Chavez, tout en demandant que ces détails ne soient pas publiés.

"L'agence a reconnu qu'elle avait été trompée par la personne qui lui a fourni la photo et déclaré qu'elle entamerait des poursuites contre elle", a déclaré El Pais.

Selon le journal, la publication d'une photo d'un patient intubé a été débattue en profondeur dans la rédaction du journal qui a finalement décidé qu'elle avait un intérêt pour l'information en raison de la polémique sur l'état de santé de M. Chavez et des ses ramifications politiques.

Des vérifications par le biais de la correspondante d'El Pais à La Havane, Yoani Sanchez, n'ont pas été possibles car la journaliste est placée sous haute surveillance par les autorités cubaines et la demande aurait pu lui faire courir des risques, selon le journal.

Le directeur du journal concurrent, El Mundo, Pedro J. Ramirez, a lui écrit sur son compte twitter avoir refusé la photo, proposée par "une agence" au prix de "30.000" euros.

Cette bourde intervient dans un contexte politique très tendu au Venezuela, alimenté par les rumeurs sur l'état de santé d'Hugo Chavez, hospitalisé depuis près de sept semaines à Cuba après avoir été opéré d'un cancer dans la zone pelvienne. Il reste depuis muet et invisible même si, mardi, le gouvernement a parlé de nouvelles "encourageantes".

L'opposition se plaint de fréquentes invectives du gouvernement. Le pouvoir affirme quant à lui régulièrement que des coups d'Etat sont fomentés par des opposants de l'intérieur et de l'extérieur, présentés comme une "extrême droite" téléguidée par des opposants basés aux Etats-Unis.

Mercredi, des dizaines de milliers de partisans du président vénézuélien se sont massés dans les rues de Caracas dans une véritable démonstration de force du gouvernement qui a éclipsé un petit rassemblement de l'opposition.

AFP

Première publication : 25/01/2013

  • VENEZUELA

    Le frère d'Hugo Chavez rassure sur l'état de santé du président

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Les partisans d'Hugo Chavez rassemblés par dizaines de milliers à Caracas

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    La justice autorise le report de l'investiture d'Hugo Chavez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)