Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

Les forces française et malienne ont repris Gao

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/01/2013

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a annoncé que la ville de Gao, située au nord-est du Mali, a été reprise samedi par les armées française et malienne ainsi que des contingents africains, formés de militaires nigériens et tchadiens.

Soldats français et maliens se sont emparés samedi du bastion islamiste de Gao, la principale ville du Nord du Mali, marquant un tournant majeur dans la lutte contre les groupes islamistes armés, au seizième jour de l'intervention militaire française dans le pays. "Les forces maliennes et françaises libèrent Gao", a annoncé le ministère français de la Défense, dans un communiqué, précisant que des membres des forces spéciales s'étaient emparés dans la nuit de l'aéroport et d'un pont stratégique à Gao, à 1 200 km au nord-est de Bamako.

Une opération de sécurisation est en cours dans la ville de Gao



"Dès ce soir, Sadou Diallo, le maire de Gao réfugié à Bamako, a pu regagner sa ville accompagné par le colonel (Didier) Dacko", commandant les troupes maliennes sur le terrain, a précisé le ministère. Paris a précisé que des contingents africains, formés de militaires nigériens et tchadiens, arrivaient sur zone pour prendre le relais des forces françaises. "Les forces françaises et africaines maîtrisent à 100% la ville de Gao. Il y a une liesse populaire, tout le monde est content", a indiqué une source de sécurité malienne. Mais de premiers témoignages font aussi état d'actes de pillage.

Les soldats nigériens et tchadiens sont venus par la voie des airs, depuis Niamey. Ils étaient accompagnés de soldats maliens du colonel Alhaji Ag Gamou, qui étaient réfugiés au Niger depuis l'an dernier, après la débâcle face aux groupes armés, selon une source malienne de sécurité sur place.

"Il n'y a pas de combat à proprement parler" dans la région de Gao, selon un porte-parole de l'état-major français, "mais sporadiquement, des opérations de harcèlement avec des éléments terroristes qui ouvrent le feu sur nos positions après s'être abrités dans des zones urbaines".

L'entourage du ministre de la Défense français a jugé par ailleurs "plausible" le bilan de quelques centaines de combattants islamistes tués depuis le début de l'intervention française au Mali donné par le quotidien français Le Monde, citant des sources militaires.

Les positions des islamistes à Gao ont été à plusieurs reprises pilonnées par l'aviation française. Gao était un bastion des islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui y ont commis de nombreuses exactions, dont des amputations de personnes accusées de vol.

L'armée malienne est accusée d'exactions



Refus des "logiques de chantage"

C'est ce groupe qui a dit samedi à l'AFP vouloir négocier la libération d'un otage français qu'il détient depuis deux mois. "Le Mujao est prêt à négocier la libération de l'otage Gilberto", a déclaré Walid Abu Sarhaoui, porte-parole du Mujao, en référence au Français Gilberto Rodriguez Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'Ouest du Mali.

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a répondu en refusant "les logiques de chantage". "La France fera tout pour leur liberté", a-t-il ajouté, en évoquant les sept otages français au Sahel.

Interrogé pour savoir si cette volonté affichée de négociation était liée à l'intervention militaire française, le porte-parole du Mujao a simplement répondu: "Nous voulons négocier. Pour la guerre, entre musulmans, nous pouvons nous comprendre", sans autre précision.

Une déclaration qui peut être interprétée comme une ouverture pour des négociations avec Bamako et qui survient deux jours après l'annonce d'une scission au sein d'Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), un autre des groupes islamistes du Nord du Mali.

Parallèlement à la prise de Gao, une colonne de militaires tchadiens et nigériens, qui étaient stationnés au Niger, faisait route samedi après-midi vers la frontière malienne, située à une centaine de kilomètres au nord.

La France s'est engagée depuis le 11 janvier au côté de ce qui reste de l'armée malienne, contre les islamistes armés, pilonnant leurs colonnes de pick-up et leurs bases arrière, afin d'empêcher leur progression vers le Sud et la capitale Bamako.

Les villes de Konna et Douentza (centre) ont été reprises par les soldats français et maliens, qui ont également repris vendredi le contrôle d'une localité du Nord, Hombori, à 920 km au nord-est de Bamako et à quelques 200 km de Gao.

Une autre colonne franco-malienne, après avoir pris le contrôle de Diabali (ouest), progresse vers Léré, plus au nord, avec pour objectif la ville-phare de l'islam en Afrique, Tombouctou, à 900 km au nord-est de Bamako.

Jean-Marc Ayrault a d'ailleurs indiqué que les "troupes françaises et maliennes" seraient "bientôt près de Tombouctou". Il a aussi répété que la France "n'avait pas vocation à rester, bien entendu" au Mali.

Les islamistes ont riposté à cette progression en dynamitant vendredi un pont stratégique près de la frontière nigérienne, sur une des deux routes que pourraient emprunter les soldats tchadiens venus du Niger.

La Cédéao compte envoyer 6 000 hommes

L'Afrique de l'Ouest a l'intention de déployer près de 6 000 hommes dans le cadre de sa force d'intervention au Mali (Misma), auquel s'ajouteront les 2 000 militaires promis par le Tchad, a annoncé samedi le chef d'état-major ivoirien, le général Soumaïla Bakayoko.

Lors d'une réunion d'urgence à Abidjan, les chefs d'état-major de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont décidé de "relever" le volume de leurs effectifs promis au Mali, pour qu'ils atteignent "5 700 hommes", a déclaré à la clôture le général Bakayoko, dont le pays préside actuellement la Cédéao.

Jusque-là, l'Afrique de l'Ouest visait le déploiement d'environ 4 000 militaires. Le Tchad s'est engagé à fournir de son côté 2 000 soldats, qui ne font pas partie de la Misma mais agissent en coordination avec elle.

Selon une source proche de l'état-major ivoirien, N'Djamena pourrait au final déployer autour de "2 250 hommes" pour l'opération au Mali, où les troupes africaines doivent prendre le relais des armées française et malienne sur le terrain face aux groupes islamistes du nord du pays.

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) a décidé vendredi à Addis Abeba d'augmenter les effectifs de la force africaine au Mali - sans fournir d'objectif chiffré - et a pressé le Conseil de sécurité de l'ONU de fournir une aide logistique "temporaire" d'urgence pour accélérer son déploiement.

Selon la Cédéao, seulement un millier de troupes africaines sont actuellement présentes au Mali. Le déploiement de la Misma est ralenti par de sérieux problèmes de financement et de logistique pour les pays contributeurs.

 

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 26/01/2013

  • MALI

    "Les exactions de l'armée malienne entachent la reconquête du nord du pays"

    En savoir plus

  • MALI

    Il y a déjà un millier de soldats africains au Mali, assure Jean-Yves le Drian

    En savoir plus

  • MALI

    Le MNLA, un nouvel allié pour l’armée française ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)