Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le procès de Germain Katanga reprend à Kinshasa

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi sollicite la protection de l'ONU

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Scrutin local au Royaume-Uni : Londres, l'exception travailliste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Course à la Maison Blanche : l'imbattable Donald Trump ?

En savoir plus

TECH 24

Revenu universel : le nouveau cheval de bataille de la Silicon Valley

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Les confidences d’un artisan pipier de Paris

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Richard Berry

En savoir plus

FOCUS

Philippines : l'incroyable retour du clan Marcos, symbole des années noires de la dictature

En savoir plus

#ActuElles

Les femmes dans l’entreprise : Isabelle Kocher, première directrice générale du CAC40

En savoir plus

Sports

Gabart, le jeune loup de mer briseur de records

© Stéphanie Trouillard

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 28/01/2013

En remportant à 29 ans la 7e édition du Vendée Globe, François Gabart est devenu le plus jeune skipper à inscrire son nom au palmarès. En bouclant le tour du monde en 78 jours, il a aussi brisé le record de Michel Desjoyeaux.

Même Jules Verne ne l'avait pas imaginé. 78 jours 2 heures 16 minutes et 40 secondes, c'est le temps qu'il a fallu à François Gabart pour boucler son tour du monde en solitaire et sans assistance. Le précédent record établi en 2009 par Michel Desjoyeaux a été pulvérisé (84 jours) par le jeune prodige.

Une incroyable performance que les amoureux de la voile sont venus saluer comme il se doit. Le long du chenal des Sables d'Olonne, des milliers de personnes se sont rassemblées pour accueillir le héros des mers. “François on t'aime, François, épouse-moi, François tu nous as fait rêver”, pouvait-on lire sur les banderoles brandies par les spectateurs. Alors que le jeune navigateur franchissait la ligne d'arrivée en milieu d'après-midi, ce sont des feux d'artifice et le son des cornes de brume qui ont accompagné son exploit.

Une rock star des mers

Lentement, posté fièrement au devant de son navire Macif, François Gabart a remonté triomphalement le port vendéen. Brandissant des fumigènes, le navigateur a savouré chaque seconde de cette haie d'honneur maritime. Large sourire aux lèvres, le blondinet originaire des Charentes ne cachait pas son plaisir. Ce n'est qu'une fois arrivé au ponton, qu'il s'est finalement rendu compte de son nouveau statut de “héros des temps moderne”.

"Je ne pensais pas qu'en faisant du bateau on pourrait en arriver là, j'ai l'impression d'être une rock star", a lancé François Gabart. S'exprimant pour la première fois face à des centaines de caméras et photographes, il avoue qu'il n'avait pas imaginé les voir “si nombreux. Même s'il avait déjà connu les joies de l'arrivée, il y a quatre ans aux côtés de Michel Desjoyeaux, le précédent vainqueur, son émotion est forte. “Ce n'est pas pareil quand c'est pour toi”, s'exclame-t-il.

78 jours intenses

Les larmes aux yeux, François Gabart relâche la pression: “C'était intense jusqu'à la ligne d'arrivée. J'étais concentré”. “Si j'ai vécu un Vendée Globe aussi fort c'est grâce à Armel”, avoue le vainqueur de l'édition 2013, rendant hommage à son coriace rival qui l’a talonné jusqu’au bout. Le skippeur raconte aussi en quelques mots son périple en solitaire: les moments de doute et les “nombreuses emmerdes”. "Depuis 80 jours, je sais que pour un détail, un petit rien, tout peut s'arrêter d'un coup.", décrit-il.

Mais le stress s'évanouit peu à peu. Un bonheur immense et un soulagement se lisent sur son visage. Avant de disparaître, happé par le ballet médiatique, François a un dernier mot pour son compagnon d'aventure: “Je suis vraiment content et heureux de ce bateau. Il est beau et il m'a sacrément bien accompagné pendant trois mois. C'est ton bateau qui te protège, qui fait que tu arrives jusqu'au bout".

Le Cléac'h ce bon perdant

Le skipper de Banque Populaire, Armel Le Cléac'h a fait son arrivée en Vendée un peu plus de trois heures après le cadet de ce tour du monde en solitaire et sans escale, après 78 jours, cinq heures, 33 minutes et 52 secondes en mer. Deuxième de la course, le navigateur breton a salué la "super course" de François Gabart au terme de leur duel haletant, la comparant à une victoire "au cinquième set" dans un match de tennis.



 

Première publication : 27/01/2013

  • VOILE

    François Gabart remporte le Vendée Globe en un temps record

    En savoir plus

  • VENDÉE GLOBE

    Gabart, le beau gosse perfectionniste

    En savoir plus

  • VENDÉE GLOBE

    Dernière ligne droite pour François Gabart et Armel Le Cléac'h

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)