Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Quatre Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Amériques

L'accord entre Buenos Aires et Téhéran laisse la communauté juive d'Argentine sceptique

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/01/2013

L'Argentine et l’Iran ont passé, le 27 janvier, un accord afin de faire la lumière sur l’attentat meurtrier antijuif commis en 1994 à Buenos Aires. Pour la communauté juive d’Argentine, cet arrangement constitue un nouvelle entrave à l’enquête.

L’annonce a pris la communauté juive d’Argentine de court. Le 27 janvier, la présidente Cristina Kirchner a annoncé la signature d’un accord avec Téhéran sur la création d’une Commission pour la vérité destinée à faire la lumière, en toute indépendance, sur l’attentat perpétré en 1994 à Buenos Aires contre l'Association mutuelle israélite argentine (Amia) et dans lequel 85 personnes avaient péri.

"C'est historique, s’est enthousiasmée Cristina Kirchner sur son compte Twitter. Environ 19 ans après l'attentat contre l'Amia et pour la première fois, il y a un instrument légal mis en place entre l'Argentine et l'Iran", pays que la justice argentine soupçonne d’être derrière cette attaque terroriste, la plus meurtrière jamais commise sur le sol argentin.
 
Selon les termes de l’accord, la commission sera "composée de cinq juristes internationaux de renom pour établir la vérité", a précisé la présidente argentine. "Aucun d'entre eux ne pourra être de la nationalité de l'un des deux pays. C'est une condition indispensable d'indépendance". En outre, la justice argentine aura désormais possibilité d’interroger les accusés iraniens à Téhéran, ce à quoi l’Iran s’était jusqu’ici toujours opposé.
 
De leur côté, les autorités de la République islamique se sont félicitées de la création d’une commission de juristes indépendants susceptible d’établir la vérité et de "clore le dossier". Pour Téhéran, cet arrangement est d’autant plus bienvenu qu’il lui permettra de fournir des informations dans une affaire pour laquelle sa responsabilité est pointée du doigt.
 
Crime contre l’humanité

En 2006, après avoir connu moult errements, irrégularités et entraves, notamment sous la présidence de Carlos Menem, l’enquête s’était en effet concentrée sur une seule piste : celle d’un attentat exécuté par le Hezbollah libanais et commandité par l’Iran. En novembre de cette année-là, le juge fédéral chargé de l’affaire avait ainsi émis un mandat d’arrêt international pour "crime contre l’humanité" contre huit officiels iraniens, dont l'actuel ministre de la Défense, Ahmad Vahidi, et l'ex-président Hachemi Rafsandjani. Mais, depuis, Téhéran s’est toujours employer à nier son implication dans l’attaque, bloquant toute avancée dans les investigations.
 
Soucieux de relancer la procédure judiciaire, l'Argentine et l'Iran avaient ouvert, en octobre 2012, des négociations au siège de l'ONU à Genève qui, après plusieurs rencontres entre les chefs de la diplomatie argentine, Hector Timerman, et iranienne, Ali Salehi, ont abouti à la signature de l’accord de ce 27 janvier.
 
Cession de la souveraineté argentine ?

En attendant sa promulgation par les Parlements respectifs de deux pays, l’arrangement fait des vagues. Pour la communauté juive argentine, qui compte quelque 300 000 membres, soit la plus importante d'Amérique latine, la mise en place d’une Commission pour la vérité laisse craindre que les suspects iraniens ne soient jamais porté devant la justice.
 
"La mise en place d'une Commission pour la vérité, qui n'existe pas dans le cadre des lois argentines régissant le processus pénal, se traduirait par une cession de notre souveraineté", se sont inquiétées, via un communiqué, l'Association mutuelle israélite argentine (Amia) et la Délégation des associations israélites argentines (Daia).
 
Selon les deux organisations, l’accord reviendrait à "reconnaître que les conclusions auxquelles est parvenue l'enquête judiciaire, qui ont donné lieu à des mandats d'arrêt d'Interpol, ne constituent pas la vérité". Et d’ajouter : "Ignorer toutes les actions entreprises par la justice argentine et les remplacer par une commission qui, dans le meilleur des cas, sans qu'un délai ait été fixé pour le faire, ne fera qu'une recommandation aux parties, constitue, sans aucun doute, un recul dans les efforts pour obtenir que justice soit faite."
 
Au-delà de l’Argentine, cet énième rebondissement a également suscité des frustrations. "Constituer une commission conjointe avec l’Iran est une farce, a indiqué à Reuters Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Simon-Wiesenthal, basé à Paris. Cela va étouffer les affaires de terrorisme et encourager les mollahs à commanditer de nouvelles attaques."

En Israël, les autorités ont fait part de leur étonnement. "Nous avons été surpris d'apprendre cette nouvelle", a déclaré à l'AFP Yigal Palmor, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Nous attendons que les Argentins nous fassent parvenir tous les détails sur ce qui se passe car de toute évidence, cette affaire concerne directement Israël".

 

Première publication : 28/01/2013

COMMENTAIRE(S)