Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Amériques

L'accord entre Buenos Aires et Téhéran laisse la communauté juive d'Argentine sceptique

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/01/2013

L'Argentine et l’Iran ont passé, le 27 janvier, un accord afin de faire la lumière sur l’attentat meurtrier antijuif commis en 1994 à Buenos Aires. Pour la communauté juive d’Argentine, cet arrangement constitue un nouvelle entrave à l’enquête.

L’annonce a pris la communauté juive d’Argentine de court. Le 27 janvier, la présidente Cristina Kirchner a annoncé la signature d’un accord avec Téhéran sur la création d’une Commission pour la vérité destinée à faire la lumière, en toute indépendance, sur l’attentat perpétré en 1994 à Buenos Aires contre l'Association mutuelle israélite argentine (Amia) et dans lequel 85 personnes avaient péri.

"C'est historique, s’est enthousiasmée Cristina Kirchner sur son compte Twitter. Environ 19 ans après l'attentat contre l'Amia et pour la première fois, il y a un instrument légal mis en place entre l'Argentine et l'Iran", pays que la justice argentine soupçonne d’être derrière cette attaque terroriste, la plus meurtrière jamais commise sur le sol argentin.
 
Selon les termes de l’accord, la commission sera "composée de cinq juristes internationaux de renom pour établir la vérité", a précisé la présidente argentine. "Aucun d'entre eux ne pourra être de la nationalité de l'un des deux pays. C'est une condition indispensable d'indépendance". En outre, la justice argentine aura désormais possibilité d’interroger les accusés iraniens à Téhéran, ce à quoi l’Iran s’était jusqu’ici toujours opposé.
 
De leur côté, les autorités de la République islamique se sont félicitées de la création d’une commission de juristes indépendants susceptible d’établir la vérité et de "clore le dossier". Pour Téhéran, cet arrangement est d’autant plus bienvenu qu’il lui permettra de fournir des informations dans une affaire pour laquelle sa responsabilité est pointée du doigt.
 
Crime contre l’humanité

En 2006, après avoir connu moult errements, irrégularités et entraves, notamment sous la présidence de Carlos Menem, l’enquête s’était en effet concentrée sur une seule piste : celle d’un attentat exécuté par le Hezbollah libanais et commandité par l’Iran. En novembre de cette année-là, le juge fédéral chargé de l’affaire avait ainsi émis un mandat d’arrêt international pour "crime contre l’humanité" contre huit officiels iraniens, dont l'actuel ministre de la Défense, Ahmad Vahidi, et l'ex-président Hachemi Rafsandjani. Mais, depuis, Téhéran s’est toujours employer à nier son implication dans l’attaque, bloquant toute avancée dans les investigations.
 
Soucieux de relancer la procédure judiciaire, l'Argentine et l'Iran avaient ouvert, en octobre 2012, des négociations au siège de l'ONU à Genève qui, après plusieurs rencontres entre les chefs de la diplomatie argentine, Hector Timerman, et iranienne, Ali Salehi, ont abouti à la signature de l’accord de ce 27 janvier.
 
Cession de la souveraineté argentine ?

En attendant sa promulgation par les Parlements respectifs de deux pays, l’arrangement fait des vagues. Pour la communauté juive argentine, qui compte quelque 300 000 membres, soit la plus importante d'Amérique latine, la mise en place d’une Commission pour la vérité laisse craindre que les suspects iraniens ne soient jamais porté devant la justice.
 
"La mise en place d'une Commission pour la vérité, qui n'existe pas dans le cadre des lois argentines régissant le processus pénal, se traduirait par une cession de notre souveraineté", se sont inquiétées, via un communiqué, l'Association mutuelle israélite argentine (Amia) et la Délégation des associations israélites argentines (Daia).
 
Selon les deux organisations, l’accord reviendrait à "reconnaître que les conclusions auxquelles est parvenue l'enquête judiciaire, qui ont donné lieu à des mandats d'arrêt d'Interpol, ne constituent pas la vérité". Et d’ajouter : "Ignorer toutes les actions entreprises par la justice argentine et les remplacer par une commission qui, dans le meilleur des cas, sans qu'un délai ait été fixé pour le faire, ne fera qu'une recommandation aux parties, constitue, sans aucun doute, un recul dans les efforts pour obtenir que justice soit faite."
 
Au-delà de l’Argentine, cet énième rebondissement a également suscité des frustrations. "Constituer une commission conjointe avec l’Iran est une farce, a indiqué à Reuters Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Simon-Wiesenthal, basé à Paris. Cela va étouffer les affaires de terrorisme et encourager les mollahs à commanditer de nouvelles attaques."

En Israël, les autorités ont fait part de leur étonnement. "Nous avons été surpris d'apprendre cette nouvelle", a déclaré à l'AFP Yigal Palmor, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Nous attendons que les Argentins nous fassent parvenir tous les détails sur ce qui se passe car de toute évidence, cette affaire concerne directement Israël".

 

Première publication : 28/01/2013

COMMENTAIRE(S)