Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 29/01/2013

La Toile fait état de l’émergence de groupes anarchistes en Égypte

Des membres des Black Bloc se mêleraient aux manifestants égyptiens, témoignages en ligne. La Toile kenyane se mobilise pour que les élections à venir se déroulent sans violence. Et Kim Dotcom commente en temps réel un incident mécanique sur son hélicoptère.

La Toile fait état de l’émergence de groupes anarchistes en Égypte

En marge des violences qui embrasent plusieurs villes égyptiennes depuis ce weekend, les médias et une partie des internautes du pays font état de l’émergence d’un nouveau type de protestataires dans les cortèges de manifestants : des hommes cagoulés et généralement entièrement vêtus de noir qui feraient partie des « Black Bloc », un groupe anarchiste spécialiste des opérations de déstabilisation et des actions coup de poing pendant les défilés.

Plusieurs participants aux différentes mobilisations organisées récemment dans le pays affirment ainsi, sur Twitter, avoir aperçu dans les cortèges de nombreux jeunes hommes et même quelques femmes portant des masques et revendiquant plus ou moins ouvertement leur appartenance au « Black Bloc » se mêler au reste des manifestants.

Des contestataires d’un genre nouveau qui, au-delà de leur présence dans les défilés contre le pouvoir, font largement usage des réseaux sociaux pour faire parler d’eux et se faire connaître de la population. Plusieurs groupes Facebook se présentant comme étant ceux de branches égyptiennes des Black Bloc ont ainsi été créés et diffusent des images montrant leurs membres en pleine action. Des pages sur lesquelles les anarchistes promettent également l’enfer aux autorités locales tant qu’elles n’auront pas répondu aux attentes du peuple.

Et si peu d’informations sur leur nombre exact sont actuellement disponibles, l’apparition de ces jeunes revendiquant leur appartenance au « Black Bloc » suscite de vives craintes chez certains internautes à l’image de cette utilisatrice de Twitter qui explique que même si leurs intentions sont sans doute bonnes, leurs méthodes finiront par desservir la cause défendue par l’ensemble des protestataires dans le pays.


Kenya : mobilisation en ligne contre les violences électorales

Au Kenya, les élections présidentielles et législatives doivent se tenir le 4 mars prochain. Un scrutin qui suscite des craintes de nouvelles flambées de violences. Il y a 5 ans, des affrontements intercommunautaires avaient en effet ensanglanté le pays après la réélection contestée du président Mwai Kibaki. Dans l’urgence, des blogueurs locaux avaient alors mis au point une carte interactive permettant à quiconque de signaler des cas de violences par SMS ou par email.

Depuis, la plateforme « Ushahidi », qui veut dire « témoignage » en swahili, est devenue un outil dont se servent des ONG et des activistes du monde entier. Ainsi, après le séisme qui a ravagé Haïti en 2010, elle a permis aux secours de savoir où acheminer l’aide en priorité. Et en Syrie, elle est utilisée pour dénoncer les violences sexuelles commises depuis le début du soulèvement populaire.

Un système qui va donc reprendre du service pour les prochaines élections au Kenya, où les accès à la téléphonie mobile et à Internet se sont par ailleurs démocratisés ces dernières années. Ainsi, la nouvelle plateforme mise en place relaiera également les informations transmises via les réseaux sociaux. Des informations que des dizaines de volontaires seront chargés d’analyser et de vérifier pour permettre aux forces de l’ordre d’intervenir de manière plus efficace.

Mais des chercheurs travaillent également en amont en surveillant les réseaux sociaux pour y dénoncer les messages appelant à la haine et à la violence. En 2007, des rumeurs qui s’étaient propagées comme une traînée de poudre par SMS avaient en effet attisé les violences dans le pays. Un scénario que les équipes d’Ushahidi cherchent à tout prix à éviter.

 

Traquer les épidémies de grippe avec Twitter

Aux Etats-Unis, des chercheurs viennent de mettre au point un système pour suivre en temps réel la propagation d’une épidémie de grippe en utilisant Twitter. Des scientifiques et des informaticiens de l’université John Hopkins de Baltimore surveillent en effet le site de microblogging pour y repérer les messages évoquant la maladie. Un algorithme permet ensuite de distinguer les internautes grippés de ceux qui ne font qu’évoquer le sujet. Un dispositif qui a été testé avec succès en comparant les résultats ainsi obtenus avec les données des autorités sanitaires.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

Alors qu’il se rendait voir Sir Paul Holmes, un animateur néo-zélandais, en hélicoptère lundi matin, l’appareil de Kim Dotcom a connu des ennuis mécaniques qui ont forcé son pilote à effectuer un atterrissage d’urgence au milieu de nulle part. Un incident que le sulfureux fondateur du site de téléchargement illégal MegaUpload, fermé par le FBI en janvier 2012, a largement commenté en temps réel et en photos sur son compte Twitter et qui a donc tenu en haleine ses quelques 280 000 abonnés. Une panne qui a finalement pu être réparée permettant à Kim Dotcom de passer, comme prévu, la journée avec son ami.

 

Vidéo du jour

Tommy Caroll n’est pas un skateboarder comme les autres puisque cet adolescent est non-voyant depuis qu’il est âgé de deux ans. Un handicap qui ne l’empêche cependant pas de pratiquer sa discipline favorite comme il le démontre dans cette vidéo récemment mise en ligne. Une très belle leçon de courage et de volonté que les internautes pourront découvrir sur les sites de partage.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/09/2014 Réseaux sociaux

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

Le Brésil est secoué par de puissants mouvements sociaux depuis un an. Son économie tourne au ralenti avec une croissance quasi nulle. C’est dans ce contexte que se déroule la...

En savoir plus

18/09/2014 Réseaux sociaux

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

Au sommaire de cette édition : les jeunes internautes iraniens contournent massivement la censure en ligne; au Kenya, les mauvais parents sont dénoncés sur Facebook; et un...

En savoir plus

17/09/2014 Réseaux sociaux

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

Au sommaire de cette édition : Wikileaks dénonce des pays ayant recours à des logiciels espions pour surveiller la Toile; en Angleterre, un projet de « zoo humain » choque les...

En savoir plus

16/09/2014 Réseaux sociaux

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

Au sommaire de cette édition : la Toile appelle les médias à censurer les vidéos de l’organisation de l’Etat islamique; la tendance du « Book Bucket Challenge » déferle sur le...

En savoir plus

13/09/2014 Réseaux sociaux

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

Et si l'avenir du journalisme d'investigation passait par le web ? "Enquête ouverte" est le premier site français qui utilise le "crowdsourcing" pour recueillir de nouvelles...

En savoir plus