Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

EUROPE

La reine Beatrix des Pays-Bas cède le trône à son fils

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/01/2013

Après 33 ans de règne, la reine Beatrix des Pays-Bas, 75 ans, a abdiqué lundi pour laisser le trône à son fils, le prince Willem-Alexander. Le royaume fête cette année son 200e anniversaire.

La reine Beatrix des Pays-Bas, qui fêtera jeudi ses 75 ans, a annoncé lundi soir qu'elle abdiquait après 33 ans de règne au profit de son fils aîné, le prince Willem-Alexander, qui lui succédera le 30 avril.

"C'est avec la plus grande des confiances que je passerai le trône à mon fils Willem-Alexander, prince d'Orange, le 30 avril", jour de la Fête de la Reine, a déclaré la monarque dans une allocution à la nation retransmise par toutes les télévisions néerlandaises.

Willem-Alexander, premier fils de Beatrix, deviendra à 45 ans le premier roi depuis Willem III, qui régna jusqu'à sa mort en 1890 et à qui succédèrent une régente et trois reines. Son intronisation sera célébrée dans la "Nouvelle Eglise" d'Amsterdam, selon les médias néerlandais.

"Je ne me retire pas car ma fonction m'est trop lourde, mais parce que je suis convaincue que la responsabilité de notre pays se trouve dans les mains d'une nouvelle génération", a ajouté Beatrix, précisant que le fait que 2013 soit l'année de son 75e anniversaire et du 200e anniversaire du royaume des Pays-Bas était "une indication" qui l'a poussée à "quitter (sa) fonction cette année".

"Cela semble être un bon moment pour prendre cette décision à laquelle je pense depuis plusieurs années", a poursuivi Beatrix, dont l'époux, le prince Klaus, est décédé en 2002 à l'âge de 76 ans.

L'annonce de la reine était "totalement inattendue", a assuré à la télévision publique néerlandaise la spécialiste de la famille royale Reinildis van Ditzhuyzen : "une abdication demande beaucoup de préparations", a-t-elle souligné.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a pour sa part salué le règne de la monarque. "Elle a toujours fait de son mieux pour la société néerlandaise, en étant visible et extrêmement énergique", a-t-il déclaré dans un discours à la télévision publique néerlandaise.

"Elle est devenue une icône néerlandaise", a-t-il ajouté, rendant également hommage à Willem-Alexander : "lui et (son épouse) la princesse Maxima sont pleinement préparés à cette tâche, ils serviront notre pays avec dévouement".

Il a en outre dit espérer que le 30 avril de cette année serait une fête énorme, "à la hauteur de nos émotions d'aujourd'hui".

La Fête de la Reine, qui fait office de fête nationale aux Pays-Bas et célèbre l'intronisation de Beatrix le 30 avril 1980, deviendra la Fête du Roi à partir de 2014 et sera désormais célébrée le 27 avril, jour de l'anniversaire du futur monarque Willem-Alexander, a annoncé la Maison royale dans un communiqué.

Le gouvernement du Royaume de Belgique, voisin du sud, a lui aussi immédiatement salué le règne de Beatrix et souhaité à Willem-Alexander et Maxima "beaucoup de succès pour la tâche importante qui les attend".

Le deuxième des trois fils de la reine, Johan Friso, est dans le coma depuis un accident de ski en février en Autriche, ce qui a logiquement plongé la reine dans une profonde tristesse. Celle-ci remplissait toutefois stoïquement ses fonctions depuis lors.

Dès son intronisation, Beatrix avait souhaité s'impliquer dans la vie de son pays, à l'opposé du style effacé de sa mère Juliana. Elle jouit d'une grande popularité auprès des Néerlandais.

Elle a notamment choisi de transformer en "palais de travail" un palais de La Haye, ville où siègent le gouvernement et le parlement. Surnommée "chef de l'entreprise Pays-Bas", elle y a fréquemment reçu ministres, ambassadeurs et représentants de la société civile.

Le monarque des Pays-Bas, dont les attributions sont limitées par la Constitution, pouvait jusqu'il y a peu exercer une certaine influence au moment de la formation du gouvernement car, selon le protocole, celui-ci n'entrait en fonction qu'après qu'il eut accepté sa présentation par le Premier ministre issu des élections. Ce pouvoir a été retiré en 2012.

Le prince Willem-Alexander a de son côté été considéré dans sa jeunesse comme un gai luron guère apte à occuper la fonction royale, avant d'acquérir progressivement la légitimité auprès du peuple néerlandais.

Son mariage d'amour en 2002 avec à Maxima Zorreguieta, pourtant fille d'un ancien secrétaire d'Etat sous la dictature argentine, a achevé de le rendre populaire. Le couple a trois filles : Catharina-Amalia (née le 7 décembre 2003), Alexia (née le 26 juin 2005) et Ariane (10 avril 2007).

La famille de Maxima ne sera d'ailleurs pas présente lors de l'intronisation de Willem-Alexander, une décision prise par la future reine pour éviter toute polémique politique lors de la cérémonie, selon les médias néerlandais. En raison de son passé, le père de Maxima n'avait pas pu assister au mariage de sa fille.

Pilote d'avion, diplômé d'histoire, membre du Comité international olympique (CIO), le prince est considéré comme étant plus proche des gens et plus progressiste que sa mère, lui qui a placé la Maison royale sous le signe de la modernité en racontant ses visites officielles à l'étranger sur un blog.
 

AFP

Première publication : 28/01/2013

  • PAYS-BAS

    La reine Beatrix charge Mark Rutte de former le nouveau gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)