Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

EUROPE

Berlusconi loue Mussolini en marge des commémorations de la Shoah

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/01/2013

Habitué des provocations, Silvio Berlusconi a suscité un tollé dimanche en affirmant, à l'occasion d'une cérémonie de commémoration de la Shoah, que l'ancien dictateur Benito Mussolini avait fait beaucoup de choses pour l'Italie.

"Les lois raciales représentent la pire faute d’un leader, Mussolini, qui en revanche, a fait de bonne choses dans d’autres domaines", a déclaré dimanche Silvio Berlusconi en marge d’une cérémonie à Milan commémorant la Shoah.

En outre, "l’Italie n’a pas les même responsabilités que l’Allemagne" dans les crimes contre l’humanité commis pendant la Seconde guerre mondiale, a poursuivi le leader du Peuple de la liberté (PLD) en pleine campagne pour les élections législatives des 24 et 25 février prochains.

Des déclarations, réhabilitant la mémoire de Benito Mussolini, au pouvoir en Italie de 1922 à 1943 et allié d’Adolphe Hitler, qui survenaient un jour après que la chancelière allemande Angela Merkel eut estimé, dans un message diffusé sur son site internet, que l’Allemagne avait une "responsabilité permanente dans les crimes du nazisme".

Benito Mussolini (à gauche) et Adolphe Hitler à Munich en 1940

Le régime fasciste de Benito Mussolini a adopté à partir de 1938 une série de mesures connues sous le nom de "lois raciales", qui excluaient, entre autres, les juifs de l'armée et de l'enseignement et limitaient leur droit de propriété. En 1939, le "Duce" signait le "pacte d'acier" avec l'Allemagne nazie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, plus de 7 000 hommes, femmes et enfants juifs italiens furent exterminés dans les camps de la mort.

Après avoir présidé aux destinées de l’Italie pendant plus de vingt ans, Mussolini a été destitué et arrêté en 1943 après une succession de défaites italiennes et le débarquement des Alliés en Italie. Libéré par un commando allemand, il a créé la République sociale italienne en Italie septentrionale, dit régime de Salo, une dictature fasciste totalitaire, avant d'être arrêté et fusillé par des partisans en 1945.

Levée de boucliers

Les propos de Silvio Berlusconi sur le "Duce" ont déclenché une virulente levée de boucliers en Italie tant au sein de la communauté juive que dans le milieu politique. "Ces propos sont non seulement superficiels et inopportuns, mais aussi (...) privés de sens moral et de fondement historique", a dénoncé dimanche le président de l'Union des communautés juives italiennes, Renzo Gattegna.

"Les persécutions et les lois racistes antisémites italiennes sont nées bien avant la guerre et ont été appliquées en toute autonomie sous la responsabilité pleine et entière du régime fasciste, par la suite allié et complice volontaire et conscient de l'Allemagne nazie", a-t-il rappelé, estimant que les déclaration du Cavaliere démontrent "à quel point l'Italie a encore du mal à accepter sérieusement sa propre histoire et ses propres responsabilités".

Plusieurs responsables politiques de gauche ont également exprimé leur indignation. "Les déclarations de Berlusconi sont une honte et une insulte à l'histoire et à la mémoire. Qu'il s'excuse aujourd'hui même auprès des Italiens", a réagi dans un tweet le président du groupe du Parti démocratique (PD, gauche) à la Chambre des députés, Dario Franceschini.

Le Cavaliere n'est "ni plus ni moins que la caricature" de Mussolini, a commenté Antonio Di Pietro, leader du parti anti-corruption l'Italie des Valeurs (IDV).

"Il est tout simplement dégoûtant que le jour de la Mémoire, Berlusconi se mette à réhabiliter l'action du dictateur qui a entraîné l'Italie dans la Seconde Guerre mondiale", a dénoncé, pour sa part, Debora Serracchiani, députée européenne du Parti démocrate, dans un communiqué.

Le parti populiste de la Ligue du Nord, membre de la coalition gouvernementale de Berlusconi jusqu'à sa chute en novembre 2011, s'est de son côté montré plutôt embarrassé. "Nous sommes en campagne électorale, je comprends les polémiques mais je ne veux pas les alimenter", a indiqué le secrétaire de la Ligue, l'ancien ministre de l'Intérieur Roberto Maroni.

Avec dépêches

 

Première publication : 28/01/2013

  • ITALIE

    L'increvable Berlusconi en quête de revanche

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le Cavaliere, un stratège atypique à la longévité record

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    La Bavière souhaite faire de "Mein Kampf" un livre pédagogique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)