Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Google Maps s'introduit en terra incognita nord-coréenne

© Google

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/01/2013

Le célèbre service de cartographie du géant de l’Internet propose désormais une carte bien plus détaillé de la très secrète Corée du Nord. Y figurent les principaux sites nucléaires et les goulags de la dictature communiste.

C’est une plongée numérique inédite dans la terra largement incognita de Corée du Nord. Dans la nuit du 28 au 29 janvier, Google a mis à jour son service Maps pour inclure des détails cartographiques du territoire réputé ultrasecret de la dictature communiste asiatique.
 
Trois semaines après un voyage “humanitaire” en Corée du Nord, au cours duquel Eric Schmidt, président du géant américain de l’Internet, a critiqué l’absence d’ouverture du pays sur le Net, cette nouvelle carte du pays ne va pas forcément plaire au régime en place à Pyongyang.



Car on peut notamment y voir une image satellite détaillée du centre de recherche nucléaire de Yongbyon, à une centaine de kilomètre au nord de la capitale nord-coréenne. Même le site de Punggye-ri, dans le nord du pays, où le régime serait en train de travailler à de nouveaux tests nucléaires apparaît sur la carte, au bout de la bien nommée Nuclear Test Road, (route des tests nucléaires, en français) - c’est, du moins, le nom qu’a choisi Google pour cette voie.
 

En outre, les principaux camps d’emprisonnement - les goulags nord-coréens où sont internés près de 200 000 personnes selon Amnesty International - y trouvent leur place aux quatre coins du pays. On y découvre également l’existence de bien des routes, et même d’autoroutes, autour de Pyongyang, la capitale nord-coréenne. Une information absente jusqu’alors absente de Google Maps.
 
“Pendant longtemps, la Corée du Nord était l’un des endroits sur terre pour lequel nous possédions le moins de données cartographiques. Ce n’est plus le cas aujourd’hui”, assure Jayanth Mysore, l’un des responsables de Google Maps, dans un billet de blog présentant ce coup de projecteur numérique sur l’un des pays les plus fermés au monde.
 
Pongyang et sa ferme d’autruches

Le goulag de Kwan-li-so

Agrandir le plan
Un effort de cartographie qui ne s’est pas fait du jour au lendemain. Si le géant de l’Internet s’est largement inspiré des photos satellites (disponibles auprès de société américaine comme DigitalGlobe) pour quadriller le terrain, il a aussi fait appel aux bonnes volontés d’internautes lambda. “Une communauté de cartographes citoyens a contribué, grâce à Google Map Maker [un outil qui permet à chacun d’apporter des détails aux cartes de Google Maps, NDLR], à ajouter les noms des rues et les point d’intérêts”, souligne Jayanth Mysore. Ces informations ont été récoltées en l’espace de plusieurs années, précise le géant de l’Internet. Probablement le temps de recouper les sources et éviter des erreurs grossières.
 
Ces ajouts - essentiellement apportés par des touristes - permettent notamment de voir où se situe, photo à l’appui, la maison de naissance de Kim Il-Sung, le fondateur de la République populaire démocratique de Corée en 1948. D’innombrables clichés illustrent également les divers sites touristiques, de la ferme d’autruches au nord de la capitale au temple de Songbulsa, prés de Sariwon, au sud du pays.
 
Mais au delà de l’aspect touristique, Google justifie cette mise à jour par la volonté d’apporter des informations “aux citoyens de Corée du Sud qui auraient des ancêtres ou de la famille encore vivante en Corée du Nord”.
 
Ce premier effort donne un résultat encore largement approximatif, du fait de la sacro-sainte culture nord-coréenne du secret. Cette nouvelle carte du pays n’a ainsi rien à voir avec le niveau de détail d’une banlieue des États-Unis. Ainsi, la zone démilitarisée à la frontière avec la Corée du Sud ressemble encore à un vaste no mans land. Et les emplacements des différents goulags se résument essentiellement à des vastes zones grises, donnant au mieux une idée de la taille de ces camps.

Première publication : 29/01/2013

  • CORÉE DU NORD

    Le patron de Google et un ex-diplomate en visite à Pyongyang

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La fusée nord-coréenne capable d’atteindre les États-Unis, selon Séoul

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Google Maps fait son grand retour sur iPhone

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)