Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Economie

Google Maps s'introduit en terra incognita nord-coréenne

© Google

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/01/2013

Le célèbre service de cartographie du géant de l’Internet propose désormais une carte bien plus détaillé de la très secrète Corée du Nord. Y figurent les principaux sites nucléaires et les goulags de la dictature communiste.

C’est une plongée numérique inédite dans la terra largement incognita de Corée du Nord. Dans la nuit du 28 au 29 janvier, Google a mis à jour son service Maps pour inclure des détails cartographiques du territoire réputé ultrasecret de la dictature communiste asiatique.
 
Trois semaines après un voyage “humanitaire” en Corée du Nord, au cours duquel Eric Schmidt, président du géant américain de l’Internet, a critiqué l’absence d’ouverture du pays sur le Net, cette nouvelle carte du pays ne va pas forcément plaire au régime en place à Pyongyang.



Car on peut notamment y voir une image satellite détaillée du centre de recherche nucléaire de Yongbyon, à une centaine de kilomètre au nord de la capitale nord-coréenne. Même le site de Punggye-ri, dans le nord du pays, où le régime serait en train de travailler à de nouveaux tests nucléaires apparaît sur la carte, au bout de la bien nommée Nuclear Test Road, (route des tests nucléaires, en français) - c’est, du moins, le nom qu’a choisi Google pour cette voie.
 

En outre, les principaux camps d’emprisonnement - les goulags nord-coréens où sont internés près de 200 000 personnes selon Amnesty International - y trouvent leur place aux quatre coins du pays. On y découvre également l’existence de bien des routes, et même d’autoroutes, autour de Pyongyang, la capitale nord-coréenne. Une information absente jusqu’alors absente de Google Maps.
 
“Pendant longtemps, la Corée du Nord était l’un des endroits sur terre pour lequel nous possédions le moins de données cartographiques. Ce n’est plus le cas aujourd’hui”, assure Jayanth Mysore, l’un des responsables de Google Maps, dans un billet de blog présentant ce coup de projecteur numérique sur l’un des pays les plus fermés au monde.
 
Pongyang et sa ferme d’autruches

Le goulag de Kwan-li-so

Agrandir le plan
Un effort de cartographie qui ne s’est pas fait du jour au lendemain. Si le géant de l’Internet s’est largement inspiré des photos satellites (disponibles auprès de société américaine comme DigitalGlobe) pour quadriller le terrain, il a aussi fait appel aux bonnes volontés d’internautes lambda. “Une communauté de cartographes citoyens a contribué, grâce à Google Map Maker [un outil qui permet à chacun d’apporter des détails aux cartes de Google Maps, NDLR], à ajouter les noms des rues et les point d’intérêts”, souligne Jayanth Mysore. Ces informations ont été récoltées en l’espace de plusieurs années, précise le géant de l’Internet. Probablement le temps de recouper les sources et éviter des erreurs grossières.
 
Ces ajouts - essentiellement apportés par des touristes - permettent notamment de voir où se situe, photo à l’appui, la maison de naissance de Kim Il-Sung, le fondateur de la République populaire démocratique de Corée en 1948. D’innombrables clichés illustrent également les divers sites touristiques, de la ferme d’autruches au nord de la capitale au temple de Songbulsa, prés de Sariwon, au sud du pays.
 
Mais au delà de l’aspect touristique, Google justifie cette mise à jour par la volonté d’apporter des informations “aux citoyens de Corée du Sud qui auraient des ancêtres ou de la famille encore vivante en Corée du Nord”.
 
Ce premier effort donne un résultat encore largement approximatif, du fait de la sacro-sainte culture nord-coréenne du secret. Cette nouvelle carte du pays n’a ainsi rien à voir avec le niveau de détail d’une banlieue des États-Unis. Ainsi, la zone démilitarisée à la frontière avec la Corée du Sud ressemble encore à un vaste no mans land. Et les emplacements des différents goulags se résument essentiellement à des vastes zones grises, donnant au mieux une idée de la taille de ces camps.

Première publication : 29/01/2013

  • CORÉE DU NORD

    Le patron de Google et un ex-diplomate en visite à Pyongyang

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La fusée nord-coréenne capable d’atteindre les États-Unis, selon Séoul

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Google Maps fait son grand retour sur iPhone

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)