Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

"À Alep, au moins 65 personnes ont été exécutées d'une balle dans la tête"

© AFP

Vidéo par Marine OLIVESI

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 30/01/2013

Au moins 65 cadavres de jeunes hommes exécutés d'une balle dans la tête ont été retrouvés à Alep, ce mardi. Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, livre les dernières informations en sa possession. Interview.

Les corps d'au moins 65 jeunes tués d'une balle dans la tête ont été découverts, mardi 29 janvier, dans la cité syrienne d'Alep. Il s’agit de la dernière découverte macabre en date dans le pays. Le 15 janvier déjà, 106 civils, dont des femmes et des enfants, ont été retrouvés morts près de Homs (centre), dans des vergers où des déplacés s'étaient réfugiés pour échapper au pilonnage de l’armée régulière. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG proche de l’opposition qui s'appuie sur des militants et des médecins présents en Syrie, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un massacre perpétré par les forces du régime.

De son côté, Damas impute la tuerie aux rebelles. Un responsable des services de sécurité du régime a affirmé à l'AFP qu'il s'agissait de "citoyens de Boustane al-Kasr qui ont été enlevés par des groupes terroristes après avoir été accusés d'être en faveur du régime".

Ces informations contradictoires en provenance de Syrie restent difficiles à confirmer en l'absence de sources indépendantes dans le pays.

Joint au téléphone par FRANCE 24, Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, livre les dernières informations en sa possession.

 

FRANCE 24 : Avez-vous plus de précisions sur l’ampleur de ce massacre ?

Rami Abdel Rahman : Selon nos informations, jusqu’à présent, au moins 65 cadavres ont été retrouvés à Boustane al-Kasr, un quartier d’Alep. Majoritairement habillés en civil et âgés d'une vingtaine d'années, ils ont été exécutés d'une balle dans la tête et avaient les poings liés derrière le dos. La recherche de corps se poursuit, des sources sur le terrain nous indiquent que le bilan pourrait s’élever à 80 morts.

Quel est le profil des victimes ?

R. A. R. : Le quartier de Boustane al-Kasr est sous le contrôle de la rébellion. Toutefois, les corps ont été retrouvés dans une rivière nommée Qouweiq qui sépare Boustane al-Kasr et Ansari, un autre quartier tenu par les rebelles. Ils ont donc pu être tués plus loin que l’endroit où ils ont été retrouvés, avant que leurs corps soient jetés à l’eau.

Vous sous-entendez qu’elles ont été exécutées par le régime du président Bachar al-Assad ?

R. A. R. : Ce massacre est le énième d’une série en cours dont la responsabilité incombe à la communauté internationale, qu’il ait été commis par l’armée syrienne ou les services de renseignements du régime d’Assad. Ce dernier vit sur une autre planète, puisqu’il affirme qu’il contrôle la Syrie, alors que son armée est en train de tuer le peuple et de détruire le pays. Pendant ce temps, la communauté internationale ne cesse de promettre aux Syriens qu’elle va les aider, sans rien faire. Par conséquent sa responsabilité est engagée. 

 

Première publication : 29/01/2013

  • SYRIE

    Assad forme une nouvelle force paramilitaire pour seconder l’armée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime accusé d'avoir utilisé des armes chimiques, les Occidentaux sceptiques

    En savoir plus

  • LIBAN

    Au Liban, les camps de réfugiés syriens sont payants

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)