Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

SPORT

Mondial 2022 : le Qatar a-t-il triché ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2013

De lourds soupçons de corruption pèsent sur l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Dans une enquête publiée dans son dernier numéro, France Football accuse le pays d'avoir acheté des votes pour s'offrir le Mondial.

Le 2 décembre 2010, Sepp Blatter annonçait que le Qatar avait remporté l’organisation de la Coupe du monde de football 2022. En obtenant 14 voix contre huit en faveur les États-Unis, ce petit pays du Golfe avait créé la surprise. Beaucoup d’observateurs s’étaient alors étonnés du succès de la candidature de ce pays, qui cumule nombre de handicaps pour accueillir un tel évenement sportif. Comment expliquer ce choix, alors qu'au Qatar, les infrastructures sont inexistantes, les conditions météorologiques extrêmes (50 degrés l’été) et certaines interdictions problématiques (pas de vente d’alcool) ?

Par la corruption des membres de la Fifa par le Qatar, répond France Football, dans un dossier intitulé "Qatargate" paru dans son édition du 29 janvier.

Le Qatar, premier pays du Moyen-orient à accueillir une Coupe du monde

"Ils ont acheté le Mondial"

Selon le magazine, les Qataris n’auraient pas hésité à sortir leur chéquier pour convaincre les responsables de la Fifa d’adhérer à leur projet. Pour preuve, France Football cite un mail interne écrit en mai 2011 par Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa et adressé au vice-président de l’organisation, Jack Warner : "Ils ont acheté le Mondial 2022", affirme-t-il.

La couverture de France Football

Les journalistes évoquent aussi les millions déboursés pour s’offrir des ambassadeurs de luxe censés promouvoir la candidature du Qatar. "Le recrutement de Gabriel Batistuta, Pep Guardiola, Zinedine Zidane, de Bora Milutinovic, Ronald de Boer et Roger Milla a coûté 5,5 millions [d'euros, ndlr]", peut-on lire dans l’enquête.

L’existence de "dessous de table" est également illustrée par le rôle trouble joué par le Qatari Mohammed bin Hamman, président de la Confédération asiatique de football (AFC), au moment de l'attribution du Mondial et aujourd’hui suspendu pour des soupçons de corruption.

Selon un rapport du Tribunal arbitral du sport (TAS), "un certain nombre d’enveloppes non marquées qui contenaient chacune 40 000 dollars (soit environ 29 700 euros) ont été distribuées aux délégués de l’Union caribéenne de football" lors d’une conférence en mai 2011 à laquelle participait bin Hamman. "Comment imaginer qu’il n’a pas usé, en sous-main, de son influence et de sa force de persuasion lors du vote du décembre 2010 ?", s’interroge France Football.

Le rôle de la France

L'enquête pointe également la France du doigt en évoquant une "réunion secrète" organisée en novembre 2010, soit dix jours avant le vote de la Fifa, au palais de l’Élysée entre Nicolas Sarkozy, le prince du Qatar Tamin bin Hamad al-Thani, et Michel Platini, président de l’UEFA. En échange d’un rachat du club parisien du PSG et de la création d’une nouvelle chaine de sport, les Qataris auraient alors obtenu de Platini qu'il "ne donne pas sa voix aux États-Unis, comme il l’avait envisagé", mais à leur pays.

Interrogé par le magazine, l’ancien membre de la Fifa, le Suisse Guido Tognoni, corrobore ces graves accusations. Pour lui, il "existe de forts soupçons de compromissions" autour des membres de la Fédération. "Les arrangements entre amis, les postes dans des commissions pour amadouer ses ennemis, le cash qui a permis à certains de s’en mettre plein les poches, tout s’est organisé au fil des ans comme une petite mafia", ajoute-t-il.

Annuler le vote ?

Au regard de tous ces éléments, France Football s'interroge sur l'opportunité d'une réattribution de la Coupe du monde 2022 à un autre pays. Même si le vote n’est pas annulé, le magazine estime que le calendrier doit être modifié. Pas question d’organiser un Mondial au mois de juin : "Jouer au foot par des températures dépassant les 50 degrés, comme c’est le cas l’été au Qatar c’est de la folie furieuse", estime l'hebdomadaire.

De son côté, la Fifa s'est refusée à commenter ces accusations. L’instance sportive a seulement rappelé que sa commission d'éthique, présidée par l'Américain Michael Garcia, un ancien procureur fédéral à New York, a "l'intention de mener une enquête approfondie" sur les "allégations concernant des événements survenus dans le cadre de la procédure d'attribution des Coupes du Monde de la Fifa 2018 [à la Russie, ndlr] et 2022".

Michel Platini a en revanche vivement réagi après la parution de cette enquête. Le président de l’UEFA a déclaré à l’AFP qu’il s’agissait d’un "tissu de mensonges". Il n’exclut pas de poursuivre l’hebdomadaire.

Première publication : 29/01/2013

  • LIGUE 1

    Le Brésilien Lucas Moura prêt à relever le défi avec le PSG

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Au Qatar, Nicolas Sarkozy fait son retour sur la scène publique

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Le Qatar pourrait investir 10 milliards d'euros en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)