Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'ouragan Maria frappe les Antilles

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : nouveaux affrontements entre étudiants et policiers à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Assemblée générale de l'ONU : Trump peut-il faire vaciller l'organisation ? (partie 2)

En savoir plus

SPORT

Adebayor : "J’étais prêt à tuer quelqu’un s’il le fallait !"

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 30/01/2013

Le capitaine du Togo, Emmanuel Adebayor est revenu au micro de FRANCE 24 sur la qualification historique des Éperviers pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations après un match nul déroutant obtenu face à la Tunisie (1-1).

De notre envoyé spécial à Nelspruit,

FRANCE 24 : Quel est votre sentiment après cette qualification historique du Togo pour les quarts de finale d’une Coupe d’Afrique ?

Emmanuel Adebayor : Je suis très content ce soir. On va savourer cette qualification avec le groupe. Et dès demain matin (jeudi 31 janvier ndlr.), on va se remettre à travailler. On va corriger nos lacunes et essayer d’aller vers l’avant.

Comment vous avez vécu ce match aux circonstances assez surprenantes ?

Cela a été très difficile à vivre, mais quand il y a la qualification au bout c’est plus facile. Mais je pense que l’on était meilleur ce soir.

Personnellement j’étais prêt à tuer quelqu’un s’il le fallait (sic) ! Mais bon, tout ça c’est du passé. Maintenant on va se concentrer sur notre quart de finale contre le Burkina Faso.

Justement, contre le Burkina Faso dimanche, vous avez toutes vos chances ?

Cela fait plaisir que l’on nous dise enfin que l’on va avoir notre chance : Contre la Côte d’Ivoire, on n’avait aucune chance, contre l’Algérie on n’avait aucune chance, contre la Tunisie non plus…

Maintenant c’est un match qui va durer 90 voir peut être 120 minutes, on va donc se préparer tranquillement pour essayer de continuer à écrire l’histoire de notre pays.

Un petit mot pour le peuple togolais…

Je tiens à le remercier. Nous avons reçu beaucoup de messages d’encouragements. Ce soir, c’est une qualification historique pour le pays, pour nous les joueurs mais aussi pour les supporters qui sont derrières nous depuis longtemps.

Maintenant, il est temps d’envoyer un message fort de rassemblement pour faire quelque chose d’extraordinaire pour le Togo.

Toute la CAN 2013, c’est sur can2013.rfi.fr

Première publication : 31/01/2013

COMMENTAIRE(S)