Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

L'agence du médicament va suspendre la vente de la pilule Diane 35

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/01/2013

L’Agence française de sécurité du médicament va suspendre l'autorisation de mise sur le marché de la pilule Diane 35 et de ses génériques. Ce traitement anti-acné, utilisé comme contraceptif, aurait causé la mort de quatre personnes en 25 ans.

L'Agence du médicament (ANSM) a annoncé mercredi la suspension d'ici trois mois de la commercialisation de Diane 35 et ses génériques, un traitement anti-acné largement utilisé comme contraceptif et qui a fait quatre morts en 25 ans.

A l'issue de la "procédure de suspension d'autorisation de mise sur le marché", "tous les lots seront retirés du marché", a précisé le Pr. Dominique Maraninchi, directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Il a toutefois invité les patientes à ne pas interrompre leur traitement immédiatement et à contacter leur médecin. "Il existe de nombreuses autres options thérapeutiques" a-t-il dit.

La décision de suspension de Diane 35, un médicament commercialisé par le laboratoire Bayer, a été annoncée lors d'une conférence de presse organisée après la réunion d'un "comité technique" sur la question des pilules contraceptives et de Diane 35 qui s'est tenue lundi à l'ANSM.

Après les pilules de 3e et 4e génération accusées de risques accrus de formation de caillots sanguins, ce traitement contre l'acné a été pointé du doigt par l'Agence du médicament qui a fait état dimanche dernier de 125 thromboses et quatre décès "imputables à une thrombose veineuse liée à Diane 35" au cours des 25 dernières années.

Prescrite actuellement à 315.000 femmes en France, Diane 35 avait reçu son autorisation de mise sur le marché en France en 1987 pour le seul traitement de l'acné mais son usage avait été détourné comme contraceptif oral.

"Ce n'est pas une pilule, ce n'est pas une bonne pilule" a rappelé mercredi le patron de l'ANSM.

Il a ajouté que ses services avaient également procédé à une réévaluation du bénéfice risque de Diane 35 comme traitement anti-acné et que celui-ci avait été jugé "défavorable", justifiant la décision de suspendre sa commercialisation.

AFP

Première publication : 30/01/2013

  • SANTÉ

    L’agence du médicament confirme plusieurs décès liés à la pilule Diane 35

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Pilules de 3e et 4e génération : l'affaire prend de l’ampleur

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Il faut arrêter ce discours alarmant sur les pilules de 3e génération"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)