Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE : le plan de relance de Juncker est-il crédible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sommet de la francophonie : Macky Sall "regrette" l'absence de Wade

En savoir plus

À L’AFFICHE !

David LaChapelle, de la mode à l'écologie, 30 ans de photographies

En savoir plus

FRANCE

La circulaire Taubira crée la polémique sur la légalisation de la gestation pour autrui

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/02/2013

La circulaire Taubira facilitant l’accès à la nationalité française des enfants nés de mère porteuse à l’étranger provoque des remous dans les rangs de l'opposition, qui dénonce une avancée vers la légalisation de la gestation pour autrui.

Nouvelle polémique dans l’Hémicycle. À l’heure où le débat s’ouvre sur la légalisation du mariage gay, la chancellerie a demandé, mardi, aux tribunaux de ne plus refuser la délivrance de certificats de nationalité française au seul motif qu'ils concernent des enfants nés de mère porteuse à l'étranger.

Cette circulaire diffusée le 25 janvier demande "de faire droit" aux demandes de certificats de nationalité pour des enfants nés à l'étranger de mère porteuse, "dès lors que le lien de filiation avec un Français résulte d'un acte d'état civil étranger probant au regard de l'article 47 du code civil".

Le 16 janvier dernier, devant la Commission des lois, Christiane Taubira avait indiqué préparer la circulaire, considérée par la majorité comme un simple "rappel à la loi".

"Je fais étudier les procédures possibles de façon à ce qu'éventuellement, soit à 16 ou à 18 ans (...), nous puissions faire procéder, peut-être automatiquement ou par une procédure allégée, à la transcription de l'acte de naissance sur le registre d'état civil", avait-elle alors déclaré.

Levée de bouclier au sein de l’opposition

En réaction, deux députés UMP, Guillaume Larrivé et Daniel Fasquelle, ont annoncé ce mercredi qu'ils allaient saisir le Conseil d'État, via "un recours pour excès de pouvoir".

Les élus de l'Yonne et du Pas-de-Calais, jugeant cette circulaire "scandaleuse", ont déclaré être "convaincus" qu'elle "est aujourd'hui totalement illégale et contraire à l'ordre public puisque, pour l'instant, la gestation pour autrui (GPA) est encore interdite en France".

Dans la même veine, le député UMP Jean Leonetti, ex-rapporteur de la loi de révision bioéthique, a accusé le gouvernement d'avancer "masqué", estimant lui aussi que cette circulaire "ouvre la voie à la légalisation de la GPA", dont il juge la pratique "contraire à la dignité de la personne, au principe de non-commercialisation et d'indisponibilité du corps humain dans des buts médicaux".

"La GPA est interdite, cela ne fait pas débat"

Dans un communiqué diffusé mercredi, la chancellerie a cependant rétorqué que le fait de faciliter la délivrance de certificats de nationalité française n’était "pas une reconnaissance de la GPA. "Il n'y a pas la moindre modification de la position ni du président de la République ni du gouvernement. La GPA dans notre droit est interdite, ça ne fait pas débat", a insisté la garde des Sceaux, Christiane Taubira, à la sortie du Conseil des ministres.

"Le seul soupçon" du recours à une GPA "ne peut suffire à opposer un refus" aux demandes de certificat, précise en outre la circulaire.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 30/01/2013

  • FRANCE

    Mariage gay : "Nous sommes fiers de ce que nous faisons"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après la rue, le débat sur le mariage gay investit l’Assemblée nationale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les partisans du mariage gay dans la rue pour "l’égalité des droits"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)