Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

Afrique

Nord-Mali : "La présence de l'armée française semble encore indispensable"

© AFP

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 31/01/2013

Après la reprise de Kidal, les djihadistes ne contrôlent plus aucune grande ville du Nord-Mali. Comment la France compte-t-elle désormais sécuriser la région ? Entretien avec Pierre Boilley, directeur du Centre d'études des mondes africains.

Alors que l'opération militaire française semblait achevée avec la prise symbolique de la ville de Tombouctou dans la nuit du 27 au 28 janvier, l'arrivée des troupes françaises dans Kidal, mercredi 30 janvier, constitue une surprise, d'autant qu'elle s'est effectuée en l'absence de soldats de l'armée régulière malienne.

Cliquez pour agrandir la carte

"Libérer Gao et Tombouctou très rapidement faisait partie du plan", a confié au journal Le Parisien le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Maintenant, c'est aux pays africains de prendre le relais. Nous avons décidé de mettre les moyens en hommes et en matériel pour réussir cette mission et frapper fort. Mais le dispositif français n'a pas vocation à être maintenu. Nous partirons rapidement."

Reste que le déploiement annoncé de quelque 8 000 soldats africains au Mali n'a toujours pas été enclenché. En attendant le passage de témoin, quelle stratégie la France entend-elle désormais mettre en œuvre ? Comment compte-t-elle sécuriser une région où la fuite de chefs djihadistes vers les montagnes proches de la frontière algérienne peut laisser craindre des opérations terroristes d’envergure ? Réponses avec Pierre Boilley, directeur du Centre d'études des mondes africains (Cémaf).
 

FRANCE 24 : Avec la reconquête de Kidal, dernière grande ville du Nord-Mali encore aux mains des islamistes et bastion des Touareg, l’armée française peut-elle clamer victoire ?

Pierre Boilley : Gao, Tombouctou, Ménaka et maintenant Kidal, toutes ces grandes villes du Nord où les salafistes imposaient leur violente charia, sont désormais sous contrôle soit des armées malienne et française, soit de l’armée française seule. Les islamistes ont essuyé d’importantes pertes. Les Français ont infligé de gros dégâts sur leur convoi de pick-up.

Les principales rébellions touareg depuis l'indépendance du Mali

1962-1963 : Première rébellion touareg depuis l’indépendance du Mali en 1960. Le mouvement fut durement réprimé par le régime du président d’alors, Modibo Keita, avant de s’éteindre complètement en raison des sécheresses successives qui sévirent dans les années 1970.

1990-1996 : La création en 1988 du Mouvement populaire de libération de l'Azawad relance le mouvement au Niger et au Mali, où les rebelles touaregs affrontent l’armée dès 1990. Malgré la signature d’accords, les hostilités reprennent en 1994 et 1995. La paix est finalement scellée en 1996.

23 mai 2006 : Plusieurs centaines d'anciens insurgés touaregs prennent le contrôle de camps militaires de Kidal et de Ménaka. Ce soulèvement donne lieu à la signature, entre le gouvernement de Bamako et la rébellion, des accords d’Alger prévoyant le développement des régions déshéritées du Nord.

2007-2009 : L’attaque par des rebelles touaregs, le 11 mai 2007, d’un poste de sécurité dans la région de Kidal relance les hostilités dans le Nord-Mali. Un nouvel accord est signé à Alger afin de relancer le processus de paix initié en 2006.

2012 : Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), allié aux islamistes d’Ansar Dine, lance une vaste opération visant à prendre le contrôle du Nord du Mali.

Au moins l’intervention française a-t-elle permis de débloquer la situation dans une région occupée par des islamistes. Maintenant, il est prématuré de dire que la France a remporté la guerre car si elle ne prend pas toutes les précautions pour gagner la paix, ce sera un échec.

De fait, les djihadistes ne sont plus présents dans le paysage, mais, en réalité, il va encore falloir compter avec eux.


F24 : Les troupes françaises vont-elles tenter de traquer les chefs djihadistes, tels Iyad Ag Ghaly d'Ansar Dine ou Abou Zeïd d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui se sont repliés vers les montagnes proches de la frontière algérienne ?

P. B. : La présence de djihadistes dans la montagne pose un problème évident parce que ces gens ont un pouvoir et une volonté de nuisance importants. Je doute, en revanche, que la France, en tant que puissance militaire telle qu’elle est organisée actuellement, ait les atouts suffisants pour pouvoir passer des mois et des mois dans les montagnes à traquer tel ou tel islamiste. Des forces du Nord, tel que les Touareg du MNLA [Mouvement national pour la libération de l’Azawad, NDLR] qui ont proposé leurs services et connaissent bien le terrain et la population, auraient davantage de chance d’arriver à débusquer les djihadistes.

 

F24 : Paris affirme mettre tout en œuvre, justement, pour avoir des relations de bonne intelligence avec les Touareg. La France peut-elle s’attacher l’aide de groupes qui, un temps, se sont alliés avec les islamistes pour conquérir le nord du Mali ?

P. B. : À partir du moment où le MNLA a proposé ses services, où il est prêt à négocier, où il a prouvé qu’il ne s’inscrivait pas dans un islamisme extrémiste, on peut penser avec raison, pragmatisme et intelligence se servir de ses forces pour continuer le travail tout en leur donnant la possibilité de négocier avec Bamako.

L’armée française devra, elle, rester présente dans la région afin de surveiller la situation. Avec ses moyens de renseignements, elle peut détecter n’importe quel rassemblement de pick-up et, par conséquent, éviter d’éventuelles opérations kamikazes.

 

F24 : Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a pourtant indiqué que les troupes françaises allaient quitter "rapidement" le Mali pour céder la place à une force africaine...

P. B. : Il faudrait, à mon avis, être un petit peu plus prudent. On ne peut pas laisser les forces africaines régler seules le problème. Il faut se rendre compte que l’armée malienne et le MNLA se sont opposées plusieurs mois et nourrissent, l’un envers l’autre, un ressentiment réciproque. Il existe un fort désir de revanche de la part de l’armée malienne qui risque de déraper sérieusement si elle se retrouve seule dans les régions du Nord. On pourrait voir se multiplier des exactions contre des civils comme cela s’est produit à Gao ou à Tombouctou. On peut craindre également un déchaînement de violences ne pousse le MNLA à reprendre les armes pour défendre les populations et à un exil accéléré des populations du Nord.

J’ai tendance à penser sérieusement que l’armée française est volontairement intervenue seule à Kidal afin d’éviter ces tensions. La situation dans le Nord n’est pas stable du tout. La présence des Français me semble indispensable encore un certain temps comme force de stabilisation ou de sécurisation de sorte à ce qu’on n’assiste pas à de nouveaux affrontements africano-africains. Si la France ne parvient à prévenir les affrontements inter-culturels et inter-communautaires, à éviter les vengeances, les rancœurs et les chasses aux faciès, elle se retrouvera alors avec du sang sur les mains et sera tenue de se justifier.

  


 

Première publication : 30/01/2013

  • MALI

    Les magasins "arabes" pris pour cible dans Tombouctou "libérée"

    En savoir plus

  • MALI

    Les autonomistes de l'Azawad affirment avoir repris Kidal

    En savoir plus

  • MALI

    "Les exactions de l'armée malienne entachent la reconquête du nord du pays"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)