Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Culture

Les célèbres manuscrits de Tombouctou ont échappé à la destruction

© AFP

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/01/2013

Selon un conservateur des collections de manuscrits de Tombouctou, plus de 90 % d'entre eux ont été mis à l'abri à Bamako dès le début de l’invasion du Nord-Mali par les groupes islamistes armés en mars 2012, leur permettant d’échapper au saccage.

La majeure partie des célèbres manuscrits et livres précieux de Tombouctou ont été mis à l'abri à Bamako avant l'arrivée des islamistes dans la ville malienne, et les destructions n'ont pas été aussi massives que redouté, à affirmé mercredi à l'AFP l'un des conservateurs de ces collections.

"Une grande majorité a été sauvée. Je pense, vraiment, plus de 90%", a indiqué Shamil Jeppie, directeur du projet de conservation de ces manuscrits, basé à l'Université du Cap (UCT) en Afrique du Sud.

"En fait, on a beaucoup exagéré", a affirmé M. Jeppie. "Il y a eu des dégâts et certains objets ont été détruits ou volés, mais beaucoup moins que ce qu'on a dit dans un premier temps."

Selon lui, les conservateurs et archivistes avaient commencé à déplacer les documents vers Bamako durant les premiers mois de l'insurrection islamiste dans le nord du Mali.

"Ils ont été transférés vers la capitale et certains sont cachés dans la ville", a-t-il affirmé.

Ces manuscrits représentent un véritable trésor culturel, remontant à l'époque où la cité mythique a été la capitale intellectuelle et spirituelle de l'Islam en Afrique aux XVe et XVIe siècles, accueillant jusqu'à 25.000 étudiants.

Certains sont encore plus anciens, datés du XIIe siècle et même de l'ère pré-islamique.

Essentiellement rédigés en peul et en arabe, ils traitent d'astronomie, de musique, de botanique, de pharmacie, de droit, d'histoire ou encore de politique. Les supports en sont variés: parchemin, papier d'Orient, peaux de moutons et même... omoplates de chameau.

Un seul bâtiment saccagé

Des témoins interrogés mardi à Tombouctou avaient rapporté que les islamistes en fuite avaient brûlé en fin de semaine dernière tous les manuscrits qu'ils avaient pu trouver, dans un dernier accès de rage avant de quitter la ville, reconquise par des soldats français et maliens.

En fait, un seul des deux bâtiments de l'Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba (IHERI-AB, ex-Centre Ahmed Baba, du nom du savant et homme de lettres malien qui a vécu entre le XVIè et XVIIè siècle), abritant des manuscrits a été saccagé, selon des experts interrogés par l'AFP.

"Il y a l'ancien bâtiment et le nouveau. Le nouveau bâtiment a été construit par les Sud-Africains" et inauguré en 2009, et "tous les manuscrits n'ont pas été transférés dans ce nouveau bâtiment", situé à un kilomètre de l'ancien, a affirmé l'expert malien Ben Essayouti El-Boukhari, joint au téléphone depuis Dakar.

Le nouveau bâtiment n'abritait que "les manuscrits répertoriés, scannés, numérisés, qui y étaient exposés". C'est ce bâtiment qui a été vandalisé par les islamistes.

Le nombre exact de manuscrits brûlés n'a pas été déterminé. Mais le ministère de la Culture malien a confirmé que l'ancien bâtiment était resté intact.

Le maire de Tombouctou, Halley Ousmane, réfugié à Bamako, avait cependant évoqué sur le moment "un véritable crime culturel".

Une source malienne contactée par téléphone sous couvert de l'anonymat a estimé à 15.000 le nombre de documents qui se trouvaient dans l'immeuble dévasté.

Outre des manuscrits, de célèbres mausolées de saints musulmans de la ville ont aussi été détruits par les groupes armés liés à al-Qaïda qui y voyaient de "l'idolâtrie".

Ils ont même barbouillé de noir la mention "333 saints" sur les panneaux proclamant "Bienvenue à Tombouctou, la cité des 333 saints".

Au total, seule une douzaine de mausolées ont toutefois été réduits à néant, selon un journaliste local.

La plupart des tombeaux de saints sont en fait situés dans des demeures de grandes familles qui se sont bien gardées, pendant les dix mois d'occupation de la ville par les extrémistes, de dévoiler leur existence, permettant ainsi leur préservation.

AFP

Première publication : 30/01/2013

  • MALI

    Tombouctou libérée, la France veut que les troupes africaines "prennent le relais"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)