Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Bayrou en marche avec Emmanuel Macron

En savoir plus

FOCUS

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Chez nous", le populisme en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès du Novotel d'Abidjan : 10 personnes accusés d'assassinat et séquestration

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

Afrique

David Cameron en visite à Alger, deux semaines après l'attaque d'In Amenas

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/01/2013

Le Premier ministre britannique a entamé mercredi une visite de deux jours dans la capitale algérienne. Deux semaines après l'attaque d'In Amenas, Londres entend établir "un partenariat" avec l'Algérie pour lutter contre le terrorisme.

Le Premier ministre britannique David Cameron a entamé mercredi une visite à Alger en scellant un partenariat de sécurité entre les deux pays, deux semaines après l'attaque sur un site gazier en Algérie d'un commando islamiste ayant fait 37 morts étrangers, dont des Britanniques.

Il s'agit de la première visite d'un chef du gouvernement britannique en Algérie depuis l'indépendance de ce pays en 1962.

M. Cameron a été accueilli par son homologue Abdelmalek Sellal à son arrivée à l'aéroport d'Alger, à 16h15 GMT. Il s'est ensuite entretenu avec le président Abdelaziz Bouteflika, selon l'agence de presse APS.



Les deux dirigeants ont décidé de mettre en place un nouveau partenariat stratégique pour mieux lutter contre les nouvelles menaces terroristes, a-t-on précisé de source gouvernementale britannique.

"Lorsque le terrorisme se développe dans différentes parties du monde, il atteint nos peuples et nos intérêts non seulement dans ces parties du monde, mais également chez nous dans notre pays", a déclaré M. Cameron lors d'une conférence de presse.

"La menace terroriste d'Al-Qaïda à laquelle nous sommes confrontés dans certaines régions du Pakistan, du Yémen ou de Somalie, est nettement plus grande que le terrorisme d'Al-Qaïda qui se développe au Mali", a poursuivi le Premier ministre britannique. "Mais dans la mesure où elle grandit nous ne devrions pas l'ignorer, ne devrions travailler en partenariat pour essayer de la combattre".

Dans le cadre de ce partenariat, Londres et Alger devraient échanger des informations sur la sécurité des frontières, la sécurité aérienne, et la lutte contre les menaces visant la stabilité de l'Afrique du Nord, selon cette source gouvernementale ayant requis l'anonymat.

Les premières rencontres d'experts britanniques et algériens pourraient se tenir dans les prochains mois, a-t-on précisé de même source.

"Nous avons retenu les leçons du passé, ces problèmes ne peuvent être traités seulement par des moyens militaires ou de sécurité", a poursuivi M. Cameron.

"Il nous faut combiner une réponse sécuritaire forte mais également travailler avec nos partenaires internationaux, utiliser notre diplomatie, notre budget d'aide, utiliser tous les moyens à notre disposition - y compris tenter de trouver un règlement politique à certaines revendications sous-jacentes dont profitent les terroristes", a-t-il ajouté.

"Je suis ici suite à la terrible attaque terroriste d'In Amenas dans laquelle six citoyens britanniques et un résident de la Grande-Bretagne ont perdu la vie. Cela nous rappelle que ce qui se passe dans d'autres pays nous affecte directement chez nous", avait-il expliqué à une télévision britannique.

M. Cameron a également indiqué que l'Afrique du Nord ne devait pas devenir un autre Irak ou Afghanistan. "Nous ne regardons pas cette région en pensant que la réponse est purement militaire. Ce n'est pas le cas", a-t-il dit.

Peu après son arrivée, M. Cameron s'est recueilli sur le Monument des Martyrs de la guerre d'Algérie, à El Madania, sur les hauteurs d'Alger, où il a déposé une gerbe de fleurs sur la stèle érigée à leur mémoire.

Sa visite intervient moins de deux semaines après la prise d'otages sur le site gazier d'In Amenas, dans le Sahara algérien, et l'assaut de l'armée algérienne qui se sont soldés par la mort de 37 étrangers, d'un Algérien et de 29 ravisseurs.

La visite de M. Cameron en Algérie doit s'achever jeudi. Le Premier ministre britannique est attendu vendredi au Liberia, où il doit co-présider une conférence sur le développement international.

AFP

Première publication : 30/01/2013

  • ALGÉRIE

    De retour d'In Amenas, un grand reporter de FRANCE 24 raconte

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les propos de David Cameron sur l'UE provoquent de vives réactions

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    "Le terrorisme prend place au Sahel sous une forme nouvelle et durable"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)