Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 03/02/2013

Les autorités bahreïnies sous le feu des critiques

Les autorités bahreïnies sont critiquées pour leur usage excessif de gaz lacrymogène. La question du mariage civil agite la Toile libanaise. Et une agence de mannequins basée à Londres se spécialise dans les physiques atypiques.

Les autorités bahreïnies sous le feu des critiques

Le gouvernement bahreïni est sous le feu des critiques d’activistes qui l’accusent d’utiliser de manière excessive du gaz lacrymogène contre les manifestants dans le pays. Des critiques qui ont récemment gagné en intensité après la mort le 26 janvier de Qassim Habib, un petit garçon de 8 ans, qui aurait succombé, selon les détracteurs du régime, à une inhalation massive de gaz au cours d’une offensive des autorités sur le village de Karbabad effectuée quelques jours plus tôt et filmée dans cette vidéo mise en ligne par un groupe d’opposants.

Des accusations que le gouvernement a rapidement tenté de réfuter, par la voix du procureur général de Bahreïn, en expliquant qu’après avoir enquêté sur la mort du petit garçon, ce dernier ne serait pas décédé à cause du gaz lacrymogène mais plutôt des suites d’une sévère pneumonie.

Des explications qui dédouanent les forces de sécurité de toute responsabilité mais qui sont loin d’avoir convaincu les opposants au régime. L’organisation des Américains pour la démocratie et les droits de l’Homme à Bahreïn rappelle ainsi que l’utilisation excessive de gaz lacrymogène par les autorités aurait déjà fait de très nombreux blessés et provoqué la mort d’une trentaine de manifestants dans le pays par le passé. Des chiffres qui, selon l’ONG, démontrent la nécessité d’ouvrir une enquête indépendante pour faire toute la lumière sur le décès de Qassim Habib.

Un point de vue que partage entièrement le centre bahreïni des droits de l’Homme qui affirme d’ailleurs, sur son site, que le garçon n’est pas la seule personne à avoir succombé à l’inhalation de gaz lacrymogène au cours du mois dans le royaume. L’organisation évoque en effet le cas d’Habeeb Ebrahim, un homme de 87 ans, qui serait mort le 12 janvier après avoir respiré une importante dose de gaz.


La question du mariage civil agite la Toile libanaise

Nidal et Kholoud se sont récemment dits « oui ». Mais le mariage civil de ce couple mixte chiite et sunnite n’a qu’une valeur symbolique aux yeux de l’Etat libanais. En effet, dans leur pays, les mariages sont du ressort des autorités religieuses de chacune des 18 communautés confessionnelles que comptent le Liban. Et quand il s’agit de couples mixtes, l’un des deux époux doit se convertir à la religion de l’autre pour se marier officiellement.

Mais la loi reconnaît toutefois les unions civiles contractées à l’étranger. De nombreux Libanais vont donc se marier en dehors de leurs frontières, et en particulier à Chypre, comme en témoignent ce groupe Facebook créé par ces couples qui militent pour la légalisation du mariage civil dans leur pays.

Une question qui divise la classe politique locale. Sur Twitter, le président chrétien Michel Sleimane a ainsi pris position en faveur d’une législation qui ouvrirait la voie aux unions civiles au Liban.

Mais toujours sur le site de microblogging, le Premier ministre sunnite Najib Mikati s’est, lui, montré plus réticent et a évoqué la nécessité d’un consensus national sur la question.

De son côté, le grand mufti du Liban, Mohammed Rashid Qabbani, a exprimé sa ferme opposition à un tel projet de loi en publiant une fatwa contre tous ceux qui soutiendraient le texte.

Et alors que le sujet donne lieu à des débats passionnés sur Internet, les partisans du mariage civil se mobilisent. Sur Facebook, des activistes appellent ainsi à une manifestation lundi à Beyrouth pour demander aux législateurs de se saisir du problème.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

Après la France en octobre dernier, le Mexique a connu à son tour une vague de messages antisémites sur Twitter. En effet, les mots-clefs « #Es de Judios », qui veulent dire « c’est juif de… » en français, ont fait partie des termes les plus utilisés dans le pays la semaine dernière. Un déferlement de blagues de mauvais goût qui a été dénoncé par certains utilisateurs indignés par ces messages. Une plainte pourrait d’ailleurs être déposée comme en France, où un tribunal vient d’ordonner à Twitter de l’aider à identifier les auteurs des tweets litigieux afin de les poursuivre en justice.

 

« Ugly models », une agence de mannequins atypiques

Basée à Londres, « Ugly models » n’est pas une agence de mannequins comme les autres. Sur son site, elle explique en effet ne se spécialiser que dans les personnes au physique atypique ou au look extravagant. Qu’ils soient tatoués ou déformés, trop grands ou trop petits, ces mannequins ont en effet été recrutés pour leur physique peu conventionnel. Et bien qu’ils ne correspondent pas forcément aux critères de beauté actuels, ils seraient très demandés et certains d’entre eux ont même travaillé pour de grandes marques de mode.


Vidéo du jour

L’Homme est-il plus rapide que le métro parisien ? C’est pour répondre à cette question de la plus haute importance que les auteurs de cette vidéo se sont lancés un défi improbable : descendre de la rame à une station pour tenter de rattraper, en courant, le même métro à la station suivante. Un défi particulièrement physique, filmé par plusieurs caméras embarquées, que les internautes pourront vivre comme s’ils y étaient à travers ce montage très rythmé.

Par Electron Libre

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

12/07/2014 Réseaux sociaux

Le recyclage devient high-tech

D'après une toute nouvelle étude comparative menée par une université anglaise, le taux de recyclage des foyers, en Grande-Bretagne et en France, restent en-dessous de la moyenne...

En savoir plus

11/07/2014 Réseaux sociaux

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

Au sommaire de cette édition : le web s'affronte sur la guerre au proche-orient ; une campagne contre la malnutrition suscite la polémique ; et une ONG utilise des Legos pour...

En savoir plus

10/07/2014 Réseaux sociaux

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

Au sommaire de cette édition : la Toile réagit à la défaite du Brésil en demi-finale de la Coupe du monde ; une mesure anti-SDF suscite la polémique en Malaisie ; et un...

En savoir plus

09/07/2014 Réseaux sociaux

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

Au sommaire de cette édition : la Toile kényane réclame plus de démocratie ; les travailleurs philippins dénoncent en ligne leurs conditions de travail ; et une vidéo embarquée...

En savoir plus

08/07/2014 Réseaux sociaux

La montre du "calife" de l'EIIL intrigue la Toile

Au sommaire de cette édition : la montre du "calife" de l’État islamique intrigue le web ; les internautes italiens dénoncent le manque d’accessibilité des transports public aux...

En savoir plus