Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

Les factions rivales d'accord pour favoriser le dialogue face à la crise

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/01/2013

Les forces politiques égyptiennes se sont entendues, ce jeudi, sur la nécessité de dialoguer pour sortir de la crise qui a fait des dizaines de morts depuis samedi dans le pays. L'opposition maintient toutefois son appel à manifester vendredi.

Les factions rivales se sont engagées jeudi à prévenir la violence qui a fait des dizaines de morts en une semaine en Egypte et à favoriser le dialogue pour une sortie de crise, mais l'opposition a maintenu son appel à manifester vendredi contre le président Mohamed Morsi.

Le Front de salut national (FSN), principale coalition de l'opposition, le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), parti des Frères musulmans dont est issu M. Morsi, des islamistes, des groupes révolutionnaires, des indépendants et des représentants des Eglises d'Egypte ont participé à une réunion au Caire à l'initiative d'Al-Azhar, plus haute autorité de l'islam sunnite.

Tous les partis s'accordent sur la nécessité d'un dialogue national



Les tentatives de favoriser le dialogue se sont multipliées ces derniers jours afin de régler la grave crise dans le pays, qui connaît depuis une semaine de nouvelles violences déclenchées avec le 2e anniversaire de la révolte qui a renversé Hosni Moubarak, et qui ont fait au moins 56 morts.

Ces violences, les plus meurtrières depuis la présidentielle de juin, se déroulent sur fond de forte contestation du pouvoir de M. Morsi, premier président islamiste et civil d'Egypte, et de sévère crise économique.

Dans un document signé au terme de la réunion sous l'égide du chef d'Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayyeb, les participants ont "dénoncé la violence sous toutes ses formes", et promis de s'abstenir de "toute incitation à la violence".

Ils ont également souligné "la responsabilité de l'Etat et de son appareil sécuritaire de protéger les citoyens".

"Nous sommes sortis des discussions sur une note d'optimisme" malgré "les difficiles défis que nous affrontons", a déclaré Mohamed ElBaradei, figure de proue du FSN.

Il a fait état d'"une entente" pour régler les "différends par les moyens pacifiques", quelques jours après avoir rejeté un appel au dialogue, lancé par M. Morsi.

"Nous travaillons pour sauver l'Egypte", a déclaré pour sa part Amr Moussa, un autre dirigeant du FSN.

"Tous (les participants) ont exprimé leur disposition à faire des concessions", a expliqué Saad al-Katatni, chef du PLJ. "Le règlement des problèmes de la transition démocratique passent inéluctablement par le dialogue", a-t-il ajouté.

Selon lui, un comité, représentatif des factions politiques et des jeunes, a été chargé de préparer ce dialogue "sans conditions préalables".

Les participants se sont engagés à régler leurs différends par "un dialogue sérieux", selon le document d'Al-Azhar.

"Le dialogue national auquel participent toutes les composantes de la société, sans exclusive, est le seul moyen de régler les différends", a souligné le grand imam d'Al-Azhar au début de la réunion.

Le dialogue est "une garantie contre la monopolisation du pouvoir, qui conduit à la tyrannie", a-t-il encore dit, en plaidant pour "une alternance pacifique du pouvoir".

Malgré le risque de nouvelles violences, le FSN a confirmé dans un communiqué le maintien de son appel à une journée de manifestations vendredi pour dénoncer la politique du président Morsi, accusé de trahir la révolution et de concentrer le pouvoir entre les mains des Frères musulmans.

Les affrontements durant la semaine écoulée entre manifestants et forces de l'ordre notamment, qui ont également fait des centaines de blessés ont poussé M. Morsi à décréter lundi l'état d'urgence et le couvre-feu nocturne dans trois provinces du nord-est, Port-Saïd, Suez et Ismaïliya.

La condamnation à mort samedi de 21 supporteurs du club de football de Port-Saïd, Al-Masry, impliqués dans des heurts meurtriers en 2012 à l'issue d'un match contre le club cairote d'Al-Ahly, a provoqué des émeutes et des affrontements qui ont fait plus de 40 morts à Port-Saïd.


AFP

Première publication : 31/01/2013

  • ÉGYPTE

    L'Égypte sera un "État de droit", affirme Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le président Morsi sur la sellette, les militaires aux aguets

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Deux nouveaux morts parmi les manifestants en Égypte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)