Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

LE DÉBAT

Royaume-Uni - UE : un Brexit radical ?

En savoir plus

FRANCE

Goodyear va fermer son usine d'Amiens-Nord

© Photo AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/01/2013

Goodyear Dunlop a présenté, jeudi matin, son projet de fermeture de l'usine de pneumatiques d'Amiens-Nord (Somme), qui menace 1 173 emplois. La CGT a aussitôt appelé à la grève et les salariés se disent prêts à se battre.

Goodyear Dunlop a confirmé, jeudi 31 janvier dans un communiqué, son projet de fermeture de l’usine de pneumatiques d’Amiens-Nord (Somme). Cette fermeture, "seule option possible après cinq années de négociations infructueuses", selon la direction, entraînerait la suppression de 1 173 postes. Le communiqué précise que le projet de fermeture a été présenté au comité central d’entreprise et fera l’objet d’une consultation des représentants du personnel.

La CGT a aussitôt réagi en appelant à la grève et à un rassemblement sur le site d’Amiens de tous les salariés de Goodyear en France le 12 février. À cette date, un nouveau comité central d’entreprise doit se tenir à Rueil-Malmaison pour livrer les détails du projet.

Mobilisation des salariés

Quelques minutes après l’annonce de la direction, les salariés de l’usine se sont dits prêts à se battre. "Entre l'annonce et la fermeture, il y a de la marge. Ça fait six ans qu'on se bat contre 400, 800, 1 200 suppressions d'emplois, on va se battre et il y aura encore plus de monde", a immédiatement réagi Franck Jurek, délégué CGT (majoritaire), secrétaire adjoint du comité d'entreprise. "C'est une mauvaise nouvelle bien sûr, on a un combat à mener et on le mènera jusqu'au bout", a-t-il expliqué devant l'usine à quelques journalistes.

"On est des Goodyear, on restera des Goodyear encore un bon moment. C'est une énième annonce, c'est dans la continuité. Le combat a commencé il y a cinq ans et il va continuer après, peu importe la décision", a estimé Mickaël Mallet, délégué CGT, embauché il y a douze ans chez Goodyear.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 31/01/2013

  • REPORTAGE

    À l’usine d’Aulnay-sous-Bois, une "bombe sociale" vient d’exploser

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Licenciements chez PSA : le site d'Aulnay-sous-Bois n'est pas le seul concerné

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)