Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Amériques

À Washington, une campagne réhabilite le mot "djihad"

© #MyJihad

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 31/01/2013

La campagne "#MyJihad", lancée cette semaine dans le métro de Washington DC et sur la Toile, tente de réhabiliter le mot "djihad" associé de façon erronée, en Occident, à la "guerre sainte" d'une poignée d'islamistes extrémistes.

Non, le djihad n’est pas la guerre sainte des islamistes extrémistes contre l’Occident. C’est, en substance, le message qu’un groupe de militants américains espère faire passer dans sa campagne "#myjihad" lancée cette semaine à Washington DC.  

Après avoir eu la même démarche à San Francisco et Chicago, les organisateurs du mouvement espèrent combattre les clichés islamophobes et réhabiliter le concept de djihad tel qu’il est vécu au quotidien par des milliers de musulmans. Les habitants de la capitale administrative des Etats-Unis peuvent donc voir fleurir dans les couloirs du métro des affiches où des hommes et des femmes partagent leur combat personnel : "Mon djihad : continuer à avancer malgré la mort de mon fils", ou : "Mon djihad : la modestie, non la faiblesse".
 
"Mon djihad : continuer à avancer malgré la mort de mon fils" @ #MyDjihad
C’est Ahmed Rehab, militant de 36 ans qui dirige le Bureau des relations Amérique-Islam à Chicago, qui a lancé cette campagne en décembre dernier en placardant l’une de ces affiches sur un bus à Chicago d’abord, puis à San Francisco, dans l’espoir de reprendre "l’islam aux extrémistes musulmans ou anti-musulmans". Pour ces derniers, "le djihad est synonyme de terrorisme, d’attentats ou de sang innocent répandu", peut-on lire sur le site du projet.
 
Affiche de la campagne #MyJihad sur un bus de Chicago, en décembre 2012 : "Mon djihad : tisser des amitiés de tous bords". © #MyJihad
 
Au contraire, "le djihad est la doctrine centrale de la foi islamique ; cela signifie ‘se battre dans la voie de Dieu’, à savoir la bonté, la justice, la passion, la compassion, etc.", explique les volontaires qui partent en guerre contre les clichés, les raccourcis et les préjugés. "Nous en avions marre de nous asseoir et de regarder les autres nous dire en quoi nous croyons ou nous ne croyons pas", explique Rehab sur le site.  
 
Selon Rehab, le projet s’est créé en réponse à la campagne polémique lancée en septembre dans le métro new-yorkais par la blogueuse conservatrice et militante pro-israélienne, Pamela Geller, et de son groupe Initiative de défense de la liberté américaine (AFDI) qui affichait sans détour son islamophobie en comparant les djihadistes à des sauvages : "Dans n’importe quelle guerre entre l’homme civilisé et le sauvage, supportez le civilisé. Supportez Israël. Combattez le djihad".
 
Pamela Geller devant son affiche "Dans n’importe quelle guerre entre l’homme civilisé et le sauvage, supportez le civilisé. Supportez Israël. Combattez le djihad". © Pamela Geller on Instagram
"My Djihad", qui a son hashtag Twitter, sa page Facebook et son site internet "#myjihad is…What’s yours ?" (Mon jihad est…Quel est le votre ?) invite également les musulmans à raconter la forme que prend le djihad dans leur quotidien et leur spiritualité. Mais le fil #myjihad est débordé de tweets haineux qui réduisent le djihad aux exactions d'extrémistes radicaux.... Des messages qui légitiment plus que jamais le bien-fondé d'une telle campagne. 
 

"L'islam une religion de paix, c'est ça ? FAUX !!! LIRE CECI" (l'auteur Tom O'Halloran renvoie sur son blog où il dénonce, entre autres, les Frères musulmans). © Twitter

 
 
 

 

Première publication : 31/01/2013

  • ÉTATS-UNIS

    À New York, des affiches comparent les djihadistes à des sauvages

    En savoir plus

  • RELIGION

    À la recherche de Sam Bacile, producteur de "L'innocence des musulmans"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le pasteur Jones tergiverse sur son intention de brûler le Coran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)