Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

À Washington, une campagne réhabilite le mot "djihad"

© #MyJihad

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 31/01/2013

La campagne "#MyJihad", lancée cette semaine dans le métro de Washington DC et sur la Toile, tente de réhabiliter le mot "djihad" associé de façon erronée, en Occident, à la "guerre sainte" d'une poignée d'islamistes extrémistes.

Non, le djihad n’est pas la guerre sainte des islamistes extrémistes contre l’Occident. C’est, en substance, le message qu’un groupe de militants américains espère faire passer dans sa campagne "#myjihad" lancée cette semaine à Washington DC.  

Après avoir eu la même démarche à San Francisco et Chicago, les organisateurs du mouvement espèrent combattre les clichés islamophobes et réhabiliter le concept de djihad tel qu’il est vécu au quotidien par des milliers de musulmans. Les habitants de la capitale administrative des Etats-Unis peuvent donc voir fleurir dans les couloirs du métro des affiches où des hommes et des femmes partagent leur combat personnel : "Mon djihad : continuer à avancer malgré la mort de mon fils", ou : "Mon djihad : la modestie, non la faiblesse".
 
"Mon djihad : continuer à avancer malgré la mort de mon fils" @ #MyDjihad
C’est Ahmed Rehab, militant de 36 ans qui dirige le Bureau des relations Amérique-Islam à Chicago, qui a lancé cette campagne en décembre dernier en placardant l’une de ces affiches sur un bus à Chicago d’abord, puis à San Francisco, dans l’espoir de reprendre "l’islam aux extrémistes musulmans ou anti-musulmans". Pour ces derniers, "le djihad est synonyme de terrorisme, d’attentats ou de sang innocent répandu", peut-on lire sur le site du projet.
 
Affiche de la campagne #MyJihad sur un bus de Chicago, en décembre 2012 : "Mon djihad : tisser des amitiés de tous bords". © #MyJihad
 
Au contraire, "le djihad est la doctrine centrale de la foi islamique ; cela signifie ‘se battre dans la voie de Dieu’, à savoir la bonté, la justice, la passion, la compassion, etc.", explique les volontaires qui partent en guerre contre les clichés, les raccourcis et les préjugés. "Nous en avions marre de nous asseoir et de regarder les autres nous dire en quoi nous croyons ou nous ne croyons pas", explique Rehab sur le site.  
 
Selon Rehab, le projet s’est créé en réponse à la campagne polémique lancée en septembre dans le métro new-yorkais par la blogueuse conservatrice et militante pro-israélienne, Pamela Geller, et de son groupe Initiative de défense de la liberté américaine (AFDI) qui affichait sans détour son islamophobie en comparant les djihadistes à des sauvages : "Dans n’importe quelle guerre entre l’homme civilisé et le sauvage, supportez le civilisé. Supportez Israël. Combattez le djihad".
 
Pamela Geller devant son affiche "Dans n’importe quelle guerre entre l’homme civilisé et le sauvage, supportez le civilisé. Supportez Israël. Combattez le djihad". © Pamela Geller on Instagram
"My Djihad", qui a son hashtag Twitter, sa page Facebook et son site internet "#myjihad is…What’s yours ?" (Mon jihad est…Quel est le votre ?) invite également les musulmans à raconter la forme que prend le djihad dans leur quotidien et leur spiritualité. Mais le fil #myjihad est débordé de tweets haineux qui réduisent le djihad aux exactions d'extrémistes radicaux.... Des messages qui légitiment plus que jamais le bien-fondé d'une telle campagne. 
 

"L'islam une religion de paix, c'est ça ? FAUX !!! LIRE CECI" (l'auteur Tom O'Halloran renvoie sur son blog où il dénonce, entre autres, les Frères musulmans). © Twitter

 
 
 

 

Première publication : 31/01/2013

  • ÉTATS-UNIS

    À New York, des affiches comparent les djihadistes à des sauvages

    En savoir plus

  • RELIGION

    À la recherche de Sam Bacile, producteur de "L'innocence des musulmans"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le pasteur Jones tergiverse sur son intention de brûler le Coran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)