Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Plusieurs ONG dénoncent des exactions commises par l'armée au Mali

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/02/2013

Amnesty International et Human Rights Watch accusent des soldats maliens de "graves atteintes aux droits de l'homme" lors de l'offensive engagée le 11 janvier avec le soutien des forces françaises. Les ONG évoquent notamment des exécutions sommaires.

Dans deux rapports publiés vendredi 1er février, Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) accusent l’armée malienne d’avoir procédé à des exécutions sommaires lors de la poussée des forces djihadistes vers le sud du Mali et de la contre-offensive engagée le 11 janvier par la France.

Amnesty International dit avoir réuni des preuves établissant qu’au moins cinq civils, dont trois enfants, ont trouvé la mort lors d’un bombardement aérien mené le 11 janvier à Kona dans le cadre de l’opération conjointe menée par les forces françaises et maliennes, sans pouvoir préciser quelle armée en porte la responsabilité.

Un responsable du ministère français de la Défense a tenté de dédouaner les soldats français de toute responsabilité dans ces attaques en indiquant à Amnesty que les frappes françaises n’avaient pas débuté avant 16h30 ce vendredi 11 janvier. Mais un représentant de la mairie de Kona et un colonel de l’armée malienne ont déclaré pour leur part que l’opération commune franco-malienne avait débuté dans la matinée...

"Il est absolument impératif que la France et le Mali ouvrent une enquête pour savoir qui a mené cette attaque. Toutes les conclusions devront être rendues publiques de sorte qu’il soit possible de déterminer s’il y a eu ou non violation du droit international", a déclaré Gaëtan Mootoo, chargé du Mali au sein d’Amnesty International.

Des corps jetés dans un puits

Les enquêteurs d’Amnesty, qui se sont rendus dans les villes de Ségou, Sévaré, Niono, Kona et Diabali, ont aussi enregistré des témoignages selon lesquels le 10 janvier, à la veille du déclenchement par la France de l’opération "Serval", l’armée malienne a arrêté et exécuté une vingtaine de civils, principalement dans la ville-garnison de Sévaré, près de Mopti.

Plusieurs corps auraient été jetés dans un puits, ont raconté des témoins, interrogés par Human Rights Watch. "Ils ont fait monter un homme âgé et son fils dans une voiture et les ont conduits 100 mètres plus loin jusqu’au puits sur le terrain vide. Ils ont tiré une balle sur le fils... il s’est effondré. Puis ils ont pris son corps et l’ont jeté dans le puits. Puis ils ont tiré plusieurs balles sur le père, mais il n’est pas tombé. En voyant ça, ils lui ont enlevé quelques vêtements, lui ont tiré dessus à nouveau et l’ont aussi jeté dans le puits. Ensuite ils ont à nouveau tiré dans le puits. Des gens ont dit que les militaires ont insisté sur le fait que c’était des islamistes. Mais le fils a essayé d’expliquer que son père, qui agissait de manière étrange, était fou", développe l'un d'eux.

Selon l'ONG, au moins 13 personnes ont été exécutées sommairement et cinq autres ont disparu entre le 9 et le 18 janvier à Sévaré, Kona et dans les villages environnants. Les forces de sécurité auraient ciblé des civils soupçonnés de liens avec les groupes islamistes armés, souvent sur des faits très ténus comme leur origine ethnique ou leur type de vêtements.

Exécutions de soldats blessés

Les organisations de défense des droits de l’Homme imputent également des exactions aux groupes islamistes armés qui s’étaient rendus maîtres du Nord-Mali au printemps dernier. Elles citent des exécutions de soldats blessés et le recrutement forcé d’enfants-soldats.

Un témoin a raconté à HWR comment il avait vu l’exécution de soldats maliens pendant la bataille pour la ville de Kona du 9 au 11 janvier. "Depuis l’endroit où j’étais caché, j’ai vu deux soldats qui étaient séparés des autres. Ils devaient être à court de munitions et se cachaient quand un groupe de quatre combattants du Mujao les a pris... L’un a demandé grâce en disant ‘S’il vous plaît, au nom de Dieu’. Mais ils l’ont maintenu à terre et lui ont tranché la gorge. Deux jours plus tard, alors que nous emportions les soldats morts pour les enterrer, les islamistes ont vu que cinq d’entre eux étaient encore en vie. Ils étaient gravement blessés mais ils respiraient encore et auraient dû avoir une chance de vivre. Au lieu de cela, les islamistes les ont tués, l’un après l’autre... Ils ont abattu certains d’un coup de feu dans la bouche en disant 'Allah akbar' [Dieu est le plus grand]. ... Je n’ai pas pu dormir pendant des jours."

A Diabali, près de la frontière mauritanienne, des combattants islamistes sont également accusés d’avoir exécuté sommairement les 14 et 15 janvier cinq soldats maliens blessés dans les combats ainsi qu’un civil, selon Amnesty International.

Des enfants âgés pour certains de dix ans ont été recrutés de force. Selon HRW, citant des habitants de Kona, au moins trois de ces enfants enrôlés par les islamistes ont été tués pendant les affrontements.

"La vocation de la France n'est pas de rester au Mali" Laurent Fabius

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 01/02/2013

  • MALI

    Otages français au Mali : pourquoi les djihadistes n'ont pas besoin de les utiliser

    En savoir plus

  • MALI

    L'opération "Serval" au Mali a déjà coûté 50 millions d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)