Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

FRANCE

"Quand la famille se défait, elle s’expose davantage au mal-logement"

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 01/02/2013

Dans son rapport annuel, la Fondation Abbé-Pierre démontre la corrélation entre situation familiale et difficultés de logement. La France compte 3,6 millions de mal-logés et plus de 5 millions de personnes "en situation de réelle fragilité".

Dans son 18e rapport annuel, la Fondation Abbé-Pierre - qui s'est longuement penchée sur les liens entre les situations familiales fragiles et la crise du logement - a noté, fait nouveau, que la part des familles faisant face à la difficulté de se trouver un toit décent a considérablement augmenté. "À Paris, elles [ces familles] représentent désormais 49 % des personnes hébergées via le 115 [soit une augmentation de 400 % en 10 ans, NDLR]", s'alarme l'association.

Aujourd’hui, en effet, de plus en plus de pères ou mères célibataires avec enfants se retrouvent dans des hébergements d’urgence après avoir été "logés" quelque temps chez un ami ou à l’hôtel…. "Quand la famille se défait, elle s’expose davantage au mal-logement", peut-on lire dans le rapport.

Cohabitation forcée

La cohabitation "forcée" a aussi fait son apparition : désormais, certains divorcés sont forcés de cohabiter avec leur ex-conjoint. "Les conséquences économiques d’une séparation, la perte du niveau de vie qui en résulte, la difficulté à trouver un logement conduisent dans certains cas à des cohabitations forcées et insupportables", souligne ainsi le rapport.

Autre exemple : des jeunes adultes en voie d’autonomisation et d’indépendance, partis de la maison familiale, sont obligés de retourner habiter avec leurs parents, souvent à la suite de la perte d’un emploi, ou d’un "accident" de la vie.

"L'urgence sociale a explosé"

Reste que, même sans difficultés économiques particulières, certaines familles recomposées peuvent également être fragilisées. Ces dernières doivent souvent "retrouver un logement de taille suffisante pour accueillir les enfants des deux lignées, à proximité du domicile de l’ex-conjoint". Une véritable gageure dans les grandes agglomérations.

Toutes ces nouvelles données familiales, ces "mutations structurelles", viennent s’additionner aux personnes précaires déjà confrontés au mal-logement : les chômeurs, les personnes âgés à petite retraite, les sans-domicile fixe… "La part des familles parmi les usagers de l’urgence sociale a explosé au cours des 10 dernières années", note la fondation.

Plus de 8 millions de mal logés

Au total, la Fondation Abbé-Pierre a recensé 3,6 millions de mal-logés et plus de 5,1 millions de personnes "en situation de réelle fragilité". Elle évalue ainsi à plus de 8 millions les personnes concernées par des difficultés de logement.

Elle estime également que plus d'1,1 million de ménages sont en attente d'un logement social, que 3,8 millions sont en situation de précarité énergétique (chiffres 2006), que 1,3 million de locataires sont en difficulté de paiement tout comme 565 000 propriétaires (2006), et que plus de 91 000 ménages sont menacés d'expulsion (chiffres 2009-2011). Autant de chiffres qui lui permettent d'évoquer au final 10 millions de personnes touchées, de près ou de loin, par la crise du logement.


 

Première publication : 01/02/2013

  • FRANCE

    L'Église catholique répond à Cécile Duflot sur l'hébergement des sans-abri

    En savoir plus

  • FRANCE

    "En France, la paupérisation des étudiants est une évidence"

    En savoir plus

  • FRANCE - SOCIAL

    Les "travailleurs pauvres", nouveaux visages de la précarité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)