Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Economie

À Paris, Google et les éditeurs de presse jouent les prolongations

© Photo AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/02/2013

Malgré la date-butoir du 31 janvier 2013, Google et la presse s’affrontaient encore, vendredi, à la table des négociations. L’enjeu est de taille : la participation du moteur de recherche au financement de la presse française.

Jeudi 31 janvier, minuit. L’échéance fixée par François Hollande vient d’expirer mais  aucune annonce d’accord n’a eu lieu entre Google et les éditeurs de presse français. Selon une journaliste de l’AFP, les négociations se poursuivent. Du côté du Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN), l'un des représentants des éditeurs interrogé par FRANCE 24, on se refuse à tout commentaire, si ce n'est que les participants sont toujours autour de la table et qu’"un communiqué sera bientôt publié".

Les négociations, qui durent depuis début décembre, devaient s’achever à la fin de l’année 2012. Mais le gouvernement a donné un mois supplémentaire aux deux parties pour parvenir à une entente à l’amiable, plutôt que de recourir à une loi.

Les éditeurs souhaitent que Google accepte de mettre la main à la poche pour aider financièrement la presse française. Pour faire pression sur la firme, ils ont soumis, fin septembre, un projet de loi au gouvernement consistant à faire payer des droits aux moteurs de recherche dès que les articles d’un titre de presse sont référencés.

La réponse de Google : le déréférencement pur et simple

Face à cette menace, Google a répondu clairement aux éditeurs. Dans un courrier envoyé au gouvernement et que l’AFP a rendu public mi-octobre, le roi des moteurs de recherche menace de "déréférencer les sites de presse français" si une taxe sur les liens devait lui être imposée.

Google et les autres pays

Il n’y a pas que les éditeurs français qui bataillent contre Google. En Allemagne, un projet de taxe a été adopté le 29 août dernier : il oblige les moteurs de recherche à reverser des commissions aux éditeurs de presse internet. À l’inverse, au Brésil, l’Association nationale des journaux brésiliens s’est retirée de Google Actualités en 2011. Elle reconnaît une perte de trafic de 5 %, mais estime que "c’est le prix à payer pour la protection du journal et de sa marque". Néanmoins, cette suppression concerne surtout les contenus présents dans les versions imprimées. Les contenus propres au Web sont donc toujours référencés sur Google.

C’est pourtant une idée appuyée par le président de la République, François Hollande. Lors de ses vœux à la presse, le 16 janvier, il a affirmé qu’il était "normal que ceux qui tirent profit de l'information produite par [le travail des éditeurs de presse] participent à sa prise en charge", avant de préciser que "si les négociations avec les éditeurs de presse n'aboutissent pas, il y aura une disposition législative ou fiscale".

Il faut dire que le géant américain, qui a publié ses résultats annuels en janvier, a les moyens d’être généreux, avec un chiffre d’affaires dépassant les 50 milliards de dollars, et un bénéfice net annuel en hausse de 10 %, à 10,74 milliards de dollars.

Première tentative, démentie aussitôt

Un premier signe de dénouement est apparu le 18 janvier, quand lemonde.fr a annoncé que Google avait proposé aux éditeurs "un revenu annuel de 50 millions d’euros, qui se découperait en trois tiers. Premièrement, de l'achat d'espace publicitaire par Google, sur les supports papier et numériques de la presse ; deuxièmement, une collaboration commerciale entre les éditeurs et le moteur de recherche ; troisièmement, l'utilisation par les éditeurs de la plateforme publicitaire AdSense de Google, sur laquelle le groupe américain leur garantirait un minimum de chiffre d'affaires".

Un montant que les patrons de presse auraient jugé insuffisant, toujours selon le quotidien du soir. Mais l'Association de la presse d'information politique et générale (IPG), l'autre représentant des éditeurs avec le SPQN, a démenti aussitôt l’existence même d’un accord.

Aujourd’hui, deux scénarios se profilent. Si aucun accord n’est trouvé, les regards se tourneront alors vers le législateur, à qui les éditeurs demanderont de mettre sa menace - la fameuse "taxe Google" - à exécution. Deuxième option, plus conciliante : ces quelques heures supplémentaires de négociations  aboutissent à un accord commercial d’un montant qui se chiffrera en dizaines de millions d’euros. Un compromis donnant-donnant qui pourrait donner des idées aux éditeurs de presse étrangers.

Première publication : 01/02/2013

  • INTERNET

    Google menace de retirer les journaux français de son moteur de recherche

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google et la presse belge ont-ils conclu un accord gagnant-gagnant ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Quand la "taxe Google" refait surface dans le budget 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)