Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : des centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le kamikaze d'Ankara appartenait à un mouvement d'extrême gauche

©

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/02/2013

L'attentat-suicide perpétré vendredi devant l'ambassade des États-Unis à Ankara, a fait deux morts et fit plusieurs blessés. Samedi, le groupe d'extrême-gauche appelé le Parti-Front de libération populaire a revendiqué l'attaque.

Le groupe d'extrême gauche turc DHKP-C (Front de libération populaire) a revendiqué, samedi 2 février, l'attentat-suicide commis la veille contre l'ambassade des États-Unis à Ankara.

"Notre guerrier […] a mené cette action d'auto-sacrifice le 1er février 2013, en entrant dans l'ambassade des États-Unis, meurtriers du peuple du monde", a déclaré le DHKP-C dans un communiqué posté sur un site Internet proche du groupe.

Le kamikaze a été présenté par la presse comme un ancien détenu gréviste de la faim gravement malade. "Selon l’enquête menée par les artificiers de la police, l'activiste a fait exploser une charge d'environ six kg de TNT", a indiqué samedi le gouvernorat d'Ankara dans un communiqué.

Outre l'auteur de l'attentat, l’explosion de la bombe a tué un agent turc de sécurité et gravement blessé une femme. Cette dernière se trouve dans un état critique.

Complexe sécurisé

L'explosion n'a pas causé de dommages à l'intérieur du complexe de l'ambassade, située dans le quartier où sont installées la plupart des représentations diplomatiques de la capitale turque, selon un membre turc du personnel de l'ambassade. Des mesures de sécurité ont immédiatement été prises dans l'ambassade, avec interdiction pour le personnel de quitter les locaux, a ajouté cette source.

"Il y a eu une explosion à l'ambassade des États-Unis à environ 13h15 [11h15 GMT, NDLR]. Les mesures appropriées ont été prises par la police turque qui enquête maintenant sur l'incident", a affirmé l'ambassade dans un communiqué. "Nous sommes bien sûr très tristes, nous avons perdu l'un de nos gardiens turcs à l'entrée", a déclaré à la presse l'ambassadeur américain, Francis Ricciardone.

"Le complexe est sécurisé, nous nous sentons tous en sécurité grâce à votre action", a ajouté le diplomate à l'adresse des autorités turques, "nous sommes chez des amis [...], nous allons continuer à combattre le terrorisme ensemble".

"Comme un séisme"

De nombreux véhicules de pompiers et ambulances ont été dépêchés sur les lieux, où se sont rendus les principaux responsables de la police turque et des représentants du ministère turc des Affaires étrangères.

Ahmet Mete, travaillant pour une société d'assurance à une centaine de mètres de l'endroit où s'est produit l'explosion, a déclaré à l'AFP avoir entendu "une violente déflagration". "C'était comme si un séisme se produisait", a-t-il ajouté. "Tous les jours, des centaines de personnes viennent ici pour faire une demande de visa. La zone est très protégée depuis des années. Il y a trois barricades sur cette rue", a-t-il ajouté.

Cette explosion intervient alors que les États-Unis, l'Allemagne et les Pays-Bas viennent de déployer sur le territoire turc, sous couverture de l'Otan, des batteries de missiles sol-air Patriot destinées à le protéger d'éventuelles attaques syriennes.

Les chaînes de télévision turques ont établi un lien entre cet attentat et une prochaine visite du nouveau secrétaire d'État américain, John Kerry, en Turquie, probablement à la fin de février.

Les responsables turcs et américains n'ont pas fait état de revendications. "Nos unités de sécurités travaillent intensément pour éclaircir la situation et arrêter au plus vite les coupables", a déclaré à l'agence Anatolie le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, depuis Belgrade.

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a, pour sa part, souligné lors d'un meeting à Istanbul la nécessité de "mener ensemble le combat contre le terrorisme partout dans le monde".

Les États-Unis avaient déjà été visés en 2008 par un attentat contre leur consulat général à Istanbul. Trois personnes avaient alors ouvert le feu sur le poste de sécurité de l'entrée principale du consulat américain, tuant trois policiers.

Les trois hommes, liés à la mouvance islamiste, avaient été abattus pendant l'assaut.

Les rebelles séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des groupuscules armés d'extrême gauche ont déjà commis dans le passé des attentats à Ankara.

La France condamne avec "la plus grande fermeté" cet attentat, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius qui a tenu à exprimer sa "solidarité aux autorités américaines et turques".


FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 01/02/2013

  • TURQUIE

    Choquée par sa condamnation, la Turque Pinar Selek va "continuer à se battre"

    En savoir plus

  • BULGARIE

    Le leader du parti de la minorité turque échappe à un attentat

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Dans l’establishment turc, certains s'opposent à la paix" avec les Kurdes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)