Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

EUROPE

Mariano Rajoy répond aux soupçons de corruption qui pèsent sur lui

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/02/2013

Au cœur d'un scandale de corruption soulevé par le quotidien El Pais, le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a nié avoir perçu de l'argent au noir. Il a par ailleurs exclu de démissionner.

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a nié samedi avoir reçu de l'argent "au noir" et annoncé qu'il allait publier sa déclaration de revenus, répondant à des informations de presse qui citent son nom parmi les bénéficiaires présumés de paiements occultes.

"Je n'ai jamais reçu d'argent au noir", a déclaré Mariano Rajoy devant la direction du Parti populaire, de droite, dont il est le président.

"Mes déclarations de revenus et de patrimoine seront mises en ligne à la disposition de tous les citoyens dès la semaine prochaine", a-t-il ajouté, promettant "d'exercer dans cette affaire la plus grande transparence".

Il a assuré aussi qu'il n'avait pas décidé de faire de la politique son métier "pour gagner de l'argent". "J'ai perdu de l'argent, mais il se trouve que pour moi l'argent n'est pas le plus important", a-t-il dit.

Le nom de Mariano Rajoy, président du PP depuis 2004 et chef du gouvernement depuis 2011, est apparu jeudi, cité par le quotidien El Pais, parmi les bénéficiaires présumés de salaires occultes qui auraient été versés pendant des années à plusieurs dirigeants du parti.

Ce nouveau scandale, basé sur des documents comptables présumés de deux anciens trésoriers du PP, a soulevé une vague d'indignation dans le pays miné par la crise économique et le chômage.

AFP

Première publication : 02/02/2013

  • ESPAGNE

    S'adapter ou mourir : un principe qui réussit à l'industrie espagnole

    En savoir plus

  • DIAPORAMA

    Logement : l’Espagne face au drame des expulsions

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    La crise espagnole dope le nationalisme catalan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)