Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Amériques

Les forces colombiennes tuent un commandant des Farc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/02/2013

Un commandant des Farc, Jacob Arango, a été tué par les forces colombiennes, a annoncé le ministère de la Défense. Depuis plusieurs mois, le gouvernement et la guérilla marxiste tentent de négocier la paix à La Havane.

Les forces colombiennes ont tué Jacobo Arango, un commandant des Farc, proche d'Ivan Marquez, le négociateur en chef de la guérilla marxiste, a annoncé vendredi le ministère de la Défense.

Jacobo Arango fait partie de six membres des Farc tués jeudi par les forces colombiennes, à la frontière entre les provinces de Cordoba et d'Antioquia, dans le nord-ouest du pays, dans une zone qui sert de transit au trafic de drogue.

Les Farc et le gouvernement colombien continuent à mener à La Havane des pourparlers de paix, quelques jours après la fin du cessez-le-feu de deux mois mis en place par les rebelles.

Le président colombien Juan Manuel Santos a accepté les discussions en pariant que les Farc, affaiblies par dix années d'opérations militaires contre ses bastions, étaient prêtes à la paix. Mais les rebelles disent avoir encore 9.000 combattants capables d'infliger d'importants dégâts aux infrastructures de la quatrième économie d'Amérique latine.

"Les médias relayent l'ordre donné par le gouvernement d'intensifier la guerre mais maintenant, étrangement, on se plaint aussi des conséquences et on nous traite de cyniques", a regretté vendredi Ivan Marquez.

La guérilla marxiste créée en 1964 et le gouvernement disent être d'accord sur la nécessité d'améliorer la vie dans les campagnes pauvres du pays, une question au coeur de l'insurrection lancée par les Farc il y a cinquante ans. Ils sont toutefois en désaccord sur les moyens d'y parvenir.

REUTERS

Première publication : 02/02/2013

  • COLOMBIE

    Les Farc mettent un terme à leur cessez-le-feu unilatéral en Colombie

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    À l'ouverture des négociations de paix, les Farc font preuve de bonne volonté

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Les Farc et le gouvernement colombien au seuil des négociations de paix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)