Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : À Rafah les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

François Hollande au Mali trois semaines après le début de l'opération Serval

© AFP

Vidéo par Matthieu MABIN , Julien SAUVAGET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/02/2013

François Hollande est arrivé samedi à Sévaré au Mali pour une visite de quelques heures. Accueilli à sa descente d'avion par le président malien par intérim Dioncounda Traoré, il est attendu à Tombouctou dans le nord et à Bamako.

Le président français François Hollande est arrivé samedi à Sévaré (centre) pour une visite de quelques heures au Mali, trois semaines après le déclenchement d'une opération militaire française destinée à déloger les groupes islamistes armés du nord du pays, a constaté un journaliste de l'AFP.

Accueilli à sa descente d'avion par le président malien par intérim Dioncounda Traoré, M. Hollande est accompagné de trois ministres, Laurent Fabius (Affaires étrangères), Jean-Yves Le Drian (Défense) et Pascal Canfin (Développement). Il doit se rendre ensuite à Tombouctou (nord) et à Bamako.

Les deux chefs d'Etat doivent se rendre à Tombouctou pour une rencontre avec les forces françaises et maliennes et une visite de l'institut où sont conservés des dizaines

Reportage à Bamako auprès des réfugiés qui ont fui Tombouctou

de milliers de précieux manuscrits, dont certains ont été incendiés par les combattants islamistes.

A Tombouctou, un journaliste de l'AFP a constaté que la ville était quadrillée par les armées française et malienne, dont des éléments étaient en position environ tous les 100 mètres.

MM. Hollande et Traoré se rendront ensuite à Bamako pour un déjeuner de travail avant que le président français ne regagne Paris.

Au Mali, le président Hollande doit appeler les pays africains à prendre rapidement le relais de la France, et appeler au dialogue politique et à la réconciliation nationale au Mali.

Le président français, qui espère capitaliser sur ses succès militaires qui devraient lui assurer un accueil triomphal au Mali, pourrait aussi annoncer un début de désengagement français, alors que plus de 3.500 soldats sont déployés sur le terrain.

L'intervention française avait débuté le 11 janvier, au lendemain d'une offensive en direction du sud du Mali menée par les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda qui occupaient le Nord depuis dix mois.

AFP

Première publication : 02/02/2013

  • MALI

    Otages français au Mali : pourquoi les djihadistes n'ont pas besoin de les utiliser

    En savoir plus

  • MALI

    Nord-Mali : "La présence de l'armée française semble encore indispensable"

    En savoir plus

  • SAHEL

    Les familles des otages français d’Aqmi luttent contre l'oubli

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)