Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Poutine, Israël, même combat"

En savoir plus

SUR LE NET

Écosse : les stars s'invitent dans le débat sur l'indépendance

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

iCloud piraté : tous en danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Passer l'arme à droite"

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Obama envoie 350 soldats supplémentaires en Irak

    En savoir plus

  • "Le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola", s'alarme MSF

    En savoir plus

  • Jihad : une Française retrouve sa fillette, emmenée de force en Syrie

    En savoir plus

  • Mistral : "Les technologies de pointe ont déjà été transmises aux Russes"

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Le chef des Shebab somaliens visé par un raid américain

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

Afrique

François Hollande au Mali trois semaines après le début de l'opération Serval

© AFP

Vidéo par Matthieu MABIN , Julien SAUVAGET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/02/2013

François Hollande est arrivé samedi à Sévaré au Mali pour une visite de quelques heures. Accueilli à sa descente d'avion par le président malien par intérim Dioncounda Traoré, il est attendu à Tombouctou dans le nord et à Bamako.

Le président français François Hollande est arrivé samedi à Sévaré (centre) pour une visite de quelques heures au Mali, trois semaines après le déclenchement d'une opération militaire française destinée à déloger les groupes islamistes armés du nord du pays, a constaté un journaliste de l'AFP.

Accueilli à sa descente d'avion par le président malien par intérim Dioncounda Traoré, M. Hollande est accompagné de trois ministres, Laurent Fabius (Affaires étrangères), Jean-Yves Le Drian (Défense) et Pascal Canfin (Développement). Il doit se rendre ensuite à Tombouctou (nord) et à Bamako.

Les deux chefs d'Etat doivent se rendre à Tombouctou pour une rencontre avec les forces françaises et maliennes et une visite de l'institut où sont conservés des dizaines

Reportage à Bamako auprès des réfugiés qui ont fui Tombouctou

de milliers de précieux manuscrits, dont certains ont été incendiés par les combattants islamistes.

A Tombouctou, un journaliste de l'AFP a constaté que la ville était quadrillée par les armées française et malienne, dont des éléments étaient en position environ tous les 100 mètres.

MM. Hollande et Traoré se rendront ensuite à Bamako pour un déjeuner de travail avant que le président français ne regagne Paris.

Au Mali, le président Hollande doit appeler les pays africains à prendre rapidement le relais de la France, et appeler au dialogue politique et à la réconciliation nationale au Mali.

Le président français, qui espère capitaliser sur ses succès militaires qui devraient lui assurer un accueil triomphal au Mali, pourrait aussi annoncer un début de désengagement français, alors que plus de 3.500 soldats sont déployés sur le terrain.

L'intervention française avait débuté le 11 janvier, au lendemain d'une offensive en direction du sud du Mali menée par les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda qui occupaient le Nord depuis dix mois.

AFP

Première publication : 02/02/2013

  • MALI

    Otages français au Mali : pourquoi les djihadistes n'ont pas besoin de les utiliser

    En savoir plus

  • MALI

    Nord-Mali : "La présence de l'armée française semble encore indispensable"

    En savoir plus

  • SAHEL

    Les familles des otages français d’Aqmi luttent contre l'oubli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)