Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

Afrique

Pour François Hollande, "le combat n'est pas terminé" au Mali

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/02/2013

François Hollande a effectué samedi une visite éclair au Mali. Après des étapes à Sévaré et à Tombouctou, il s'est rendu à Bamako, où il a assuré qu'il n'y avait "aucun risque d'enlisement" des troupes françaises dans le pays.

  • Le président français, François Hollande, s’est rendu, ce samedi 2 février, au Mali pour une visite éclair, où il a été accueilli par une foule en liesse.
  • Sur la place de l’Indépendance À Bamako, le chef d’État français a affirmé que le terrorisme avait été repoussé mais qu’il n’était pas encore vaincu, rappelant que la France sera aux côtés de l’armée malienne "le temps qu'il faudra". Il a par ailleurs appelé à "être exemplaire" et à "respecter les droits de l’Homme". Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a pour sa part promis qu'il n'y aurait "aucune exaction, aucun règlement de compte, aucune représaille".

"Le terrorisme a été repoussé, chassé mais il n'a pas encore été vaincu"

  • Lors d'une conférence de presse tenue à Bamako, François Hollande a également déclaré qu'il n'y avait "aucun risque d'enlisement au Mali", ajoutant que les troupes françaises étaient désormais "tout près des otages" français.
  • Plus tôt dans la journée, le chef de l’État a visité la mosquée de Tombouctou et salué les troupes françaises présentes depuis plus de trois semaines dans le cadre de l’opération Serval. Il a également dénoncé "la barbarie" imposée par les islamistes armés qui ont occupé cette ville mythique du nord du Mali pendant des mois avant sa libération par les soldats français et maliens.
  • François Hollande a affirmé que l'action de la France n'était pas terminée, même si l'objectif à terme était de passer le relais aux forces africaines. "Le combat n’est pas terminé, a-t-il assuré lors de son discours à Tombouctou. Mais le numéro un français de prévenir : "Nous n'avons pas vocation à rester : nos amis africains vont pouvoir faire le travail qui était le nôtre jusque-là".
  • De son côté, le président par intérim malien, Dioncounda Traoré, a remercié les soldats français pour leur "efficacité" et leur "professionnalisme", qui ont permis de libérer la population du nord du Mali "après des mois et des mois de barbarie et d'obscurantisme".

 

Revivez les moments forts de la visite de François Hollande au Mali grâce à notre liveblogging ci-dessous.

Pour suivre ce liveblogging à partir d'un smartphone, cliquer ici.

Première publication : 02/02/2013

  • MALI

    Otages français au Mali : pourquoi les djihadistes n'ont pas besoin de les utiliser

    En savoir plus

  • MALI

    Exclusif : le président Traoré rejette toute négociation avec les islamistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)