Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Moyen-orient

Ehoud Barak réaffirme qu'Israël ne laissera pas des armes passer de Syrie au Hezbollah

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/02/2013

Lors de la Conférence internationale sur la sécurité à Munich, en Allemagne, le ministre israélien de la Défense a réaffirmé qu'Israël ferait tout pour empêcher que des armes soient transférées de Syrie au Hezbollah libanais.

Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a réaffirmé dimanche à Munich qu'Israël ne permettra pas que des armes soient transférées de Syrie au mouvement chiite libanais Hezbollah.

"Nous avons dit qu'il ne doit pas être permis que des systèmes d'armes perfectionnés soient transférés au Liban", a-t-il déclaré lors de la dernière journée de la Conférence internationale sur la sécurité.

M. Barak n'a pas commenté les informations, confirmées par Washington, selon lesquelles Israël a mené mercredi un raid aérien en Syrie contre des missiles et un complexe militaire près de Damas, l'Etat hébreu craignant des transferts d'armes au Hezbollah chiite libanais.

"Je ne peux pas comprendre comment l'Iran peut soutenir ce régime" de Bachar al-Assad, a par ailleurs déclaré M. Barak. "Le Hezbollah soutient Assad. Je pense qu'ils subiront des revers, qu'ils en paieront le prix", a poursuivi le vice-Premier ministre israélien, qui doit prochainement quitter son poste.

Le problème du nucléaire iranien "est un défi pour l'ensemble du monde", a-t-il par ailleurs affirmé, en soulignant qu'"aucune option ne doit être écartée".

AFP

Première publication : 03/02/2013

  • SYRIE

    Damas accuse Israël d'avoir bombardé un centre de recherche militaire syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour Moscou, Assad perd "de plus en plus" le contrôle du pays

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les armes chimiques syriennes sont toujours en sécurité, selon Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)