Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Moyen-orient

Nucléaire iranien : la relance des négociations fixée à fin février

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/02/2013

Afin de relancer les négociations sur le programme nucléaire iranien, les grandes puissances du groupe 5+1 ont proposé, dimanche, à l'Iran de se réunir fin février au Kazakhstan. Téhéran n'a pas officiellement accepté l'invitation.

Les grandes puissances ont proposé à l'Iran une réunion le 25 février au Kazakhstan pour tenter de relancer, après des mois d'interruption, les négociations diplomatiques sur son programme nucléaire controversé.

A l'issue de plusieurs semaines d'attente, le lieu et la date de la prochaine réunion ont été annoncés dimanche par le chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, devant la Conférence sur la sécurité de Munich.

"J'ai une bonne nouvelle. J'ai entendu hier que le groupe 5+1 se réunirait au Kazakhstan le 25 février", a déclaré M. Salehi sans préciser si Téhéran avait officiellement accepté l'invitation à s'y joindre.

Les grandes puissances du groupe 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité -Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne- + l'Allemagne) avaient initialement tablé sur une réunion en décembre, puis en janvier. Mais aucun accord n'avait été conclu avec l'Iran sur la date et l'endroit.

Le Caire et Istanbul avaient été évoqués comme lieu de rencontre alors que le dernier cycle de négociations avait été organisé à Moscou en juin 2012.

"Nous avons fait des propositions de date depuis début décembre", pour une nouvelle rencontre du groupe 5+1 et de l'Iran, a commenté Michael Mann, un porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. "Notre dernière proposition a bien été d'organiser une réunion au Kazakhstan la semaine du 25 février. Nous sommes donc ravis d'entendre le chef de la diplomatie iranienne qui confirme aujourd'hui" cette réunion, a-t-il affirmé.

A Munich, M. Salehi a par ailleurs indiqué que Téhéran allait "examiner positivement" l'offre de négociations bilatérales avec les Etats-Unis, que le vice-président Joe Biden a présentée devant la Conférence.

"Nous sommes tout à fait prêts à mener des négociations, mais cette fois, il faut que l'autre partie ait vraiment envie de parvenir à une solution", a déclaré le ministre iranien. Il a en outre appelé Washington à cesser d'utiliser une "rhétorique menaçante" sur ce dossier.

Qualifiant de "sérieuse" son offre, M. Biden a estimé qu'"il y a du temps et de la marge pour la diplomatie, secondée par une pression économique", pour tenter de trouver une solution négociée. Il n'a pas précisé si Washington était disposé à faire des promesses à l'Iran, qui réclame la levée des sanctions internationales affectant son économie.

Toutefois, de passage à Paris, M. Biden a, dimanche soir, durci le ton en prévenant l'Iran que "la fenêtre diplomatique se (refermait)" dans les négociations sur son programme nucléaire.

"La balle est dans le camp des Iraniens. En ce qui nous concerne, nous avons fait et continuons à faire de réels efforts en vue d'atteindre une résolution diplomatique des préoccupations de la communauté internationale (...). Mais la fenêtre diplomatique se referme", a déclaré M. Biden dans un entretien avec le quotidien français Le Figaro.

Les Iraniens, "bons joueurs d'échecs"

Sur le fond, les divergences restent profondes entre les grandes puissances, qui soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire, et Téhéran, qui revendique le droit d'enrichir de l'uranium à des fins pacifiques, pour produire de l'électricité ou des isotopes.

De ce fait, il est improbable que les négociations débouchent sur des avancées concrètes cette année, a jugé à Munich Vali Nasr, professeur de relations internationales à l'université John Hopkins.

Un autre expert, le Saoudien Turki al Faisal, a estimé que l'Iran poursuivait "la même stratégie que la Corée du Nord", c'est-à-dire gagner un maximum de temps avant d'accepter de négocier.

Egalement présent à Munich, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a déclaré que les dirigeants iraniens étaient "de bons joueurs d'échecs", qui "vont anticiper le jeu".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a, quant à lui, affirmé dimanche que la tâche devenait "plus complexe" parce que l'Iran "s'est doté de nouvelles centrifugeuses qui raccourcissent le délai nécessaire à l'enrichissement (d'uranium)".

En 2012, les négociations avaient bloqué lorsque les "5+1" avaient demandé à l'Iran de suspendre l'enrichissement à 20% à la centrale souterraine de Fordo (centre) et d'exporter ses stocks d'uranium enrichi à 20%.

Ils redoutent en effet que ces stocks et la technologie accumulés par Téhéran ne permettent de produire rapidement de l'uranium enrichi à plus de 90%, nécessaire à la fabrication de l'arme atomique.

AFP

Première publication : 03/02/2013

  • IRAN

    Ulcéré par le film "Argo", le régime iranien contre-attaque avec une superproduction

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'Iran prêt à intensifier ses activités nucléaires, selon l'AIEA

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran lance Mehr, le YouTube des mollahs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)