Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Le Maroc épargné par les terroristes mais délaissé par les touristes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

"Brexit" : être ou ne pas être dans l'UE

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Claude Lelouch : "Je travaille avec un grand scénariste qui s’appelle la vie"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei chute brutalement, pénalisé par un yen fort

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Syrie: agissons"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Agriculture: l'Europe, bouc émissaire ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cahuzac : le "paria" devant la justice

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'ex-otage australienne veut rester au Burkina Faso

En savoir plus

Sports

Six-Nations : la France rate son entrée en s'inclinant face à l'Italie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/02/2013

Pour son premier match du tournoi des Six-Nations 2013, le XV de France s'est incliné dimanche à Rome face à l'Italie (23-18). Cette défaite met un coup d'arrêt à une série de quatre victoires pour les Bleus.

Le XV de France s'est incliné dès son entrée en piste dans le Tournoi des six nations face à l'Italie (23-18), qui a réédité dans son stade Olympique l'exploit accompli contre ces mêmes Français il y a deux ans au stade Flaminio (22-21).

Loin du jeu léché et de la défense intraitable observée lors des test-matches de novembre, qui s'étaient soldés par des victoires successives face à l'Australie, l'Argentine et les Samoa, les Bleus ont rendu une copie brouillonne.

"On a mené de cinq points. On a eu l'occasion de tuer le match mais on ne le fait pas. On a manqué de justesse et fait preuve de précipitation", a regretté le manageur du XV de France, Philippe Saint-André.

Fantomatiques face à un adversaire survolté et dans un brouhaha crescendo, le XV de France a quasiment vécu à l'identique son cauchemar de 2011, qui a semblé total quand à la 60e minute ils ont perdu leur capitaine Pascal Papé, touché au genou gauche.

Le coup d'arrêt est cruel pour les hommes de Philippe Saint-André, qui peuvent dire d'ores et déjà adieu au Grand Chelem et peut-être à leurs rêves de remporter le Tournoi.

Le mérite en revient aux Italiens, qui confirment leur progrès entrevus à l'automne, où ils avaient fait souffrir l'Australie (défaite 22-19).

Les hommes de Jacques Brunel ont inscrit deux essais, par deux des Azzurri les plus emblématiques: le capitaine Sergio Parisse et le pilier Martin Castrogiovanni.

"Mettre le casque à pointe"

C'est d'ailleurs Parisse qui a allumé la première mèche, en aplatissant après une percée plein champ du demi de mêlée Tobias Botes dès la 7e minute.

Les Bleus ont ensuite réagi, parvenant même à virer en tête à la mi-temps (15-13), en inscrivant deux essais. Le premier était marqué en force par le troisième ligne Louis Picamoles (12e), l'un des rares Bleus à surnager dimanche, et le second par Benjamin Fall (24e), à la conclusion d'une percée de l'arrière Yoann Huget.

Mais trop de déchets en conquête, des combinaisons ratées dans leur jeu de ligne et la combativité des Italiens ont eu raison de leurs espoirs en seconde période.

A l'heure de jeu, Castrogiovanni, servi par Luciano Orquera, aplatissait en force, récompensant un splendide contre de 80 mètres initié un peu plus tôt par Parisse, encore (20-18).

Un drop de Kristopher Burton parachevait leur succès et les derniers assauts bleus n'y faisaient rien face à une défense héroïque.

Les Français devront réagir samedi prochain face à un pays de Galles également à la relance, au Stade de France qui leur avait si bien réussi à l'automne. "Maintenant, on va bosser, on va mettre le casque à pointe", a prévenu Saint-André.

AFP

Première publication : 03/02/2013

  • RUGBY

    Six-Nations : l'Angleterre écrase l'Écosse

    En savoir plus

  • RUGBY

    Six-Nations : l'Irlande s'impose face au Pays de Galles, tenant du titre

    En savoir plus

  • RUGBY

    XV de France : Papé, un capitaine rustique et nouvelle génération

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)