Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

Moyen-orient

Le chef de l'opposition syrienne ouvre le dialogue avec Moscou et Téhéran

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2013

Le chef de la Coalition nationale syrienne (CNS), Ahmad Mouaz al-Khatib, a rencontré les ministres russe et iranien des Affaires étrangères. Moscou et Téhéran ont salué la volonté du leader de l'opposition syrienne de dialoguer avec le régime Assad.

Pour la première fois, samedi 2 février, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a rencontré le chef de la Coalition nationale syrienne (CNS), Ahmad Mouaz al-Khatib. L’entrevue fut organisée à Munich, en Allemagne, en marge de la Conférence internationale sur la sécurité à laquelle les deux hommes participaient.

À l’issue de la rencontre, la Russie s'est déclarée favorable à des "contacts réguliers" avec l'opposition syrienne, en saluant la volonté de son chef d'entamer un dialogue sous conditions avec le régime de Bachar al-Assad. La semaine précédente, le chef de l’opposition syrienne avait en effet annoncé, à la surprise générale, qu’il était prêt à entamer un dialogue avec le régime, à l'exception des dirigeants "ayant du sang sur les mains".

"Nous saluons cela. C'est un pas très important, si nous prenons en compte le fait que la Coalition avait pour fondement le refus" de ce dialogue, a déclaré Sergueï Lavrov. "Je pense que le réalisme l'emporte", a-t-il poursuivi.

De son côté, le président de la CNS a dit avoir reçu de Sergeï Lavrov "une invitation claire" à se rendre en Russie, qui est, avec l'Iran, le soutien le plus solide du président syrien Bachar al-Assad.

"La Russie a sa vision des choses mais nous accueillons avec satisfaction l'idée de négociations en vue de soulager la crise et il y a beaucoup de choses dont nous devons discuter", a dit Mouaz al-Khatib.

Moscou et Pékin, qui disposent d'un droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU, ont bloqué à trois reprises un projet de résolution condamnant la répression menée par le régime syrien de Bachar al-Assad.

Dialogue avec l’Iran

Le chef de l’opposition syrienne n’a pas hésité non plus à ouvrir le dialogue avec un autre soutien du régime syrien, l’Iran. Après une rencontre de 45 minutes avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, le chef de l'opposition syrienne a déclaré à Reuters : "Nous sommes d'accord sur le fait qu'il faut trouver une solution pour mettre un terme à la souffrance du peuple syrien". Le chef de la diplomatie iranienne a fait savoir qu’il saluait la volonté du chef de l’opposition du dialoguer avec le régime.

La guerre en Syrie a été au cœur des nombreuses rencontres qui se sont tenues dans le grand hôtel de Munich où s'achève dimanche la 49e Conférence de Munich, le "Davos de la sécurité".

Sergueï Lavrov s'est ainsi entretenu également avec le vice-président américain, Joe Biden. Peu avant, les deux hommes avaient reconnu en public que de "profondes divergences" subsistaient entre eux sur les conditions de mettre fin au conflit qui a fait plus de 60 000 morts en près de deux ans.

Malgré ces désaccords, il "est important pour les deux pays de travailler ensemble dans l'intérêt de la paix internationale et de la sécurité, y compris en Syrie", a indiqué la Maison Blanche.

Joe Biden a par ailleurs exprimé son souhait que la communauté internationale renforce son soutien aux adversaires du régime Assad, qu'il a qualifié de "tyran déterminé à se maintenir au pouvoir" mais "plus capable de diriger la nation". "Nous travaillons ensemble, avec nos partenaires, pour qu'elle [l'opposition] devienne plus unie, plus solidaire", a déclaré le vice-président américain.

Présent à Munich, l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, n'a quant à lui pas caché le fait qu'aucune solution ne fût en vue et que la Syrie "éclatait un peu plus chaque jour".

France 24 avec dépêches

Première publication : 03/02/2013

  • SYRIE

    Lakhdar Brahimi s'alarme de la destruction "petit à petit" de la Syrie

    En savoir plus

  • INTERVIEW

    "À Alep, au moins 65 personnes ont été exécutées d'une balle dans la tête"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad forme une nouvelle force paramilitaire pour seconder l’armée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)