Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fifagate : L'Afrique du Sud rejette les accusations autour du mondial 2010

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA: Sepp Blatter se pose en victime

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Darfour, le conflit oublié

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Au Mexique, la guerre de la drogue continue de tuer

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'histoire du hip-hop racontée à l'IMA

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Quatre résistants au Panthéon : François Hollande en tête à tête avec l'Histoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Général Barrera : "le Mali n'est plus occupé par les terroristes"

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Marché transatlantique : avec les consommateurs, mais sans les citoyens ?

En savoir plus

FRANCE

Des dizaines d'imams au Mémorial de la Shoah à Drancy pour "dénoncer la violence"

© AFP

Vidéo par Roméo LANGLOIS , Julien MUNTZER

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 05/02/2013

Après une visite en Israël en novembre, une délégation d'imams a rendu hommage lundi aux déportés juifs de France au Mémorial de la Shoah pour "montrer que l’islam n’a rien à voir avec la haine", selon l'imam de Drancy.

C’est un "symbole fort". Près de 140 imams se sont retrouvés, lundi 4 février en fin d’après midi, au Mémorial de la Shoah à Drancy, en Seine-Saint-Denis. Dans ce lieu "d’éducation", construit en face du camp d’internement du même nom, la délégation a rendu hommage aux 70 000 juifs déportés en Allemagne entre 1941 et 1944. "On veut montrer que l’islam n’a rien à voir avec la haine. Il faut dénoncer la violence, celle des nazis hier, celle des terroristes aujourd’hui", a affirmé au journal "Le Parisien" Hassen Chalghoumi, imam de Drancy , à l’origine de cette visite avec l’écrivain Marek Alter.

Surnommé "l’imam juif" par ses détracteurs, Hassen Chalghoumi, également président de la Conférence des imams de France, n’a cessé de multiplier les initiatives en faveur du rapprochement entre les communautés musulmane et juive ces derniers mois.

Le 11 novembre 2012, une délégation de 17 imams avait effectué une visite officielle en Israël et dans les Territoires palestiniens toujours pour délivrer un message de paix. “Notre but est de dire que le conflit israélo-palestinien est politique et non religieux. Avec cette action, nous voulons couper court aux tensions qui fragilisent le 'vivre ensemble' ici en France, en refusant toute forme de transposition du conflit dans notre pays,” avait alors expliqué l’imam de la mosquée de Drancy.

Des imams français en Terre sainte

 

Se démarquer de "l’acte isolé" de Mohamed Merah

Au cours de cette visite, la délégation s’était également recueillie sur les tombes des victimes de Mohamed Merah, assassinées le 19 mars à l’école juive d’Ozar Hatorah à Toulouse et enterrées en Israël. "Malheureusement, côté israélien, beaucoup pensent que les musulmans de France détestent les juifs, qu'il y a de l'antisémitisme. Notre voyage prouve que ça n'a rien à voir avec l'islam" et qu'il s'agit "d'actes isolés", avait alors martelé l'imam de Drancy.

En juin 2012, l’imam Chalghoumi s’était déjà rendu au mémorial Yad Vashem à Jérusalem. "Ce n’est pas [seulement] l’histoire du peuple juif, c’est notre histoire à tous, avait alors déclaré le président de la conférence des imams de France. En protégeant cette histoire, nous protégeons l’histoire des minorités".

Des responsables de tous les grands cultes religieux - coptes, juifs, protestants, catholiques – ont été conviés à cette visite à Drancy, suivie d'un dîner au Centre culturel de Drancy, en présence du ministre de l'Intérieur en charge des Cultes, Manuel Valls.

Première publication : 04/02/2013

  • PROCHE-ORIENT

    Des imams français prônent la paix en Israël et dans les Territoires palestiniens

    En savoir plus

  • LIVRES

    Scènes d’islamophobie ordinaire à la française

    En savoir plus

  • RELIGION

    Hausse "inquiétante" des actes islamophobes en France en 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)