Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

TECH 24

Apple Pay, S-Money, Big Data bancaire : une affaire de gros sous

En savoir plus

BILLET RETOUR

Norvège : vivre après le massacre d’Utoya

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : des législatives sous tension

En savoir plus

Moyen-orient

Le Liban émet un mandat d’arrêt contre le chef du renseignement syrien

© AFP | Frontière libano-syrienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/02/2013

Ali Mamlouk, le chef des services de renseignements syriens, fait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par la justice militaire libanaise depuis ce lundi. Il est mis en cause dans le cadre d'une affaire d'explosifs transportés de la Syrie au Liban.

La justice militaire libanaise a lancé lundi un mandat d'arrêt contre le chef des services de renseignements syriens, Ali Mamlouk, dans le cadre d'une affaire d'explosifs transportés de la Syrie au Liban, a affirmé à l'AFP une source judiciaire.

Ces explosifs avaient été saisis dans la voiture de l'ex-ministre libanais Michel Samaha, arrêté depuis août dernier. Le général Mamlouk, le grand patron de l'appareil sécuritaire en Syrie, avait été convoqué par la justice libanaise le 14 janvier, mais il ne s'est pas présenté.

"Le premier juge d'instruction militaire, Riad Abou Ghida, a lancé un mandat d'arrêt par contumace à l'encontre du général Ali Mamlouk dans l'affaire du transport d'explosifs de la Syrie au Liban dans la voiture de Michel Samaha, que les services de sécurité avaient saisis", a indiqué la source judiciaire sous couvert de l'anonymat.

Le général syrien avait fait toute sa carrière dans le renseignement et a su gagner la totale confiance du président Bachar Al-Assad. Il figure sur la liste des personnes sanctionnées par l'Union européenne.

Un câble diplomatique américain datant de 2007 et révélé par Wikileaks évoque ses "activités contestables relatives au Liban", où la Syrie a exercé une tutelle politico-militaire pendant 30 ans et est soupçonnée d'être derrière une série d'assassinats qui a secoué le pays depuis 2005.

AFP

Première publication : 04/02/2013

  • LIBAN

    Six morts, dont cinq soldats libanais, dans des heurts à la frontière syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas accuse Israël d'avoir bombardé un centre de recherche militaire syrien

    En savoir plus

  • LIBAN

    Au Liban, les camps de réfugiés syriens sont payants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)