Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Printemps arabe : "Le rôle des réseaux sociaux a été très exagéré"

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 04/02/2013

Deux ans après le déclenchement du Printemps arabe, FRANCE 24 fait le point sur le rôle joué par les réseaux sociaux au cours de ces évènements avec Mounir Bensalah, auteur de "Réseaux sociaux et révolutions arabes ?".

Deux ans après le déclenchement du Printemps arabe, qui a renversé des régimes autoritaires enTunisie, en Égypte, en Libye et au Yémen, FRANCE 24 tente de faire le point sur le rôle joué par les réseaux sociaux au cours de ces évènements. En Occident, Facebook, Twitter et YouTube ont très souvent été présentés comme des acteurs-clés, voire des détonateurs de ces révolutions. Pour comprendre ce phénomène, qui a indéniablement mis la jeunesse arabe sur le devant de la scène, Mounir Bensalah, militant et blogueur marocain auteur de "Réseaux sociaux et révolutions arabes ?" (éd.Michalon), répond aux questions de FRANCE 24.

 
Peut-on, deux ans après, évaluer le rôle exact joué par les réseaux sociaux dans le Printemps arabe ?

Mounir Bensalah : Le rôle des réseaux sociaux dans le Printemps arabe a été très exagéré, notamment par les médias occidentaux. La révolution Facebook ou Twitter, tel que ces évènements ont été qualifiés, sont un mythe et un fantasme nés de raccourcis journalistiques. Ils ont indéniablement accompagnés ce qu'on appelle les révolutions arabes, puisqu'ils ont servis à mobiliser, à informer et à s'informer. Voire à attiser la colère. Ils ont en outre permis d'attirer l'attention des médias étrangers, empêchés de travailler librement dans les pays fermés, et de les alimenter en images. Ils ont également aidé ceux que j'appelle les révoltés solitaires, qui se croyaient seuls au monde, à se regrouper en découvrant que d'autres personnes partageaient leurs sentiments.
 
Mais les populations des pays arabes ne sont pas descendues dans les rues grâce aux réseaux sociaux, mais elles ont plutôt été poussées à se révolter pour des raisons sociales et politiques. D'ailleurs peu de gens étaient réellement connectés, et beaucoup d'entre eux n'avaient même pas accès à un ordinateur. Le profil type du cyber-activiste utilisant les réseaux sociaux le démontre : il est jeune, âgé entre 18 et 40 ans, citadin, jouissant d'un niveau d'instruction élevé et sensibilisé aux valeurs démocratiques lors d'un passage en Occident. Ce qui exclu une grande partie de la population des pays arabes, maintenue dans la pauvreté par les régimes dictatoriaux.
 
Deux ans après, que sont devenus ces cyber-activistes du Printemps arabe? Sont-ils toujours actifs?

M.B. : Aujourd'hui, les icônes de cette époque, subitement sorties de l'anonymat, sont écartées de la scène politique des pays qui ont vécu des bouleversements à la tête du pouvoir. Faute d'être organisés et de disposer de relais au sein de la société, ils n'ont pu jouer aucun rôle, malgré leur ambition et leur volonté de changer les choses. Et ce contrairement aux forces qui ont réussi à prendre le pouvoir en Égypte ou en Tunisie. Toutefois, il semble que la leçon a été retenue, car deux ans après, ils essayent de s'organiser. En Égypte par exemple, le Mouvement du 6-avril , une organisation de jeunes militants pro-démocratie très active lors de la révolte qui a renversé l'ancien président Hosni Moubarak, tente de devenir un acteur de plus en plus influent au sein de l'opposition égyptienne. Le même phénomène peut être constaté actuellement en Tunisie.

Comment se porte aujourd'hui la liberté sur Internet en Tunisie ou en Égypte ? La parole est-elle toujours libre sur les réseaux sociaux ?

M.B. : La parole a été indéniablement libérée. Même si les gouvernements issus de ce que l'on appelle le Printemps arabe tentent de fliquer les réseaux sociaux. Si, à l'époque, les régimes policiers avaient négligé l'importance des réseaux sociaux, ceux qui les ont remplacés connaissent leur pouvoir de nuisance. Cependant, ils savent parfaitement que nul ne peut totalement museler Internet. La censure sera continuellement contournée.
 

 

Première publication : 04/02/2013

  • POLÉMIQUE

    Facebook accusé de censure par un mouvement féministe arabe

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Deux Tunisiens condamnés à sept ans de prison pour des caricatures de Mahomet sur Facebook

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Un Égyptien condamné à 3 ans de prison pour avoir insulté l'islam sur Facebook

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)