Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

Dublin reconnaît sa responsabilité dans l'asservissement des résidentes des couvents de la Madeleine

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/02/2013

Le Premier ministre irlandais a présenté des excuses aux femmes victimes de mauvais traitements durant des décennies dans les couvents de la Madeleine. Cette déclaration fait suite à la publication d'un rapport pointant la responsabilité de l'État.

Les faits ont duré plus de 70 ans. Entre 1922 et 1996, dans les "couvents de la Madeleine" de la très catholique Irlande, plus de 10 000 pensionnaires ont été maltraitées, enfermées à cause de leur passé jugé immoral.

Ces jeunes femmes, souvent tombées enceintes hors mariage, travaillaient gratuitement dans l’une des dix laveries du couvent, exploitées commercialement par quatre ordres de religieuses catholiques. Le film de Peter Mullan, "Magdalene Sisters", sorti en 2002, s’était inspiré de leur calvaire.

Mardi, le Premier ministre irlandais, Enda Kenny, a présenté des excuses alors qu’il s’exprimait au Parlement, suite à la publication d'un rapport sur la responsabilité de l'État dans ces institutions. Il s'est adressé "aux résidentes qui se sont retrouvées aux laveries de Madeleine ("Magdalene launderies", baptisées ainsi par allusion à la Marie-Madeleine des Évangiles) par divers biais, dont 26 % en raison d'une intervention ou d'une implication de l'État".

"Je suis désolé pour ces personnes qui ont vécu dans un tel environnement", a-t-il déclaré, avant d’indiquer que l'État devait fournir "le meilleur soutien possible" à ces femmes dont entre 800 et 1 000 sont, selon lui, encore en vie. Mais il n'a pas évoqué précisément la mise en place d'un mécanisme transparent d'indemnisation réclamé par les survivantes.

Par le passé, l’État irlandais a toujours nié toute responsabilité, prétextant que les couvents étaient des institutions privées. Une version mise à mal par ce rapport d’un millier de pages, qui conclut à une "implication importante" de l’État.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 05/02/2013

  • IRLANDE

    L'Irlande va clarifier sa législation en matière d'avortement

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Elle décède en Irlande après s'être vue refuser un avortement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)