Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FRANCE

Un prêtre homosexuel en croisade contre le mariage pour tous

© Capture

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 06/02/2013

Le père Marie-Bernard, non reconnu par l'Église de Rome du fait de son orientation sexuelle, estime qu’en ouvrant le mariage aux couples homosexuels, ces derniers perdront leur "liberté en s'enfermant dans un système".

Il est prêtre, homosexuel et contre le mariage pour tous. Bernard Duvert, plus connu sous le nom de père Marie-Bernard, cultive sa différence. Mis au ban de l’Église pour avoir reconnu son homosexualité, celui qui se présente aujourd’hui comme un "prêtre freelance" refuse de voir les homosexuels se marier. La raison ? L’homosexualité est avant tout un "amour d'exception", un "art de vivre" qui ne doit pas se vivre dans le statut de la famille "si l’on ne veut rien changer à la nature homosexuelle".

"Je ne suis pas favorable aux sacrements du mariage", explique Bernard Duvert. "Je ne vois pas l’intérêt de tout cela. L’amour est le pivot central de l’homosexualité, c’est une Mémoire privilégiée avec notre origine", poursuit l’auteur de "Rose soutane", paru en 2006.

Ce sexagénaire aujourd’hui établi à Caussade, près de Montauban (sud de la France), a découvert sa vocation très tôt, à l’âge de six ans. "Je suis né avec une hostie dans la bouche", s’amuse-t-il. "Je n’ai pas fait le choix du sacerdoce pas plus que de ma sexualité. Les choses se sont imposées à moi".

Ordonné prêtre en 1979, à l’âge de 28 ans, Bernard Duvert connaît des débuts difficiles. Face à son homosexualité assumée, Rome décide de ne pas le reconnaître comme prêtre "licite". Qu'à cela ne tienne. Le père Marie-Bernard décide de "puiser dans ses intériorités" et de "combattre le système" d’une Église reposant sur "la frustration et l’hypocrisie". "Je refuse son intolérance, son sectarisme, son dogmatisme", lance-t-il en précisant que "70 % des prêtres sont homosexuels".

"Nous allons créer la pire génération d’homophobes"

Théologien, écrivain, peintre contemporain… il définit l’homosexuel comme un être doté d’"une part de masculinité et de féminité mais où la féminité prime". Cette "exceptionnalité", sorte de "grâce mystique" qui lui confère sa double nature, lui donne donc "une relation privilégiée avec sa nature originelle". Pourquoi alors vouloir renoncer à "une relation d’exception" pour rentrer dans un cadre normal d’une famille ? "En dehors de la seule raison du droit social, rien n’en justifie son éthique".

Bernard Duvert se défend pourtant de partager le point de vue de l’Église sur le mariage pour tous. "Je n’accepte pas les arguments intolérants de l’Église qui mène un combat homophobe. L’amour n’existe pas que dans la famille et la procréation. Si l’on marie les homosexuels, cette liberté va devenir une contrainte. On aurait dû améliorer le Pacs".

L’iconoclaste va d’ailleurs plus loin. Pour Bernard Duvert, les homosexuels ne devraient pas avoir d’enfants. "C’est très dangereux. Nous sommes gouvernés par le principe binaire - le masculin et le féminin – et un enfant a besoin de l’amour d’un homme et d’une femme. Si nous leur imposons l’un ou l’autre, nous allons créer la pire génération d’homophobes", lâche-t-il.

Première publication : 05/02/2013

  • FRANCE

    Quand Twitter parasite les débats parlementaires sur le mariage pour tous

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Assemblée adopte l'article 1er ouvrant le mariage aux personnes de même sexe

    En savoir plus

  • FRANCE

    Débats sur le mariage gay à l’Assemblée : "On a l’impression d’être au cirque"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)