Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Amériques

Washington va porter plainte contre Standard & Poor’s pour son rôle dans la crise financière

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2013

L’agence de notation américaine pourrait faire l’objet, dans les prochains jours, d’une procédure judiciaire pour avoir sous-évalué les risques de certains actifs immobiliers à l'origine de la crise financière. Une première.

L'agence de notation financière Standard and Poor's (S&P) a annoncé lundi qu'elle allait être visée par une procédure judiciaire des autorités américaines, qui l'accusent d'avoir sous-évalué les risques de certains actifs immobiliers à l'origine de la crise financière.

Le département de la Justice (DoJ) a informé l'agence de son intention de déposer une plainte civile contre elle, a indiqué l'agence dans un communiqué, où elle affirme qu'elle "se défendra vigoureusement" contre des accusations qu'elle juge "erronées" et "injustifiées".

Le DOJ lui-même n'a pas réagi dans l'immédiat, mais le Wall Street Journal avait affirmé un peu plus tôt, en citant des sources proches du dossier, qu'il pourrait déposer dès cette semaine une plainte, à laquelle se joindraient les procureurs de plusieurs Etats américains.

S&P, une filiale du groupe de médias américain McGraw-Hill, a précisé que la plainte du ministère se concentrait "sur ses notations en 2007 de certaines obligations américaines adossées à de la dette" (collateralized debt obligations, CDO).

Ces titres financiers étaient basés sur des montages financiers complexes et liés à des emprunts immobiliers à risques dits "subprime".

L'exposition très élevée de nombreuses banques à ce type de produits avait été l'une des causes principales de la crise financière mondiale qui avait débuté en 2007-2008, conduisant à la faillite de banques comme Lehman Brothers mais aussi à la ruine de nombreux épargnants.

Les grandes agences de notation (S&P, mais aussi ses concurrentes Moody's et Fitch) ont été beaucoup critiquées pour ne pas avoir vu venir la crise, et les législateurs des deux côtés de l'Atlantique ont tenté d'en tirer les leçons en régulant davantage leur activité.

Mais ce serait la première fois que l'une d'entre elle serait traînée directement devant la justice par les autorités américaines qui, jusqu'à maintenant, s'en étaient surtout prises aux banques.

"Environnement sans précédent"

Cette annonce a aussitôt fait plonger le cours de l'action McGraw-Hill à Wall Street. Elle a terminé en baisse de 13,78% à 50,30 dollars.

Dans son communiqué, S&P assure qu'elle "regrette profondément que ses notations des CDO aient échoué à anticiper totalement la rapide détérioration des conditions sur le marché hypothécaire américain durant cette période tumultueuse".

L'agence fait toutefois valoir que ses analystes "ont travaillé avec diligence pour faire face à un environnement sans précédent, changeant rapidement et de plus en plus volatil".

Elle rappelle notamment avoir abaissé ses notes sur une série d'autres actifs financiers liées aux prêts hypothécaires (residential mortgage-backed securities, RMBS) et lancé à plusieurs reprises des avertissements sur la détérioration du marché immobilier.

"Ces mesures fortes se sont avérées insuffisantes, mais elles montrent que le DoJ aurait tort d'affirmer que les notes de S&P étaient motivées par des considérations commerciales et pas octroyées de bonne foi", indique-t-elle.

S&P dit avoir tiré les leçons de la crise en investissant 400 millions de dollars depuis 2007 pour renforcer ses systèmes d'évaluation. Mais elle rappelle aussi qu'elle n'est pas la seule à n'avoir pas évalué correctement l'ampleur de la crise.

Elle remarque ainsi qu'elle a "examiné les mêmes données sur les emprunts obligataires à risque que le reste du marché, y compris des responsables du gouvernement américain qui ont dit publiquement en 2007 que les problèmes sur le marché du subprime semblaient maîtrisés".

"De manière regrettable, l'ampleur, la profondeur et les effets de ce qui s'est passé ont été plus importants que ce que nous, comme tous les autres, avions prévu", souligne-t-elle encore.

AFP

Première publication : 05/02/2013

  • GRÈCE

    Standard & Poor's remonte la note de la Grèce de six crans

    En savoir plus

  • FRANCE

    La France perd son triple A auprès de l'agence Moody's

    En savoir plus

  • ITALIE

    Agences de notation : Standard & Poor's et Fitch bientôt jugées en Italie ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)