Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

Le Qaher-313, un avion trop furtif pour être vrai ?

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/02/2013

Pour le 34e anniversaire de la Révolution iranienne, Téhéran a dévoilé, le week-end dernier, l'avion militaire Qaher-313, présenté comme l’un des plus sophistiqués du monde. Une annonce accueillie avec un certain scepticisme...

C’est un avion militaire qui, d’après ses caractéristiques, serait l’un des plus avancés au monde. Tellement avancé que plusieurs experts pensent qu’il s’agit plutôt d’un beau prototype... au mieux. Surtout que le Qaher-313 ("Conquérant-313") - c’est le nom de cet objet volant mal identifié - est de facture iranienne. Un pays - pris à la gorge par un embargo économique très strict - qui n’est pas connu pour être à la pointe de la technologie.

Pourtant, le Qaher-313 a été présenté en grande pompe le week-end dernier, pendant les festivités du 34e anniversaire de la Révolution iranienne de 1979. Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, s’est personnellement déplacé pour lever le voile sur cet avion furtif “à vocation défensive” qui, d’après lui, aurait déjà volé “des milliers d'heures”. Il a ajouté que cet engin phénoménal était capable de transporter l’armement le plus moderne. Le Qaher-313 serait également “doté d’une signature radar très faible”, d’après le ministre iranien de la Défense. En clair : cet avion serait quasi indétectable.

Des affirmations qui, si elles s’avèrent être vraies, feraient de l’Iran le deuxième pays au monde à disposer d’un avion de combat furtif opérationnel. Pour l’heure en effet, seuls les États-Unis en disposent et quelques pays, dont l’Inde et la Chine, reconnaissent en avoir des prototypes.

Un grand bond technologique qui n’a pas manqué de provoquer une vague de scepticisme parmi les spécialistes de l’aviation militaire. Pour eux, cet avion serait tellement furtif qu’il n’existerait, en fait, tout simplement pas. Le site américain spécialisé The Aviationist s’est livré à une analyse détaillée de cet appareil à partir des photos fournies par l’agence de presse officielle iranienne Fars News. Impossible, d’après eux, que le Qaher-313 puisse effectivement voler.

Du plastique et du plexiglas

Le cockpit semble un peu étroit pour le pilote © (Fars News)

Ainsi, note le site, “il manque les fixations traditionnelles sur ce type d’avion, ce qui semble indiquer qu’il est fait en plastique”. En outre, le cockpit semblerait bien trop petit pour qu’un pilote puisse y manœuvrer à l’aise. La partie vitrée du cockpit “manque de transparence et semble faite en plexiglas”, ce qui rendrait la visibilité très aléatoire en vol.

Des doutes qui ont également été relayés par des “experts israéliens” interrogés par le site Flightglobal. “L’impression générale est que l’Iran a recouvert de parties en plastique un modèle ancien afin de donner le change”, tranchent ces sources anonymes israéliennes.

La vidéo du Qaher-313 mise en ligne par la chaîne officielle iranienne Press TV n’a pas non plus impressionné les spécialistes. “La qualité de l’image est médiocre et, dans ces conditions, il peut tout à fait s’agir d’un modèle réduit téléguidé”, assure Flightglobal.

La vidéo controversée montrant le Qaher-313 en train de voler

Des critiques qui ont amené les autorités iraniennes à publier, lundi, un “top 10” des caractéristiques censées prouver que le Qaher-313 est bel et bien l’un des avions furtifs de combats les plus avancés au monde. Pour The Aviationist, si cette liste démontre que les ingénieurs iraniens sont au fait des techniques à utiliser, rien ne prouve qu’elles ont bien été mises en pratique sur l’avion dévoilé le week-end dernier.

Mais où est le singe ?

Au delà du défi technologique, le scepticisme international provient aussi et surtout du fait que la flotte aérienne iranienne est ”généralement considérée comme obsolète”, souligne le site américain Business Insider. Elle se compose essentiellement de “vieux modèles russes ou américains achetés avant la révolution de 1979”, rappelle l’agence de presse Reuters.

L’Iran passe aussi pour un spécialiste des fanfaronnades technologiques ou scientifiques. Une semaine avant la présentation de l’avion furtif, Téhéran avait ainsi affirmé avoir envoyé un singe dans l’espace. Mais, là encore, les photos publiées par les agences de presse officielles ont été accueillies avec scepticisme. Les clichés du singe avant et après le vol semblent ainsi indiquer qu’il ne s’agit pas du même animal, comme l’a relaté, le 31 janvier, le site des Observateurs de FRANCE 24.

Dans ce contexte, la présentation d’un avion furtif de combat est essentiellement perçue comm un message de communication à destination interne. Le régime chercherait à prouver que l’embargo international ne l’empêche pas de rester dans la course technologique...

Première publication : 06/02/2013

  • ÉGYPTE

    Visite historique et mouvementée d'Ahmadinejad au Caire

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Iran : un lieutenant d’Ahmadinejad au cœur de la guerre des pouvoirs

    En savoir plus

  • IRAN

    Ulcéré par le film "Argo", le régime iranien contre-attaque avec une superproduction

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)