Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

Asie - pacifique

Visite historique et mouvementée d'Ahmadinejad au Caire

© AFP

Vidéo par Sammy BERRAHMOUN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/02/2013

Depuis mardi, le président iranien est en déplacement au Caire où il assiste, mercredi, à un sommet des pays islamiques. Mais la venue du président chiite dans l'Égypte sunnite des Frères musulmans ne semble pas faire l’unanimité.

C’est une visite historique que Mahmoud Ahmadinejad, premier président iranien à se rendre en Égypte depuis la révolution islamique de 1979, réalise actuellement au Caire. Mais c’est aussi une visite mouvementée pour le président du plus grand pays chiite de la planète.

Lors d’une conférence de presse donnée mardi, le recteur de la mosquée et de l'université d'Al-Azhar - la plus haute autorité de l'islam sunnite - lui a adressé une mise en garde contre l'"expansion de l'influence chiite" dans les pays sunnites.

Ahmed al-Tayyeb a ainsi demandé à la République islamique iranienne de ne pas s'immiscer dans les affaires des États du Golfe, appelant expressément le président iranien à "respecter fraternellement Bahreïn", où la majorité chiite se dit victime de discriminations de la part de la dynastie sunnite.

Des propos qui ont suscité l’agacement du président iranien, mais aussi de sa délégation.

Quelques instants plus tard, Ahmadinejad, qui effectuait une prière du soir à la mosquée Al-Hussein, a également été hué à sa sortie par un homme. Ce dernier a tenté de lancer une chaussure dans sa direction avant d’être neutralisé par des agents de la garde rapprochée du président, qui s’est réfugié dans sa voiture.

En face de la mosquée, quatre jeunes ont aussi brandi des pancartes en carton sur lesquelles on pouvait lire des slogans hostiles à l'Iran pour son soutien au régime du président syrien Bachar al-Assad, selon un photographe de l'AFP. "Ô Ahmadinejad, ne crois pas que le sang syrien sera vain. Nous nous vengerons des chiites", indiquait l'une d'elles.

"Un nouveau départ"

Le président iranien, qui effectue ce déplacement dans le cadre du sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), a tout fait lors de cette première journée dans la capitale égyptienne pour réchauffer les relations diplomatiques de son pays avec Le Caire, estime Sonia Dridi, correspondante de FRANCE 24 en Égypte. "Ahmadinejad a déclaré qu’il espérait un nouveau départ pour la solidarité entre les deux peuples", explique-t-elle.

Les deux pays, dont les relations diplomatiques ont été rompues en 1980, ont rouvert leurs ambassades respectives à Téhéran et au Caire depuis la visite historique de Mohamed Morsi, en août dernier, à Téhéran.



Les relations s'améliorent "progressivement", a déclaré à Reuters le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi. "Nous devons faire preuve d'un peu de patience. J'ai vraiment espoir d'un renforcement de nos relations bilatérales", a-t-il ajouté, évoquant les relations commerciales et économiques.

Divergences sur les dossiers syrien et palestinien

Malgré les signes d'ouverture, un nouveau départ entre les deux pays semble toutefois délicat, notamment en raison des dossiers syrien et palestinien, estime François Géré, président de l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas) et spécialiste de l’Iran. Intermédiaire habituel entre Israël et le Hamas, l'Égypte est le premier pays arabe à avoir signé un traité de paix avec Israël en 1979, soucieux de ménager ses relations avec son partenaire américain. Une proximité avec Israël que l'Iran est loin de partager... À la veille de sa visite, Mahmoud Ahmadinejad avait déclaré dans une interview à la chaîne de télévision libanaise Al-Mayadine que "la géopolitique de cette région changera si l'Iran et l'Égypte adoptent une position commune sur la question palestinienne".

Par ailleurs, des divergences très fortes persistent également entre Téhéran, qui continue de soutenir le régime de Bachar al-Assad, issu de la minorité alaouite, branche de l'islam chiite, et Le Caire, qui appuie la cause des rebelles, majoritairement sunnites.

Si l’Iran est soucieux d’avoir un nouvel allié dans la région, l’Égypte, elle, subit la pression du royaume sunnite d’Arabie saoudite, qui voit d’un mauvais œil cet éventuel rapprochement. Sans compter que l'administration Morsi est également soucieuse de préserver ses relations avec les pétromonarchies du Golfe - qui soutiennent les finances publiques très entamées de l'Égypte - et de conserver des liens forts avec Washington, qui verse une aide annuelle de 1,3 milliard de dollars à l'armée égyptienne.

Première publication : 06/02/2013

  • POLITIQUE

    Iran : un lieutenant d’Ahmadinejad au cœur de la guerre des pouvoirs

    En savoir plus

  • IRAN

    Reportage : Être juif dans l'Iran d'Ahmadinejad

    En savoir plus

  • IRAN

    La fronde des conservateurs contre Mahmoud Ahmadinejad s'intensifie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)