Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

SPORT

Clarisse Agbegnenou, le bel espoir du judo français

© www.clarisseagbegnenou.com

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 29/08/2013

Organisé ce week-end, le Grand Slam de Paris réunit les meilleurs judokas du monde. Cet événement est aussi l'occasion de découvrir les espoirs des tatamis. Triple championne de France (-63 kg), Clarisse Agbegnenou incarne la relève tricolore.

Clarisse Agbegnenou affiche une décontraction à toute épreuve. À la veille du Grand Slam de Paris organisé à Bercy, l’un des tournois les plus réputés au monde, elle assure ne pas avoir peur. "À force de faire des compétitions, je ne suis pas du tout stressée. C’est ma troisième participation à ce tournoi", affirme tranquillement la judokate à France24.

Il est vrai qu’à tout juste 20 ans, la combattante a déjà une belle expérience. Triple championne de France de la catégorie des -63 kg, médaille de bronze au Championnats d’Europe 2012 et médaille d’or par équipes aux Mondiaux 2011, son palmarès parle pour elle. Clarisse a bien conscience que beaucoup d’espoirs sont placés en elle, mais elle préfère ne pas trop y penser : "Je suis contente de cette considération, mais il faut avant tout confirmer en gagnant et en se faisant sa place !".

Clarisse Agbegnenou remporte son 3e titre de championne de France en 2012

Dans les pas de Gévrise Émane

Mais derrière cette modestie affichée, Clarisse a pourtant déjà tout d’une grande. Sur les tatamis, elle est désormais la grande rivale de sa compatriote Gévrise Emane, double championne du monde et médaillée de bronze aux JO de Londres. La bataille entre les deux Françaises sera d'ailleurs l’une des attractions du tournoi de Paris.

"Je trouve que l’intérêt autour de cette concurrence est normale, car nous avons deux fortes personnalités, mais nos judos sont totalement différents. Je suis explosive et j’attaque tout le temps, alors que Gévrise est plus réfléchie !", précise Clarisse.

Oublier 2012

La benjamine de l’équipe de France aura spécialement à cœur de se racheter ce week-end. L’année dernière, elle n’avait pas pu montrer l’étendue de son talent aux spectateurs parisiens. Sanctionnée par la fédération internationale en janvier dernier pour un excédent de poids de seulement 300 grammes lors des World Masters, elle avait été suspendue lors du tournoi de Paris. Cette mésaventure avait fortement diminué ses chances de qualification olympique.

À Londres, elle a finalement dû se contenter du banc des remplaçants : "J’ai dépassé cette déception. J’aurais préféré combattre, mais j’y ai quand même assisté et c’était magique. Cela me donne encore plus envie de me battre pour aller à Rio dans quatre ans".

Clarisse avec l'équipe de France lors de leur victoire aux Mondiaux 2011
© http://franceolympique.com

Rester souriante

Impatiente d’en découdre, Clarisse se donne tous les moyens pour monter sur la plus haute marche du podium. Pensionnaire de l’Insep depuis trois ans et membre du club d’Argenteuil, cette Rennaise d'origine se consacre pleinement à sa passion pour devenir la numéro un.

"On ne peut pas dire que j’ai une vie normale. Je fais tout le temps du sport ! Le matin je vais en cours [elle prépare un brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, NDLR] et l’après-midi, je m’entraîne. C’est parfois très dur", confie la jeune femme qui a débuté le judo à l’âge de neuf ans pour canaliser son énergie : "J’étais une petite fille très turbulente !".

Ses seuls moments de répit ? Écouter du zouk, faire du shopping, sortir un peu avec ses copines et aller au cinéma. Et pour ne pas craquer lorsque la fatigue se fait sentir, elle avoue n’avoir qu’une recette miracle : "J’essaye d’être souriante !".

Portrait de Clarisse Agbegnenou

Première publication : 07/02/2013

  • JUDO

    Le judo japonais secoué par une série de scandales

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Le judoka Teddy Riner accueilli en héros à la Guadeloupe

    En savoir plus

  • JO – Judo

    Teddy Riner : "Je l'ai fait !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)