Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre tunisien va former un "gouvernement de technocrates"

© AFP | Hamadi Jebali, Premier ministre tunisien

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/02/2013

L'assassinat mercredi de l'opposant politique Chokri Belaïd a provoqué de vifs heurts à travers la Tunisie. Pour calmer la rue, le Premier ministre Hamadi Jebali (photo) a annoncé la formation d'un nouveau gouvernement "apolitique".

  • De nouveaux affrontements ont éclaté devant le ministère tunisien de l'Intérieur, mercredi 6 février au soir, après l’assassinat de l’opposant politique Chokri Belaïd, tué de trois balles dans la tête devant son domicile à Tunis. Un policier a été tué par des jets de pierres aux abords du ministère, a-t-on appris de source officielle. Toute la journée, de violentes manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes à travers le pays dont Sidi Bouzid, berceau de la révolte de 2011. À Monastir, Sfax, Kasserine ou encore Bizerte des locaux du parti Ennahda, à la tête de la coalition au pouvoir, ont été incendiés et saccagés.

  • Pour calmer les ardeurs de la rue, le Premier ministre Hamadi Jebali s'est adressé à la nation dans la soirée de mercredi pour annoncer qu'il formera un "gouvernement de compétences nationales sans appartenance politique".


  • Quatre formations de l'opposition laïque - le Front populaire, Al-Massar (gauche), le Parti républicain et Nidaa Tounes (centre) - ont appelé à une grève générale et suspendu leur participation à l'Assemblée nationale constituante. La mobilisation doit avoir lieu vendredi 8 février, jour des funérailles de Chokri Belaïd.

  • Rapidement après l’assassinat, les proches de la victime ont accusé le parti islamiste au pouvoir Ennahda d'être responsable du meurtre, ce que dément formellement le gouvernement qui parle, lui, d’acte terroriste.

  • De nombreuses voix au sein de la communauté internationale se sont élevées pour dénoncer le drame. Le président français, François Hollande, a condamné un meurtre qui "prive la Tunisie d'une de ses voix les plus courageuses". Washington a dénoncé un "acte odieux et lâche". Human Rights Watch (HRW), Amnesty International et la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) ont condamné le meurtre et appelé à une enquête indépendante.

Revivez les principaux événements de la journée du 6 février grâce à notre liveblogging : 

 

Première publication : 07/02/2013

  • Sur Les Observateurs

    Assassinat de Chokri Belaïd : deux Observateurs tunisiens se répondent

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Témoignage d’un voisin de Chokri Belaïd : "J’ai entendu quatre tirs"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Figure de l'opposition tunisienne, Chokri Belaïd a été assassiné à Tunis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)