Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Afrique

Hissène Habré face à la justice, un moment historique pour l'Afrique

© AFP - archives (1987)

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 30/06/2013

Le tribunal spécial chargé de juger le Tchadien Hissène Habré ouvre ses portes au Sénégal vendredi, 22 ans après la destitution de l’ex-dictateur. Il s'agit de la première "chambre extraordinaire" mise en place par l'Union africaine.

"On nous jetait de l’eau à nous, les prisonniers, nous devions la lécher, comme des chiens, sur le sol ou sur nos corps", raconte Souleymane Guengueng, dans un témoignage paru dans le New York Times en 2001. L’homme, aujourd’hui âgé de 64 ans, a passé plus de deux ans enfermé dans les geôles du dictateur tchadien Hissène Habré (1982 – 1990), à la fin des années 1980. Depuis 22 ans, il se bat pour que le despote exilé au Sénégal réponde de ses crimes devant une cour de justice. Il est en passe de voir son combat porter ses fruits : vendredi 8 février, un tribunal spécial chargé de juger Hissène Habré s'ouvre à Dakar. L’ex-dictateur tchadien est poursuivi pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture.

Souleymane Guengueng, activiste et victime de torture du régime Habré, en 2001, face aux documents qu'il a collectés. © Human Rights Watch

"Mon espoir, et celui de toutes les victimes, est très grand. Nous avons besoin de ce procès, nous avons besoin de cette guérison psychologique. Il nous faut absolument la justice", déclare Souleymane, joint par téléphone à la veille de l’ouverture du tribunal. Pris à tort pour un opposant, il a été arrêté en 1988, puis incarcéré à N’Djamena. Pendant les deux années de son calvaire dans les prisons de la Direction de la documentation de la sécurité (DDS), la police politique d’alors, Souleymane a vu des dizaines de ses co-détenus mourir sous la torture. Lui-même a failli succomber à la dengue, puis à une hépatite contractées en prison. Il s’est juré, s’il parvenait à sortir vivant, de mener les tortionnaires en justice.

Des centaines de témoignages collectés

Il est libéré en 1990, après le coup d’État mené par Idriss Déby, actuel chef de l’État tchadien. Un an plus tard, l’homme fonde, aux côtés d’autres ex-détenus, l’Association tchadienne des victimes de crimes et de répressions politiques (AVCRP). Inlassablement, pendant plus de deux décennies, il écoute les victimes, consigne leurs récits, collecte des photos, des documents…

Pour Reed Brody, conseiller juridique et porte-parole à Human Rights Watch (HRW), "C’est grâce à la ténacité et à la persévérance des victimes, qui n’ont jamais baissé les bras, qu’on assiste aujourd’hui à la possibilité de juger Hissène Habré". Ce fervent défenseur des droits de l’Homme prête main forte à Souleymane Guengueng depuis maintenant quatorze ans. Ensemble, ils ont réussi à récolter des centaines de témoignages de victimes ou de témoins, de membres du système Hissène Habré, mais également des documents récupérés au siège de la DDS. Des documents précieux, retrouvés presque par hasard. "En 2001, nous nous sommes rendus dans l’ancien bâtiment de la DDS, sorte de Gestapo de Hissène Habré, raconte Reed Brody. Là, abandonnés depuis des années, on tombe sur des centaines et des centaines de documents, qui jonchaient le sol de plusieurs salles. Il s’agissait de preuves tangibles, solides, qui venaient conforter les témoignages des victimes. C’était une mine d’or d’informations sur la milice politique. Un véritable trésor pour nous".

"Feuilleton politico-juridique"


Reed Brody, en 2001, découvre les documents de la milice politique d'Hissène Habré. © Human Rights Watch
En tout, l’association de Souleymane et Human Rights Watch parviennent à prouver l’assassinat de 1 208 personnes sous le régime du dictateur, et à établir plus de 12 800 dossiers de victimes de tortures et d’arrestations arbitraires. C’est grâce à ces documents que la première inculpation du dictateur est rendue possible en 2000, au Sénégal. Placé en garde à vue pendant quelques jours, l’ex-dictateur est finalement relâché, les juges sénégalais se déclarant incompétents pour le juger. Cette décision signe le début de ce que Reed Brody qualifie de "long feuilleton politico-juridique". Les victimes se tournent alors vers la Belgique, où une loi de "compétence universelle" permet de juger tout crime contre l’humanité commis à travers le monde. Un mandat d’arrêt international est émis en 2005 contre l’ancien homme fort de N’Djamena.

Pour autant, rien ne bouge au Sénégal. Le président sénégalais d’alors, Abdoulaye Wade, montre assez peu d’empressement à extrader son hôte. Au Tchad en revanche, une commission d’enquête juge Hissène Habré responsable de la mort de 40 000 personnes – un chiffre que HRW ne confirme pas – entre 1982, date de son arrivée au pouvoir, et 1990, année où il en a été chassé. Le 15 août 2008, la justice tchadienne le condamne à mort par contumace. Une décision restée, elle aussi, lettre morte. Finalement, l’élection de Macky Sall à la présidence du Sénégal, en avril 2012, et l’injonction de la Cour internationale de justice en juillet suivant, finit par changer la donne. Sur décision de l’Union africaine, les chambres africaines extraordinaires destinées à juger les crimes contre l’humanité commis sur le sol africain, sont créées. Le tribunal spécial établi à Dakar pour juger Hissène Habré est la première d’entres elles.

Les 10 juges et quatre procureurs qui composent cette cour, nommés par l’Union africaine, vont désormais pouvoir entamer la longue instruction du dossier Habré. Hissène Habré ne devrait en revanche pas être aperçu à la barre du tribunal avant fin 2014, estime Reed Brody. "Le procès ne va pas se tenir avant quelques temps mais au moins, le processus est enclenché, ce qui était presque inespéré", estime le conseiller juridique de Human Rights Watch. "En tant que défenseur des droits de l’Homme, je ne peux pas affirmer à l’avance que ce procès va être équitable. Mais le respect du droit de la défense est respecté, tout me semble en place pour que l’instruction et le procès se déroulent équitablement", jauge-t-il, avant de poursuivre : "Je pense que ce procès a vocation à être historique pour le Tchad et pour l’Afrique. Il va montrer que de simples victimes peuvent, par leur action et leur persévérance arriver à faire juger un dictateur."
 

Première publication : 07/02/2013

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    La CIJ somme le Sénégal de poursuivre ou d'extrader Hissène Habré

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Hissène Habré, en ligne de mire de la justice belge depuis une décennie

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Dakar suspend sa décision d'extrader Hissène Habré au Tchad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)