Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Apple invité à se montrer plus généreux avec ses actionnaires

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/02/2013

Le fonds d'investissement Greenlight Capital, actionnaire d'Apple, a déposé une plainte en justice pour contraindre le créateur des iPhone et iPad de distribuer davantage d'argent à ses actionnaires.

David Einhorn, patron du fonds d'investissement spéculatif Greenlight Capital, a une idée très précise de ce qu'Apple devrait faire de son énorme trésor de guerre. Jeudi 7 février, l'investisseur a déposé plainte devant un tribunal de New York pour contraindre le groupe californien de distribuer à ses actionnaires une plus grosse part de ses 137 milliards de dollars de liquidités.

Ce "hedge fund" veut que le géant de Cupertino (Californie) distribue plus d'actions préférentielles. L'avantage de ces titres : il rapporte plus d'argent que les actions traditionnelles (jusqu'à 4% contre 2,3%).

"Apple a connu quelques traumatismes dans son histoire [il a frôlé la faillite à la fin des années 1990, ndlr] et depuis c'est comme s'ils avaient peur de ne jamais avoir assez
d'argent", a fait valoir David Einhorn sur la chaîne CNBC. "Il faut qu'ils règlent ce problème."

Apple a assuré, par voix de communiqué de presse, avoir "entendu" l'avis de David Einhorn et de réfléchir à la meilleure manière de faire profiter ses actionnaires de ses profits. Les marchés financiers semblent avoir été sensibles aux déclarations du groupe puisque son action a bondi de 3 % après cette réponse.

Nouvelle épine dans le pied

En mars 2012, déjà, Tim Cook, le PDG de la marque à la pomme, avait décidé de distribuer 45 milliards de dollars aux actionnaires en trois ans. L'initiative de David Einhorn prouve que certains trouvent que le groupe peut faire encore plus.

Reste que cette action en justice est, surtout, une nouvelle épine dans le pied d'Apple. Le géant américain est de plus en plus concurrencé sur les marchés des smartphones et des tablettes par Samsung et Google. Son action a, en outre, chuté de plus de 30 % depuis septembre 2012 lorsqu'elle avait atteint un pic à plus de 700 dollars.

Le desideratum de David Einhorn risquerait aussi, s'il venait à être suivi d'effets, à "transformer l'image d'Apple en société qui crée de la valeur financière plutôt qu'en innovateur", souligne dans le Wall Street Journal, Anant Sundaram, un professeur en finances à l'école d'économie de Darthmouth. En effet, la perception, jusqu'à présent, était que l'argent mis de côté par la marque à la pomme devait lui permettre essentiellement à investir dans des nouveaux produits.

Mais depuis la sortie de l'iPad, en 2010, le groupe n'a pas proposé de nouveautés qui "changent la donne". Face à cette absence, les actionnaires risquent d'être de plus en plus enclins à vouloir voir davantage la couleur de l'argent.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 08/02/2013

  • TECHNOLOGIES

    Quand les résultats record d'Apple ne suffisent plus à Wall Street

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Quand Apple fait perdre la boule (et beaucoup d'argent) à un trader

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Apple dégaine l’iPad mini mais déçoit les marchés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)