Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama à Hiroshima : un hommage mais pas d’excuses

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Accord de la zone Euro : nouveau plan de sauvetage pour la Grèce

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Barack Obama à Hiroshima : l'appel pour un monde sans armes nucléaires

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Euro-2016 : la France chausse les crampons

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Turquie, que reste-il de la révolte de Gezi ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Issad Rebrab : "Ma seule ambition, le développement économique de l'Algérie"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les réfugiés dans l'œil de la photographe Anne A-R

En savoir plus

FRANCE

L’État français serait prêt à entrer au capital de PSA Peugeot Citroën

© Capture d'écran BFMTV/RMC | Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, vendredi 8 février

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/02/2013

Selon le ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac, il est "possible" que l’État entre au capital du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, notamment via le Fonds d'investissement stratégique.

Il est "possible" que l'Etat français entre au capital de PSA Peugeot Citroën qui fait face à de graves difficultés financières, a déclaré vendredi le ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

"C'est possible, ne serait-ce que parce que le Fonds d'investissement stratégique existe", a-t-il commenté sur RMC Info et BFM TV.

"Si le Fonds d'investissement stratégique rentre au capital de cette entreprise, c'est en fait l'Etat d'une manière ou d'une autre qui y rentre", a-t-il relevé.

"Cette entreprise ne peut pas, ne doit pas disparaître. Donc il faudra faire ce qu'il faudra pour que cette entreprise se pérennise", a souligné le ministre.

Selon Libération, cette hypothèse de "dernier recours" est étudiée par l'Elysée.

PSA a annoncé jeudi des dépréciations massives qui viendront alourdir sa perte nette 2012, le marasme du marché automobile européen l'ayant conduit à réduire de 28% la valeur comptable des usines et autres actifs de sa division auto.

Reuters

Première publication : 08/02/2013

  • AUTOMOBILE

    La justice suspend le plan de restructuration de PSA

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    L'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois rouvre dans une ambiance tendue

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    L'Algérie pourrait entrer dans le capital de PSA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)