Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

FRANCE

L’État français serait prêt à entrer au capital de PSA Peugeot Citroën

© Capture d'écran BFMTV/RMC | Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, vendredi 8 février

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/02/2013

Selon le ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac, il est "possible" que l’État entre au capital du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, notamment via le Fonds d'investissement stratégique.

Il est "possible" que l'Etat français entre au capital de PSA Peugeot Citroën qui fait face à de graves difficultés financières, a déclaré vendredi le ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

"C'est possible, ne serait-ce que parce que le Fonds d'investissement stratégique existe", a-t-il commenté sur RMC Info et BFM TV.

"Si le Fonds d'investissement stratégique rentre au capital de cette entreprise, c'est en fait l'Etat d'une manière ou d'une autre qui y rentre", a-t-il relevé.

"Cette entreprise ne peut pas, ne doit pas disparaître. Donc il faudra faire ce qu'il faudra pour que cette entreprise se pérennise", a souligné le ministre.

Selon Libération, cette hypothèse de "dernier recours" est étudiée par l'Elysée.

PSA a annoncé jeudi des dépréciations massives qui viendront alourdir sa perte nette 2012, le marasme du marché automobile européen l'ayant conduit à réduire de 28% la valeur comptable des usines et autres actifs de sa division auto.

Reuters

Première publication : 08/02/2013

  • AUTOMOBILE

    La justice suspend le plan de restructuration de PSA

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    L'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois rouvre dans une ambiance tendue

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    L'Algérie pourrait entrer dans le capital de PSA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)