Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Afrique

EXCLUSIF : les images de la veillée funèbre dans la maison de Chokri Belaïd

© Mehdi Chebil / FRANCE 24

Texte par Imed BENSAIED

Dernière modification : 08/02/2013

La veille des funérailles de l’opposant tunisien, Chokri Belaïd, assassiné mercredi à Tunis, sa veuve Besma Khalfaoui s’est confiée à FRANCE 24. Elle revient sur l’assassinat de son mari et ses causes. Témoignage.

Besma Khalfaoui, la veuve de Chokri Belaïd, l’opposant tunisien assassiné mercredi devant sa maison à Tunis, confie à FRANCE 24 que son mari avait reçu plusieurs menaces de mort au cours des cinq derniers mois. Et ce, par SMS, téléphone ou par e-mails. "Cela ne l’a nullement dissuadé de poursuivre son activité politique et de défendre ses principes et ses positions auxquels il était profondément attaché, et ce, alors que les menaces se faisaient de plus en plus fréquentes et précises", explique-t-elle.

Ennahda, les salafistes et les services de sécurité sur le banc des accusés
 
Ces dernières étaient proférées par "des salafistes et des affidés d’Ennahda [le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, auquel s’opposait farouchement Chokri Belaïd, NDLR], qui ont lancé des appels, dans certains lieux de culte, à tuer mon mari". Pour appuyer ses accusations, elle cite l’exemple de la mosquée Sidi al-Khami à Sfax, et de celles d’autres villes comme Kairouan, Zarzis et Tunis.
 
Portrait de la veuve de l'opposant Chokri Belaïd
"Lorsque nous nous promenions avec nos enfants, des citoyens s’approchaient pour saluer mon mari et le remercier pour son courage et son engagement en faveur du pays, mais aussi pour le mettre en garde des conséquences dangereuses de ses prises de positions politiques, poursuit Besma Khalfaoui. Mais Chokri leur répondait par un sourire en indiquant que seuls les lâches cédaient aux menaces".

Cette dernière pointe également un doigt accusateur en direction des services de sécurité tunisiens "qui ont fait montre d’une passivité suspecte, voire intentionnelle, alors qu’elles auraient dû, vu l’ampleur des menaces qui pesaient sur son époux , lui fournir une protection adéquate", que ce soit sur le plan personnel ou collectif, lors des réunions de son parti, Mouvement des patriotes démocrates. "Il y a à peine une semaine au Kef (nord-ouest), une réunion du parti a été la cible d'une violente attaque menée par des salafistes, des nahdaouines [partisans d’Ennahda, NDLR] et des membres de la Ligue de protection de la révolution [groupuscule pro-Ennahda, accusé de violences par l’opposition, NDLR] sans que les forces de sécurité ne bougent le petit doigt" accuse-t-elle. Besma Khalfaoui affirme que c’est cette "inaction" qui a pavé la voie à l’assassinat de son mari, et encouragé les tueurs à franchir le pas.
 
Un nom "désormais gravé en lettres d’or dans l’histoire tunisienne"

Selon elle, la médiatisation de Chokri Belaïd et de ses critiques répétitives et explicites visant Ennahda et la Ligue de protection de la révolution ont "effrayé les ennemis de la démocratie" qui ont décidé "de le liquider pour le faire taire". Mais visiblement, poursuit-elle, ses assassins ne s’attendaient pas à cette vague de protestation, nationale et internationale, qui a suivi leur crime. "Par conséquent, malgré ma profonde tristesse, je sens que les années de lutte politique de Chokri Belaïd n’ont pas été vaines, car son nom est désormais gravé en lettres d’or dans l’histoire de la Tunisie", confie-t-elle.
 
Plus poignant encore, son témoignage qui concerne les derniers instants avant que Chokri Belaïd ne décède, après avoir été mortellement atteint par balles. "Je regrette de ne pas l’avoir serré une dernière fois contre moi, peu après l’attaque. Je ne l’ai pas regardé parce que j’étais choquée par la vue de son sang qui s’était répandu dans la voiture, je n’ai pas pu lui dire une dernière fois tout ce que j’avais dans le cœur et l’amour que j’avais pour lui, ce compagnon de lutte, ce mari, ce père exemplaire dont on a été privé à jamais mes enfants et moi", conclut-elle.

Première publication : 08/02/2013

  • TUNISIE

    En images : des dizaines de milliers de Tunisiens aux funérailles de Chokri Belaïd

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ennahda refuse la dissolution du gouvernement annoncée par le Premier ministre tunisien

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Avenue Bourguiba, "la douleur a cédé la place à la colère"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)