Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Afrique

EXCLUSIF : les images de la veillée funèbre dans la maison de Chokri Belaïd

© Mehdi Chebil / FRANCE 24

Texte par Imed BENSAIED

Dernière modification : 08/02/2013

La veille des funérailles de l’opposant tunisien, Chokri Belaïd, assassiné mercredi à Tunis, sa veuve Besma Khalfaoui s’est confiée à FRANCE 24. Elle revient sur l’assassinat de son mari et ses causes. Témoignage.

Besma Khalfaoui, la veuve de Chokri Belaïd, l’opposant tunisien assassiné mercredi devant sa maison à Tunis, confie à FRANCE 24 que son mari avait reçu plusieurs menaces de mort au cours des cinq derniers mois. Et ce, par SMS, téléphone ou par e-mails. "Cela ne l’a nullement dissuadé de poursuivre son activité politique et de défendre ses principes et ses positions auxquels il était profondément attaché, et ce, alors que les menaces se faisaient de plus en plus fréquentes et précises", explique-t-elle.

Ennahda, les salafistes et les services de sécurité sur le banc des accusés
 
Ces dernières étaient proférées par "des salafistes et des affidés d’Ennahda [le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, auquel s’opposait farouchement Chokri Belaïd, NDLR], qui ont lancé des appels, dans certains lieux de culte, à tuer mon mari". Pour appuyer ses accusations, elle cite l’exemple de la mosquée Sidi al-Khami à Sfax, et de celles d’autres villes comme Kairouan, Zarzis et Tunis.
 
Portrait de la veuve de l'opposant Chokri Belaïd
"Lorsque nous nous promenions avec nos enfants, des citoyens s’approchaient pour saluer mon mari et le remercier pour son courage et son engagement en faveur du pays, mais aussi pour le mettre en garde des conséquences dangereuses de ses prises de positions politiques, poursuit Besma Khalfaoui. Mais Chokri leur répondait par un sourire en indiquant que seuls les lâches cédaient aux menaces".

Cette dernière pointe également un doigt accusateur en direction des services de sécurité tunisiens "qui ont fait montre d’une passivité suspecte, voire intentionnelle, alors qu’elles auraient dû, vu l’ampleur des menaces qui pesaient sur son époux , lui fournir une protection adéquate", que ce soit sur le plan personnel ou collectif, lors des réunions de son parti, Mouvement des patriotes démocrates. "Il y a à peine une semaine au Kef (nord-ouest), une réunion du parti a été la cible d'une violente attaque menée par des salafistes, des nahdaouines [partisans d’Ennahda, NDLR] et des membres de la Ligue de protection de la révolution [groupuscule pro-Ennahda, accusé de violences par l’opposition, NDLR] sans que les forces de sécurité ne bougent le petit doigt" accuse-t-elle. Besma Khalfaoui affirme que c’est cette "inaction" qui a pavé la voie à l’assassinat de son mari, et encouragé les tueurs à franchir le pas.
 
Un nom "désormais gravé en lettres d’or dans l’histoire tunisienne"

Selon elle, la médiatisation de Chokri Belaïd et de ses critiques répétitives et explicites visant Ennahda et la Ligue de protection de la révolution ont "effrayé les ennemis de la démocratie" qui ont décidé "de le liquider pour le faire taire". Mais visiblement, poursuit-elle, ses assassins ne s’attendaient pas à cette vague de protestation, nationale et internationale, qui a suivi leur crime. "Par conséquent, malgré ma profonde tristesse, je sens que les années de lutte politique de Chokri Belaïd n’ont pas été vaines, car son nom est désormais gravé en lettres d’or dans l’histoire de la Tunisie", confie-t-elle.
 
Plus poignant encore, son témoignage qui concerne les derniers instants avant que Chokri Belaïd ne décède, après avoir été mortellement atteint par balles. "Je regrette de ne pas l’avoir serré une dernière fois contre moi, peu après l’attaque. Je ne l’ai pas regardé parce que j’étais choquée par la vue de son sang qui s’était répandu dans la voiture, je n’ai pas pu lui dire une dernière fois tout ce que j’avais dans le cœur et l’amour que j’avais pour lui, ce compagnon de lutte, ce mari, ce père exemplaire dont on a été privé à jamais mes enfants et moi", conclut-elle.

Première publication : 08/02/2013

  • TUNISIE

    En images : des dizaines de milliers de Tunisiens aux funérailles de Chokri Belaïd

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ennahda refuse la dissolution du gouvernement annoncée par le Premier ministre tunisien

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Avenue Bourguiba, "la douleur a cédé la place à la colère"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)